Le Grand Swipe : "La première personne avec qui j'ai matchée a été la bonne"

·5 min de lecture
Le Grand Swipe
Le Grand Swipe

Vous connaissez forcément des couples autour de vous qui se sont formés grâce à une application de rencontre. Peut-être même en avez-vous fait l’expérience. Le Grand Swipe raconte ces grandes histoires d’amour ou d’amitié 2.0 qui commencent avec un swipe, un like ou juste un message.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Avant de rencontrer Jean-Marc, Estelle a traversé une longue période de célibat involontaire : "Je travaillais beaucoup, je m'occupais de mes parents qui sont assez âgés, je n'ai jamais su comment les gens faisaient pour en rencontrer d'autres. J'ai bien vu que les applications se démocratisaient, mais je n'ai pas pris le train en marche en me disant que j'étais trop vieille et que je n'arriverais jamais à intéresser quelqu'un avec quelques photos. Bref, je n'ai jamais été vraiment en couple depuis le lycée et quand j'ai installé Tinder sur mon portable sur les conseils d'une collègue, j'avais 34 ans et à peine quelques expériences furtives avec des hommes. C'était il y a 3 ans".

Vidéo. "Non, le célibat n'est pas une anomalie"

Une bonne amie qui change tout

À l'époque, elle se laisse convaincre à l'issue d'une conversation qui a duré des semaines : "Je n'y croyais pas. Elle m'en parlait tous les midis à la pause, dès qu'on se croisait. Elle me harcelait vraiment avec ça. Un soir, on a été boire un verre ensemble pour fêter la promotion qu'elle venait d'avoir. C'est là que j'ai accepté de télécharger l'application, autant à cause de l'alcool que par lassitude. Je me disais que si je téléchargeais l'application et que je ne l'utilisais jamais, elle ne pourrait rien dire. Et puis je me suis laissée prendre au jeu de créer mon profil. En fait, c'est quelque chose qu'on a fait ensemble. Je ne voulais surtout pas mentir et me retrouver confrontée à mes mensonges face à quelqu'un, même virtuellement. Je n'avais pas du tout la place pour tout ça dans ma vie et aucune envie d'en faire. Alors je me suis créé un compte qui me ressemble avec mes passions et mes goûts sincères, une poignée de photos où je me trouve jolie, mais sans retouche et sans triche. Ce n'est que le lendemain que j'ai commencé à regarder les profils des hommes disponibles".

Pour faire le bon choix, autant le faire seule !

Estelle décide de sauter le pas toute seule : "Je ne voulais pas qu'elle me force à liker des profils juste pour tenter ma chance ou encore qu'on finisse à faire le geste aussi pour quelques beaux gosses juste pour déconner. J'ai pris le temps de regarder les photos et les profils. Je ne voulais pas donner mon swipe comme si j'étais à l'usine. En fait, j'ai fait ce que j'aurais voulu qu'on fasse pour moi. Je voulais un vrai choix. Je n'ai trouvé personne qui me faisait envie. Alors j'ai recommencé à chercher pendant une heure le soir. Et c'est là que je suis tombée sur le profil de Jean-Marc".

Vidéo. Célibataires, la grande dépression ? "Durant cette crise, certains célibataires se mettent la pression pour être en couple"

Un prince charmant... atypique

Jean-Marc est différent de ce qu'Estelle attendait d'un homme, mais elle se laisse séduire par son humour : "Il était dans la fourchette haute des âges que j'avais indiqué chercher. Il a un enfant et est divorcé. Au moment de notre rencontre, il était en pleine reconversion professionnelle. Absolument pas le profil du jeune premier ou du prince charmant qui pouvait parfois passer une tête dans mes rêves. Et pourtant, son sourire franc m'a tout de suite plu. Dans sa présentation, il ne mentait pas, enfin ne semblait pas mentir ou embellir les choses. Je l'ai trouvé honnête et c'est ça qui m'a plu. Quand on a commencé à parler, il m'a fait rire tout de suite. Et il ne s'est pas arrêté depuis. À partir du moment où le like a été réciproque, je n'ai plus cherché d'autre profil d'homme. Je me suis concentrée sur lui. J'avais envie d'apprendre à le connaître. Et il faut croire que j'ai eu raison parce que ça fait trois ans qu'on est ensemble maintenant".

Avoir la bonne attitude pour trouver le bon profil

Estelle a changé d'avis sur les applications de rencontre : "Comme tous les outils, ce qui compte, c'est ce qu'on en fait. Il y a moyen de défoncer un mur ou de se casser le pouce avec un marteau, mais on peut aussi s'en servir pour planter le clou qui tiendra en place notre tableau préféré. Je suis amoureuse d'un homme que j'ai rencontré grâce à une application de rencontres, je ne vais pas mentir. Je sais que j'ai de la chance parce que la première personne avec qui j'ai matchée a été la bonne, mais je sais aussi que j'ai eu la bonne attitude en fonction de mes attentes et de mon caractère. Je n'ai pas cherché à imiter qui que ce soit ou à me laisser submerger par les informations. Je cherchais l'amour et je voulais que ce soit sérieux alors je l'ai fait sérieusement. C'est la leçon de tout ça. Je regrette mes a priori, mais pas mon attitude. C'est parce que je suis comme ça aussi que j'ai rencontré Jean-Marc".

De la même autrice :

>>Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles