"Voyager en solo quand on est une femme, c'est une expérience ultra libératrice"

·10 min de lecture
Young woman backpacker enjoy the view at mountain peak

Difficile de se sentir en sécurité quand on est une femme seule, que ce soit dans la rue à côté de chez soi, ou à l'autre bout du monde. Lassées d'être confrontées aux clichés selon lesquels une femme qui voyagerait en solo se mettrait en danger, elles sont 

de plus en plus nombreuses à partir sans personne, à quelques heures ou à des milliers de kilomètres de chez elles. Découvrez leurs conseils pour celles qui n'ont pas encore franchi le pas.

Il y a quelques jours, le média américain spécialisé en finance Insider Monkey a établi une liste des pays européens les plus sûrs pour voyager seule. Après près d'un an et demi d'une pandémie qui a bloqué bien des voyages, l'envie de reprendre l'avion ou le train est très présente chez de nombreuses personnes. Mais l'idée de partir en solo n'est pas toujours l'option privilégiée. Pourquoi ? Parce que pour les femmes, il n'est pas facile de se sentir en sécurité. À cause du harcèlement de rue, ou des réputations de certains pays (malheureusement parfois basées sur des préjugés racistes), nombreuses sont celles qui n'osent pas partir à l'aventure en solo. Pourtant, toutes celles qui jouent régulièrement les baroudeuses sans personnes sont formelles : c'est une expérience libératrice.

Voyager en solo pour aller à son rythme

"Pendant très longtemps, je n'ai pas osé faire des choses toute seule parce que j'avais peur de passer pour la 'sans amis'. La solitude est quelque chose d'assez mal vu dans notre société, et je trouve ça vraiment dommage. Au fil des années, j'ai découvert que j'appréciais de pouvoir aller au cinéma ou au restaurant toute seule, et un jour, je me suis dit : pourquoi pas les voyages ?" Noëlle avait 27 ans la première fois qu'elle a osé prendre l'avion toute seule. Un grand pas pour cette claustrophobe.

Vidéo. Tests PCR : à l'approche des vacances, les laboratoires voient affluer les demandes

"J'ai décidé de commencer mon périple par New York, une ville que je connaissais bien pour y être allée plusieurs fois. Je connaissais des gens là-bas, j'y avais mes petites habitudes... C'était parfait pour me mettre en confiance pour débuter ce voyage. C'est d'ailleurs le conseil que je donne le plus aux femmes qui voudraient partir en solo : pour votre première, choisissez un endroit qui vous rassure." Un bon moyen de ne pas se sentir totalement dépaysée. "Puis, au fil des jours, j'ai entamé un road trip en autobus : j'allais à la gare la plus proche et je prenais le premier billet dispo. En trois semaines, j'ai découvert une dizaine de petits patelins, fait de très belles rencontres, et surtout : j'ai appris à être seule avec moi-même. Il y a un petit côté méditatif à tout cela qui m'a fait énormément de bien. Je pouvais aller à mon rythme. Envie de passer la journée au lit à dormir ? Pas de soucis. Me lever aux aurores pour aller voir un lever de soleil sur la plage ? Aucun problème. Pour la première fois, j'ai eu l'impression de faire les choses pour moi."

Attendre les autres, c'est prendre le risque de ne jamais rien faire 

L'histoire de Léa résonne avec celle de Noëlle et son envie de vivre les choses par elle-même : "Ce qui m'a donné envie de partir seule, c'est l'envie de ne plus voyager avec mon mec qui me gâche systématiquement les vacances à se plaindre et à faire la gueule. Et surtout, la non-disponibilité des gens autour de moi. Si on attend après les gens, on ne fait jamais rien. Ça a été une vraie révélation et aujourd'hui, je ne m'en passe plus." Elle l'affirme sans hésiter : "Mes meilleures vacances, je les ai faites en solo. Et si j'avais commencé plus tôt, je l'aurais fait encore et encore."

La jeune femme n'est pas spécialement stressée par sa sécurité lorsqu'elle voyage seule, puisqu'elle se rend dans des lieux qui la mettent à l'aise : "Je ne suis partie que dans des grosses villes, et je dors dans des chambres seules", affirme-t-elle. Pas d'auberge de jeunesse pour cette voyageuse, qui préfère payer un peu plus cher pour sa tranquillité d'esprit. Son conseil aux voyageuses solo ? "Commencez par partir sur une petite durée, 4 à 5 jours dans un endroit où vous savez que vous aurez plein de choses à faire. Cela vous évitera d'avoir peur de vous ennuyer en solo. Et éclatez-vous !"

S'organiser et se renseigner avant de partir 

Emeline fait également partie de ces femmes qui adorent partir seules... Et parfois, sur un coup de tête. "J'ai eu la chance et l'opportunité de voyager quand j'étais jeune avec eux. Je suis partie en Erasmus et à l'étranger dans le cadre d'un stage, j'étais solo donc c'était déjà une première expérience. Et un jour, j'avais quelques jours de repos à prendre, j'ai regardé un site de voyage et sur un coup de tête, j'ai pris un billet pour Athènes", raconte-t-elle. "J'avais besoin de m'aérer l'esprit et de faire quelque chose pour moi et pas seulement pour les autres."

Vidéo. Déclic - "J’ai mis 22 ans à trouver ma place" : à 47 ans, Sophie a eu un déclic qui a chamboulé sa vie

Attentive à sa sécurité, elle l'avoue : "Je suis toujours dans l'hyper organisation. Je pense que ça m'aide à me rassurer. Après, je ne prends pas de précautions particulières, du moins pas plus que ce que je fais au quotidien. Dans les auberges de jeunesse, je prends des chambres de filles uniquement par exemple. Je fais attention où je traîne, avec qui... Je me renseigne aussi sur Facebook auprès d'un groupe de voyageuses solo." Aujourd'hui, elle n'hésite pas à recommander l'expérience, à condition de savoir s'écouter. "Je recommande aux femmes qui veulent partir seules d'avoir confiance en elles et de se fier à leur instinct. C'est le plus important, selon moi. Il faut savoir s'écouter et écouter ses envies !"

Voyager en solo pour affirmer son indépendance

Pour Sabrina, le fait de partir seule et de voyager "sans filet de sécurité" a été une expérience cathartique. "J’ai grandi dans une famille étouffante avec une mère extrêmement anxieuse qui ne me laissait rien faire seule de peur qu’il m’arrive quelque chose. Donc de base, j’ai toujours eu un besoin profond d’indépendance et de tester des choses par moi-même. Après être passée à côté de plusieurs voyages parce que des potes n’étaient pas chauds, j’ai décidé d’arrêter de passer à côté de ma vie, d’acheter un backpack et de partir là où je voulais."

Mais pour cette dernière, partir toute seule ne s'improvise pas. "Avant de partir en solo, il faut d’abord s’assurer qu’on aime être solo. Pour moi, il faut commencer par faire des choses seule dans sa ville : faire du shopping solo, se poser dans un café, lire dans un parc, se balader... Après ça, je conseille de commencer par 3-4 jours dans une grande ville européenne où il est facile de voyager. Ça permet de commencer doucement, de voir si on aime le principe et de tenter des voyages plus longs et plus loin les prochaines fois. Et enfin, mon plus gros conseil : le faire au moins une fois dans sa vie parce que c’est l’expérience la plus libératrice qui soit." Le tout, sans oublier le minimum pour assurer sa sécurité : "Je donne toujours mes informations de voyage (vol, adresse du logement...) à un proche et je donne des nouvelles quotidiennement. Sur place, je ne me balade jamais avec des objets de valeur (bijoux, sac de luxe...) et je me renseigne sur les quartiers à éviter. Globalement, j’applique les mêmes précautions qu’en France en étant juste un peu plus alerte sur ce qui m’entoure. Pour le reste, je fais confiance à mon instinct."

"Le vécu est beaucoup plus intense quand on voyage en solitaire"

Le premier voyage en solo d'Anaïs n'était pas tout à fait prévu, mais il lui a donné le goût de l'aventure en solitaire. "La première fois que je suis partie en solo, je ne l'avais pas spécialement programmé. C'est juste que je devais retrouver des amis à un endroit au Maroc à une date précise. Sauf que les vols ne correspondaient pas, donc je me suis dit que j'allais prendre le précédent, passer 4 jours à explorer toute seule et les rejoindre après. Et cette première expérience m'a vraiment donné le goût du voyage solo. C'est tellement plus simple. Je pars et je rentre quand je veux, je mange ce que je veux quand je veux, au prix que je veux. Ça aide à faire plus facilement connaissance avec les gens locaux qui viennent te demander si tu as besoin d'aide ou ont moins peur de t'aborder. Le vécu est beaucoup plus intense quand on voyage en solitaire"

Très vite, elle a renouvelé l'expérience. D'abord en Autriche, puis trois semaines au Japon. "Vu que je partais hors période de vacances scolaires, qu'il y avait une méga promo sur les vols et qu'il fallait se décider très vite et qu'en plus c'est réputé comme le pays le plus safe pour les filles en solo, je n'ai même pas cherché à savoir si je pouvais trouver quelqu'un pour m'accompagner et j'ai pris les billets. Meilleur voyage de ma vie !" "Avant de partir, je me renseigne bien entendu sur les coins à ne pas visiter, s'il y a des dangers particuliers", poursuit-elle. "Côté logement, je ne prends que des hôtels ou les Airbnb qui ont le max de commentaires positifs et validés. J'évite d'aller réserver sur des trucs trop miteux ou pas bien notés." Le reste relève du bon sens : "J'évite de sortir trop tard le soir si je suis seule. En général je reste sur des sentiers connus et balisés ou je sais qu'il y aura du passage dans la journée, je ne m'aventure pas dans des trucs où personne ne va." Son astuce en plus ? "Utiliser Meet Up pour échanger avec d'autres voyageurs solos sur place ou des expatriés, histoire de ne pas passer tous les soirs seule et aussi pour sortir sans crainte."

Les trois conseils de Pauline pour un voyage solo en toute sécurité

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Influenceuse et voyageuse expérimentée, Pauline, alias Souchka, a l'habitude de voyager au bout du monde, seule ou accompagnée. Et au fil de ses découvertes, elle a développé quelques bonnes astuces à copier :

– Toujours garder une version numérique des documents importants : "Au cas où on me vole mon sac, je conserve des copies de mes documents importants en ligne (copie de mon passeport, visa etc) : soit sur Dropbox, soit je me les envoie par mail".

– Éviter d'avoir trop d'argent liquide sur soi : "Je préfère payer par carte à l’aide d’une carte internationale comme Revolut ou retirer de petites sommes d’argent plutôt que de me balader avec l’ensemble de mon budget pour le séjour en poche.

– Rester toujours en contact avec ses proches : "On échange via Messenger ou Whatsapp et ils savent où je loge, où je me rends, et à quel moment."

A LIRE AUSSI

> "Il refuse de repasser aux capotes" : quand les choix de contraceptions créent des disputes dans le couple

> Harcèlement de rue : pourquoi le kit d'auto-défense qui cartonne sur TikTok peut vous envoyer en prison ?

> Après le confinement, 37% des Français sont "plus ouverts" aux nouvelles expériences sexuelles

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles