Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"

Lucile Bellan
·4 min de lecture

Vous connaissez forcément des couples autour de vous qui se sont formés grâce à une application de rencontre. Peut-être même en avez-vous fait l’expérience. Le Grand Swipe raconte ces grandes histoires d’amour ou d’amitié 2.0 qui commencent avec un swipe, un like ou juste un message.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

José se rappelle qu’en 2004, il sortait d’une relation tumultueuse avec une jeune femme : “Elle avait un fort tempérament et un gros appétit sexuel, malheureusement, pas comme moi. Bien que nous ayons partagé de merveilleux moments, ça nous rendait malheureux tous les deux et c’est elle qui a pris la décision de rompre.” José a du mal à se remettre de la rupture. Il s’installe aux Buttes Chaumont dans un petit studio. Il reste ami avec son ex et la famille de celle-ci, en particulier son jeune frère qui l’initie à l’informatique.

VIDÉO - Découvrez le témoignage de Pascale Causier, qui a suivi un accompagnement sexuel :

“À l’époque je n’y connaissais rien. Il m’a bricolé un PC avec un vieux clavier et une tour et m’a montré comment surfer sur le net. Il m’a dit qu’il m’avait installé un logiciel de messagerie instantanée nommé ICQ et il m’a montré comment l’utiliser. Comme je vivais seul, je passais des soirées à communiquer avec des inconnues.”

Un coup du destin

C’est sur ICQ qu’il fait la connaissance de “Cosette”. Ils discutent plusieurs soirs de suite avant d’organiser une rencontre dans un bar. Ils conviennent de se retrouver dans un endroit situé dans la galerie marchande d’un centre commercial. José arrive en avance, comme à son habitude. Il s’installe à une table et il attend sa Cosette. “Nous ne savions pas du tout à quoi nous ressemblions l’un et l’autre car nous n’avions pas échangé de photos. Nous avions juste des signes de reconnaissance vestimentaires. J’ai attendu. L’heure du rendez-vous est passée, et j’attendais toujours. Une demie heure plus tard, je me suis dit qu’elle ne viendrait plus, je me suis levé et je suis parti.”

Pendant que je me dirigeais vers le parking, quelque chose me disait que j’étais à un tournant de ma vie et que je passais peut-être à côté de quelque chose.

Pourtant, un sentiment le retient. “Pendant que je me dirigeais vers le parking, quelque chose me disait que j’étais à un tournant de ma vie et que je passais peut-être à côté de quelque chose. C’est bizarre comme impression, une intuition ? Je ne sais pas comment le décrire.” C’est à ce moment que son portable se met à vibrer. Il reçoit un message de Cosette qui lui demande où il se trouve : “Je suis revenu sur mes pas, et c’est là que j’ai vue ma ‘Cosette’ pour la première fois.”

VIDÉO - Rebecca nous parle de sa décision d’avorter à deux reprises :

Construire un couple et une famille

Les deux célibataires passent la soirée à discuter. Elle lui raconte le sens de son pseudonyme. En fait, Cosette est professeure de français, passionnée de Victor Hugo et elle a choisi de rendre hommage au maître avec une référence aux Misérables. Après cette soirée, José et Cosette décident de se revoir. Trois semaines plus tard, ils se mettent officiellement en couple. À l’époque, en 2004, la jeune femme vivait chez sa mère après une relation compliquée. Aujourd’hui, les amoureux habitent ensemble en Bretagne. Ils se sont mariés et ont un fils de 14 ans. José a gardé le contact avec son ex, qui s’est aussi mariée de son côté et a eu deux petites filles.

Et tout ça grâce à ces trois lettres : ICQ.

Quand le père de famille raconte son histoire, il termine par une anecdote liée à ICQ et aux belles rencontres. Avant de faire la connaissance de Cosette, il avait eu quelques rendez-vous dont un, fort sympathique mais sans suite, avec une jeune femme. Sur une intuition, il a mis en contact le frère de son ex avec elle : ils sont aujourd’hui mariés et parents d’un petit garçon. “Et tout ça grâce à ces trois lettres : ICQ.”

A LIRE AUSSI

>> Le Grand Swipe : “J’ai demandé sa main moins de trois mois après notre premier rendez-vous”

>> Le Grand Swipe : "Nous sommes convaincus de finir notre vie ensemble"

>> Le Grand Swipe : "J'ai emménagé chez elle trois jours après notre premier date"