Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

Lucile Bellan
·5 min de lecture

Vous vous rappelez de ce sentiment de vide quand il ou elle prononce l’irrévocabilité ? Pourtant, les ruptures, si elles peuvent apparaître insurmontables, nous apprennent toujours. Largué.e, délivré.e raconte ces moments de la vie où il a été question de se réinventer pour vivre une vie plus belle encore.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

C’était il y a quatre ans, mais Grégory se souvient précisément du moment où Laura lui a annoncé que leur histoire était finie. “On était en vacances dans les Landes depuis quelques jours. Elle voulait aller se promener mais j’étais encore épuisé de mon travail donc je lui ai demandé de reporter notre sortie pour que je puisse aller faire une sieste. J’ai senti qu’elle était déçue alors je lui ai proposé de venir se coucher avec moi. Elle a répondu que notre vie était ennuyeuse, qu’elle gâchait sa jeunesse et qu’elle préférait qu’on en reste là.”

Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie.

Le jeune homme est sous le choc mais il pense au fond de lui que c’est juste une énième petite crise conjugale : “Elle avait tendance à être tendue en permanence et j’étais plutôt la force tranquille. Dans ce sens, nos caractères se complétaient. Je suis allé me coucher quand même parce que je n’avais plus l’énergie de rien et, quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie.” Grégory et Laura ont partagé trois ans de leur vie ensemble, une période qui s’est finie sur un dernier reproche.

Les derniers mois de leur relation, le jeune homme sentait bien que sa compagne n’était plus heureuse et même probablement plus amoureuse : “Elle répétait sans cesse que je n’avais pas de passion, que je ne faisais rien d’autre que travailler et dormir. C’était très confus pour moi parce que je ne savais pas quoi changer. J’étais encore en plein dans mes études pour devenir juriste et je voulais vraiment que ça marche pour nous assurer un avenir confortable. Finalement, à chaque fois qu’on passait du temps ensemble à l’appartement, elle finissait par me crier sa frustration et je ne faisais rien d’autre que rester passif en me disant que ça allait passer.”

Le déclic après la rupture

Redevenu célibataire, Grégory se remet en question. “Je pensais avoir une vie épanouie ou qui était en voie de l’être. J’ai fini par me demander ce dont je pourrais avoir le plus envie. Cette histoire d’absence de passion s’est aussi mise à me travailler. J’ai recontacté des potes de lycée qui faisait un peu de musique à l’époque, j’ai acheté une guitare et j’ai proposé qu’on se fasse quelques sessions ensemble. J’avais toujours rêvé de faire ça et honnêtement j’aurais tout aussi bien pu être super nul mais je me suis dit que c’était l’occasion d’essayer.” L’apprenti guitariste et ses amis se voient une fois par semaine pendant deux heures et le jeune homme s’améliore vite. Il prend même plaisir à composer quelques morceaux avec eux : “L’accomplissement de tout ça c’est quand on a pu commencer à jouer dans un bar de notre ville. Ça a toujours été de petits concerts mais j’adorais l’ambiance et le fait d’avoir du public. On s’amusait vraiment beaucoup et ça nous a énormément soudés.”

Aujourd’hui, Grégory n’a pas totalement remisé sa guitare : “Avec le temps, et quand on est juste amateur, on finit par avoir moins d’opportunités pour jouer de manière régulière. Le confinement n’a évidemment pas aidé. Mais, avec ma bande de potes, on s’est fait quelques bœufs en visio et on emmène toujours nos instruments quand on part en vacances ensemble.”

Les mots de son ex résonnent encore

Parfois, il repense à Laura et à ses reproches sur son manque de passion : “Je me demande si j’étais si ennuyeux et triste à l’époque et puis je me dis que je suis au fond toujours le même. J’ai toujours aimé profiter du moment, je suis quelqu’un d’heureux de nature. Maintenant j’ai appris à m’exprimer par la musique, et j’ai gagné une bande d’amis avec qui je suis très proche, mais je ne me sens pas dramatiquement changé. J’ai toujours autant envie de moments calmes avec ma chérie, de repos, de sérénité. Que je gratte quelques cordes en plus n’a rien changé à ça… À part pour la drague.”

J’ai un peu peur d’entendre à nouveau ces mots qui m’ont blessé.

Le célibataire a bien eu quelques femmes de passage dans sa vie depuis Laura mais aucune n’est restée de manière pérenne auprès de lui : “C’est moi qui bloque encore un peu. Je crois que j’ai réagi avec la musique et les rires de mes potes là où on m’a opposé une vraie violence dans les propos. J’ai un peu peur d’entendre à nouveau ces mots qui m’ont blessé. Alors qu’au fond je ne demande que de partager ma vie avec quelqu’un. Ça viendra, j’en suis sûr.”

Du même auteur :

>> Largué.e, délivré.e : "J'ai trouvé l'amour à l'autre bout du monde après une rupture douloureuse"

>> Largué.e, délivré.e : "J'ai tout quitté : mon travail, mon logement, ma ville. J’avais besoin d’un nouveau départ"

>> Largué.e, délivré.e : "Cette rupture m’a ouvert les yeux sur combien je ne savais pas qui j’étais et même qui elle était"