Bientôt le reconfinement ? "Si ça arrive, je vais devoir fuir ma famille toxique"

Laetitia Reboulleau
·5 min de lecture
Woman delivering items to her husband who is in self isolation at home
© Getty Images

Le couvre-feu semble décidément ne pas suffire à endiguer la nouvelle vague de contaminations liées au Covid-19. De plus en plus, les rumeurs d'un second confinement vont bon train. Et si rien n'a encore été officialisé par le gouvernement, le grand public se prépare déjà, quitte à prendre des décisions parfois drastiques.

Comment va se dérouler la suite de l'automne ? Alors que plusieurs régions françaises sont déjà sous le coup d'un couvre-feu qui s'étend de 21h à 6h du matin, ces mesures prises il y a 10 jours n'ont pas eu grande influence sur le nombre de personnes souffrant du Covid-19. La seconde vague est bel et bien arrivée, les urgences sont de nouveau submergées, et ces 27 et 28 octobre se déroule un Conseil de la Défense, durant lequel Emmanuel Macron et ses ministres vont établir de nouvelles mesures de restrictions sanitaires à mettre en place.

Parmi les options évoquées : un reconfinement total, un reconfinement partiel – le soir et le weekend – ou encore un retour à l'interdiction de circuler entre les régions ont été évoqués. Et, sentant que le vent tourne en leur défaveur, plusieurs Français commencent déjà à se préparer à la situation, afin de ne pas se retrouver pris au piège dans une situation qui ne leur conviendrait pas.

"Être reconfiné avec ma meuf ? Pas question"

Le confinement a été compliqué pour bien des couples, que ce soit ceux qui l'ont vécu à distance ou ceux qui se sont retrouvés confinés à deux. La charge mentale a explosé pour les femmes, et de nombreux couples ne sont pas certains de survivre à de nouvelles semaines passées sans pouvoir voir d'autres personnes. C'est notamment le cas de Marine, qui a vécu le déconfinement comme une bouffée d'air frais. "J'aime mon copain, ce n'est pas ça le problème. Mais pendant le confinement, on a eu la mauvaise idée de s'installer ensemble dans mon petit deux pièces, dans lequel on n'avait que très peu d'intimité. J'ai découvert tous ses mauvais côtés, ça a failli être fatal à notre couple et ça m'a prouvé qu'on n'était pas prêts pour vivre ensemble. Si reconfinement il y a, ça sera chacun chez soi."

Si reconfinement il y a, ça sera chacun chez soi.

Marc, lui, n'attend que l'annonce d'un reconfinement pour prendre une grave décision. "En ce moment, mon coeur balance entre ma meuf et ma maîtresse. Oui, je sais, je suis un connard, mais c'est comme ça. Pour l'instant, j'ai la chance de pouvoir profiter des deux en dépit du couvre-feu et je suis le plus heureux des hommes, mais si on se retrouve reconfinés, je crois que mon choix sera vite fait : je largue ma meuf, et je me confine avec ma maîtresse. J'ai bien pesé le pour et le contre, et je pense que c'est avec elle que je vivrais le mieux d'être enfermé, elle m'a trop manqué pendant le premier confinement." La principale intéressée appréciera.

"Si on doit se reconfiner, je vais devoir fuir ma famille toxique"

Si certaines personnes préparent déjà leurs valises pour retourner s'installer chez leurs parents en cas de reconfinement, d'autres cherchent au contraire le meilleur moyen de pouvoir s'éloigner de leur famille. C'est notamment le cas de Théo. Cette personne non-binaire a déjà pris sa décision : "Si je devais vivre un second confinement, ça serait direct avec mon copain chez ses parents, je veux m'éloigner à tout prix de mes parents toxiques."

Actuellement étudiant·e, iel est dans une situation trop précaire pour pouvoir prendre un appartement seul·e avec son compagnon. "Mes relations avec mes parents sont très tendues, surtout ces derniers temps, puisque j'ai plusieurs troubles – et notamment un trouble anxieux généralisé – qui m'empêchent d'aller à l'école. Cela a un réel impact sur ma santé mentale. Mes parents ne comprennent pas et me font culpabiliser, du coup, c'est vraiment très dur, et depuis quelques jours, je suis chez mes beaux-parents." Une situation qui pourrait bien se prolonger en cas de reconfinement, même partiel.

"Avec mes potes, on a tout prévu pour se confiner ensemble"

Julien, Léa, Camille et Elsa ont vécu la pire épreuve de leur vie pendant le premier confinement : "Tous les quatre, on est du genre inséparables. On se voir au minimum 4 jours par semaine, et pendant le confinement, on a tous été séparés dans nos micro-apparts parisiens. Les visios, ça va bien deux minutes, et on refuse de se retrouver dans la même situation en cas de reconfinement", explique Camille.

Résultat : le jeune homme a trouvé une solution. "Mes grands-parents ont une vieille maison de campagne que personne n'utilise. Ça fait un moment que je voulais en faire quelque chose, du coup cet été, j'ai motivé les copains. On a tout nettoyé, fait quelques travaux pour avoir la plomberie qui fonctionne, installé Internet... Si confinement il y a, on saute dans une voiture et on s'y installe tous les quatre." Elsa ne cache d'ailleurs pas son enthousiasme à cette idée : "C'est une baraque gigantesque, on aura tous nos espaces, on a prévu une salle "boulot" pour le télétravail, il y a un jardin et un baby-foot. Quitte à se reconfiner, autant le faire tous les quatre dans un endroit où on se sentira bien."

D'ailleurs, un reconfinement pourrait bien servir les projets futurs de Camille : "Un jour, je compte transformer cette maison de famille en Airbnb ou en chambres d'hôtes, alors ça sera l'occasion de tester son potentiel, et peut-être de convaincre définitivement les copains de se lancer dans l'aventure." Un joli rêve pour ce fils unique.

A LIRE AUSSI

>> L'Amour au temps du déconfinement : "Après deux mois sans sexe, j’ai peur de ne pas être performant"

>> L'Amour au temps du confinement : "J'ai peur de rencontrer mon crush"

>> Le déconfinement ? Non merci ! Ces personnes comptent bien rester chez elles le plus longtemps possible