Publicité

Carla Bruni a inspiré un personnage d"ivrogne" dans un film de Valeria Bruni-Tedeschi : "C'est une de mes grandes fragilités. Pourquoi m'exposer ainsi ?"

Dans une interview, Carla Bruni s'est confiée sur un personnage figurant dans un film réalisé par sa soeur, Valeria Bruni-Tedeschi. L'ex Première dame a expliqué que ce personnage d'ivrogne était inspiré de son propre comportement dans la vraie vie, chose qu'elle n'a pas vraiment appréciée.

Carla Bruni a inspiré un personnage d
Carla Bruni a inspiré un personnage d"ivrogne" dans un film de Valeria Bruni-Tedeschi : "C'est une de mes grandes fragilités. Pourquoi m'exposer ainsi ?" (Photo by Marc Piasecki/WireImage)

Si Carla Bruni a de nombreuses années de mannequinat et de chant derrière elle, elle a également une (petite) carrière d'actrice. Mais ce n'est pas elle que sa soeur, Valeria Bruni-Tedeschi, a choisie pour jouer un rôle inspiré d'elle dans "Les Estivants" (2018), un long-métrage que la réalisatrice décrit comme une "autobiographie imaginaire". Dans le film, Anna, l'héroïne, une cinéaste, retrouve sa famille pour des vacances sur la Côte d'Azur, dont sa petite soeur Elena, particulièrement portée sur la boisson, est mariée à Jean, un riche industriel politiquement à droite (une référence claire à sa sœur Carla Bruni et son mari Nicolas Sarkozy).

Vidéo. La minute de Carla Bruni-Sarkozy

"Regarde comme tu as l'air sociable et amusante, prends un autre verre"

Une dédicace qui n'a pas particulièrement réjoui Carla Bruni. Dans l'émission "Belve" diffusée sur la chaîne italienne Rai, ce mardi 2 avril 2024, l'ex Première dame a manifesté son mécontentement : "Cette femme interprétée par Valeria Golino, c'est une ivrogne. Ça m'a perturbée parce que je sais que ça peut être moi. C'est une de mes grandes fragilités. Pourquoi l'exprimer de cette façon et m'afficher de cette façon ? Pourquoi m'exposer ainsi ?", a-t-elle demandé. "Je ne me sens pas représentée, je me sens utilisée. Ce n'est pas la même chose. Être représentée n'est pas un problème. Je suis une artiste. Je me sers de certaines personnes pour faire mon travail, je m'en inspire, mais je m'en inspire avec précaution. Elle ne le fait pas, elle laisse faire les choses et ne prend pas forcément de pincettes parce qu'elle est comme ça, c'est sa manière de créer. Et je le comprends aussi. Mais ça peut avoir des répercussions et des conséquences", a-t-elle également fait remarquer.

L'Italienne n'a jamais caché son rapport de dépendance à l'alcool. Si elle affirme aujourd'hui ne boire qu'occasionnellement, entre autres car l'alcool peut lui provoquer des trous de mémoire, Carla Bruni a expliqué avoir toujours été addict à différentes choses. Concernant la boisson, elle a évoqué un "petit diable" dans sa tête, qui lui susurre, lorsqu'elle a déjà commencé à boire : "Regarde comme tu as l'air sociable et amusante, prends un autre verre."

"Je ne mangeais que des pastilles"

Outre l'alcool, Carla Bruni a été accro au tabac, dont elle a drastiquement baissé sa consommation. "J'ai pratiquement arrêté la cigarette. Et j'ai l'impression, à 55 ans, d'être une demeurée de 14 ans qui ne savait rien et maintenant je sais tout", a-t-elle déclaré dans le podcast "Contre-addictions", début janvier 2023.

La chanteuse a également confié avoir "souffert de toutes les addictions" à commencer par le sucre, lorsqu'elle était enfant : "J'ai commencé par le sucre, très très très assidûment. Je n'étais pas surveillée donc dès l'enfance, je devais boire 30 ou 40 Coca Cola par jour. Et je ne mangeais pas de repas normaux, je ne mangeais que des pastilles, 3 boîtes de Valda. J'ai commencé par ça." Aujourd'hui, celle qui a annoncé récemment souffrir d'un cancer du sein a assuré avoir totalement changé ses habitudes et chassé ses vieux démons.

À lire aussi :

>> Carla Bruni se confie sur les conséquences de la ménopause : "J'ai arrêté tout simplement de manger"

>> Mères et alcooliques, elles boivent pour oublier la charge mentale : "J’ai fait une dépression post-partum, c'était violent, donc je compensais en picolant le soir"

>> "5 litres de vodka par jour" : Benjamin Biolay cash sur son addiction à l’alcool