Déconfinement : la file d'attente à l'ouverture des magasins Zara hallucine les internautes

Katia Rimbert
Journaliste
Zara (Photo by Denis Doyle/Getty Images)

Ce lundi 11 mai, les Français ont (presque) retrouvé leur liberté. Et pour fêter ce premier jour de déconfinement, de nombreuses personnes ont eu la même idée : aller faire leur emplettes chez Zara. Résultat, plusieurs dizaines de clients faisaient la queue devant des boutiques de la griffe espagnole. Ce qui n’a pas manqué de faire débat sur Twitter.

Ça y est, on y est. Le déconfinement est là. Ce matin, en nous réveillant, on a eu un peu de mal à réaliser. Pourtant, à défaut de pouvoir reprendre une vie normale, on peut désormais sortir de chez soi (dans un rayon de 100 kilomètres) sans attestation. Mais avec un masque, c’est crucial pour endiguer la propagation du coronavirus. Parce que la fin du confinement ne signifie pas la fin de la maladie.

Longtemps, on s’est demandé quelle serait la première chose qu’on ferait le 11 mai. Aller voir ses proches, reprendre le chemin du travail, retrouver ou rencontrer son crush, se rendre chez le coiffeur pour le bien de tous, faire une grande balade… Ou alors ne pas spécialement changer ses habitudes. Après deux mois de confinement, certains avaient une priorité numéro 1 : se rendre chez Zara.

Zara pris d’assaut le premier jour du déconfinement

Ce lundi 11 mai, de longues files d’attente se sont formées devant plusieurs magasins de la griffe espagnole, avant même leur ouverture. Et notamment à Bordeaux, dans la rue piétonne Sainte-Catherine - le temple du shopping girondin - comme on peut le voir sur plusieurs vidéos postées sur Twitter. C’était également le cas dans d’autres villes de France, comme à Lyon ou encore à Paris.

Les internautes furieux et perplexes

Pourtant, en avril, un sondage effectué par YouGov pour LSA affirmait que 40% des Français prévoyaient de dépenser moins après le confinement. Visiblement, la réalité est toute autre. Alors forcément, ça n’a pas loupé. De nombreux internautes se sont indignés de voir autant de personnes se ruer dans des enseignes de la chaîne de prêt-à-porter, à peine déconfinées. Même si, précision importante, la distance d’un mètre entre les client.e.s était respectée (comme on peut le voir sur les images ci-dessus) et un filtrage était effectué à l’entrée afin de limiter le nombre de personnes présentes au sein de la boutique.

Plusieurs internautes ont aussi déploré de voir autant de gens faire le pied de grue devant une enseigne de fast-fashion alors qu’on aurait pu s’attendre à un changement des comportements de la population suite à la crise sanitaire, à une volonté d’acheter moins mais mieux, de soutenir les commerces de proximité, les échoppes de quartier ou encore le Made in France, et plus globalement à repenser nos modes de consommation.

A contrario, d’autres twittos ont compris cet engouement. Envie irrépressible de shopping, besoin viscéral de sortir et de se changer les idées après 55 jours de quarantaine, nécessité de renouveler sa garde robe ou de se faire rembourser un article commandé avant le confinement, chacun y va de son hypothèse pour justifier le comportement des acheteurs.

L’une des personnes présentes dans la fameuse file d’attente à Bordeaux, c’est Manon. “Oui, j'avoue, je fais partie des gens qui sont allés faire la queue devant Zara rue Sainte-Catherine ce matin”, confie cette bordelaise de 22 ans, en précisant qu’elle avait “[son] masque, [son] gel hydro-alcoolique et [ses] gants” afin de respecter les gestes barrières. “J'ai bien vu toute la journée des gens se moquer de nous, mais en fait, je m'en fous. Je viens de passer deux mois enfermée chez mes parents, je n'ai pas craqué pour le shopping en ligne parce que je ne voulais pas mettre les livreurs et les préparateurs en danger, mais là, j'avais besoin de sortir de chez moi, de prendre l'air et d'avoir l'impression de retrouver un semblant de normalité. Certaines personnes se sont jetées sur le McDo, moi c'est sur Zara que c'est tombé. Chacun ses priorités !”, nous a-t-elle expliqué.

Si la jeune femme est allée faire une virée shopping ce matin, c’est aussi pour une autre raison. “Avec ce confinement, j'ai pris du poids. Je ne rentre plus dans mes fringues d'avant, et j'en ai ras-le-bol de me traîner en jogging à longueur de journée. Pour moi, ces nouveaux vêtements vont être l'occasion de passer un peu à autre chose, de retrouver un peu confiance en moi... Ça m'a fait du bien, et je ne regrette absolument pas.”

A LIRE AUSSI

>> L'Amour au temps du déconfinement : "Ma réaction à la crise sanitaire l’a déçue. On se sépare"

>> 5 idées de lieux pour un premier rendez-vous amoureux après le confinement

>> Pour un tiers des célibataires, les rencontres amoureuses vont radicalement changer après le déconfinement