Capricorne

22 DÉCEMBRE - 20 JANVIER

Amour : Vous ne serez pas très disponible pour votre partenaire. N'attendez pas trop pour revoir vos priorités et n'hésitez pas à vous accorder une sortie en amoureux le plus rapidement possible ! Cela ravivera la flamme ! Si vous êtes à la recherche de l'âme sœur n'attendez rien de particulier de cette journée.

Travail-Argent : Au travail, des questions administratives et légales prendront une grande partie de votre temps et ce n'est pas ce que vous préférez faire. Il vous faudra trouver des trésors de diplomatie et de persuasion pour obtenir gain de cause. Côté finances, vous serez assez serein et vous pourrez même vous autoriser quelques extras. Vous l'avez bien mérité.

Santé : Vous débordez d'énergie et vos proches auront du mal à vous suivre. Toutefois, vous ne pourrez pas tenir ce rythme très longtemps sans puiser dans vos réserves. Votre moral est plutôt bon mais vous allez devoir évacuer la tension nerveuse accumulée ces derniers jours.

12 september
Illustrations de Jo Ratcliffe
  • Européennes 2024 : on a suivi le tractage de Raphaël Glucksmann avec Lionel Jospin (et on n’était pas les seuls)

    L’ancien Premier ministre Lionel Jospin a accompagné la tête de liste socialiste dans une opération de tractage dans le nord de Paris. Une déambulation qui avait des airs d’embouteillage.

  • Macron arrive en Nouvelle-Calédonie où il vise le retour à "la paix" et au "dialogue"

    Emmanuel Macron a débuté jeudi matin sa visite éclair en Nouvelle-Calédonie en souhaitant un retour "le plus vite possible" à "la paix, au calme, à la sécurité", mais aussi au "dialogue" après une semaine d'émeutes qui ont laissé l'archipel profondément meurtri et dans l'impasse politique."Ma volonté (..) est d'être aux côtés de la population pour que le plus vite possible, ce soit le retour à la paix, au calme, à la sécurité.

  • Israël ne décolère pas après la reconnaissance de l'Etat de Palestine par des pays européens

    Israël ne décolère pas jeudi après la décision de trois pays européens de reconnaître l'Etat de Palestine, en pleine guerre entre son armée et le Hamas palestinien dans la bande de Gaza où les bombardements se poursuivent.Tôt jeudi, une équipe de l'AFP a fait état de frappes dans le secteur de Rafah (sud), tandis que des témoins relevaient d'intenses bombardements à Gaza-Ville, dans le nord du territoire ravagé par plus de sept mois de guerre sans répit. L'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé mercredi leur décision de reconnaître conjointement un Etat palestinien dans l'espoir d'entraîner d'autres pays à faire de même, alors que la solution à deux Etats est, selon Madrid, "en danger".La création d'un Etat palestinien viable apparaît comme une perspective très incertaine en raison notamment de l'absence de pourparlers en ce sens et de la colonisation juive en Cisjordanie occupée.Mais cette reconnaissance est considérée comme une victoire diplomatique pour l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas alors que l'Etat de Palestine est reconnu, selon elle, par 142 des 193 Etats membres de l'ONU, essentiellement non occidentaux. Et elle constitue un nouveau revers pour Israël après que le procureur de la Cour pénale internationale Karim Khan a demandé des mandats d'arrêt contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour des "crimes contre l'humanité" présumés, en même temps que contre les dirigeants du Hamas."Israël ne restera pas silencieux sur cette question" de reconnaissance, a tonné le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz, en annonçant la convocation des ambassadeurs d'Espagne, d'Irlande et de Norvège, et le rappel pour consultations des ambassadeurs israéliens dans ces trois pays.Après leur annonce, la Colombie a confirmé son projet d'ouvrir une ambassade à Ramallah, ville de Cisjordanie occupée où siège l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas. Début mai, le président colombien, dont le pays était un allié clé d'Israël en Amérique latine, a annoncé la rupture des liens diplomatiques entre les deux pays, qualifiant le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de "génocidaire" dans sa conduite de la guerre à Gaza.- "Récompense" pour le Hamas -La reconnaissance de l'Etat de Palestine est "une récompense pour le terrorisme", a lancé Benjamin Netanyahu, un farouche opposant à l'idée d'un tel Etat aux côtés d'Israël. "A ce Mal, on ne peut pas donner un Etat.""Après que l'organisation terroriste Hamas a perpétré le plus grand massacre de Juifs depuis la Shoah (...) ces pays ont choisi de récompenser le Hamas (...) et de reconnaître un Etat palestinien", a souligné M. Katz.Les trois Etats européens ont annoncé leur décision alors que la guerre fait rage entre Israël et le Hamas depuis une attaque sans précédent lancée le 7 octobre 2023 par des commandos du mouvement islamiste palestinien infiltrés depuis la bande de Gaza voisine dans le sud d'Israël.L'attaque a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes. Sur les 252 personnes alors emmenées comme otages le 7 octobre, 124 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes, selon l'armée.Les familles de cinq soldates israéliennes otages à Gaza ont autorisé mercredi la diffusion d'images de leur capture, montrant les jeunes femmes, certaines le visage en sang, assises à terre en pyjama, les mains attachées dans le dos par leurs ravisseurs, avant d'être emmenées en jeep.En riposte à l'attaque, M. Netanyahu a juré d'anéantir le Hamas, son armée lançant une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza, où le Hamas, considéré comme une organisation terroriste par Israël, l'Union européenne et les Etats-Unis, a pris le pouvoir en 2007.Au moins 35.709 Palestiniens, en majorité des civils, ont péri dans cette offensive, selon le ministère de la Santé du gouvernement du territoire palestinien dirigé par le Hamas.- "Coquilles vides" -Le mouvement islamiste palestinien a salué mercredi reconnaissance comme une "étape importante" et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), seul représentant officiel des Palestiniens sur la scène internationale, a parlé de "moments historiques". Les pays arabes l'ont saluée également.Mais à Rafah, ville du sud de Gaza soumise à des bombardements quotidiens israéliens, Ahmed Ziad, 35 ans, a dénoncé des "coquilles vides si l'Amérique et les autres pays européens (...) ne soutiennent pas" une telle reconnaissance.Principal soutien d'Israël, le président américain Joe Biden, a réitéré qu'un "Etat palestinien (devait) voir le jour au travers de négociations directes entre les parties, non par la reconnaissance unilatérale".- "Plus ciblée" à Rafah -Ces derniers développements interviennent alors que les soldats israéliens poursuivent leurs opérations au sol "contre des cibles du Hamas" dans des secteurs de Rafah.Les Etats-Unis, qui ont menacé de cesser certaines livraisons d'armes à Israël en cas d'offensive terrestre de grande ampleur à Rafah où plus d'un million de civils sont piégés, ont jugé mercredi que l'opération était désormais "plus ciblée et limitée", tout en disant préoccupé par le sort des civils sur place.En entrant avec leurs chars dans l'est de Rafah, les militaires ont aussi pris le contrôle du côté palestinien du point de passage éponyme avec l'Egypte, principale entrée des aides humanitaires, pour ensuite le fermer.Depuis, l'acheminement des aides sont quasiment à l'arrêt alors que selon l'ONU 1,1 million de Palestiniens à Gaza font face à des "niveaux de faim catastrophiques".bur-gl/ib

  • “Les Filles du Nil”, un surprenant documentaire féministe

    Le film des réalisateurs égyptiens Nada Riyadh et Ayman El-Amir est l’une des jolies surprises offertes cette année par la Semaine de la critique. Durant quatre ans, ils ont suivi un groupe d’amies qui montent des spectacles de rue pour défendre leurs droits, dans une ville copte du centre de l’Égypte. Interview.

  • Crise en Nouvelle-Calédonie : Tandis que les violences se calment, Macron est à Nouméa pour renouer le dialogue

    COUP DE POKER - Emmanuel Macron est en Nouvelle-Calédonie, archipel profondément meurtri et dans l’impasse politique après 10 jours d’émeutes

  • 🔴 En direct : Israël ne décolère pas après la reconnaissance de la Palestine par des pays européens

    Israël ne décolère pas jeudi après la décision de trois pays européens de reconnaître l'État de Palestine, en pleine guerre entre son armée et le Hamas palestinien dans la bande de Gaza où les bombardements se poursuivent. Suivez notre direct sur la situation au Proche-Orient. L'essentiel de la veille L'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont décidé conjointement mercredi de reconnaître l'existence d'un État de Palestine à compter du 28 mai. En réaction, Israël a annoncé avoir convoqué les ambassad

  • IA : pourquoi Elon Musk compare la fonction Recall de Windows à « Black Mirror » ?

    Microsoft a dévoilé un super historique qui permet à son assistant intelligent de retrouver un contenu ou une information sur notre PC… en enregistrant tout ce qu’il se passe à l’écran.

  • Dernier adieu des Marseillais à l'ancien maire Jean-Claude Gaudin

    Les obsèques de Jean-Claude Gaudin, qui a dirigé Marseille pendant un quart de siècle, se dérouleront jeudi après-midi à la cathédrale de la Major, où plusieurs personnalités sont attendues pour rendre hommage à cette figure de la droite française.La cérémonie en hommage à ce fervent catholique sera présidée par le cardinal Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille.

  • Guerre en Ukraine : Londres accuse la Chine de fournir une « aide létale » à la Russie

    CONFLIT - Le ministre britannique de la Défense affirme avoir « la preuve que la Russie et la Chine collaborent à l’élaboration d’équipements de combat » pour la guerre en Ukraine

  • Européennes: débat Attal-Bardella, Glucksmann fait l'appel, Bellamy à Colombey

    A 17 jours des européennes, Jordan Bardella, le président du Rassemblement national, sera ciblé de toutes parts jeudi, entre son débat télévisé avec Gabriel Attal, "l'appel à la résistance contre l'extrême droite" de Raphaël Glucksmann et la visite de François-Xavier Bellamy à Colombey-les-deux-Eglises.La majorité ne sera pas seule à cibler le RN: la tête de liste PS/Place publique Raphaël Glucksmann lance jeudi à Paris, en présence du socialiste néerlandais Frans Timmermans, un "appel à la rési

  • En Nouvelle-Calédonie, Macron observe une minute de silence pour les six morts dans les manifestations

    Le chef de l’État est arrivé à Nouméa pour tenter de mettre fin à la crise et aux manifestations qui ont fait six morts.

  • Nouvelle-Calédonie: Emmanuel Macron veut "l'apaisement", mais sans "retour en arrière" institutionnel

    Devant des élus de l'archipel ce jeudi 23 mai à Nouméa, le président de la République a affirmé que "l'apaisement" ne pourra pas être possible en revenant sur le résultat des trois référendums organisés en Nouvelle-Calédonie ces dernières années.

  • Pékin lance des manoeuvres militaires autour de Taïwan, une «punition» envers le nouveau président

    La Chine a lancé jeudi des manœuvres militaires autour de Taïwan, une « punition sévère » selon elle trois jours après le discours d'investiture du nouveau président taïwanais Lai Ching-te, qu'elle considère comme un « aveu d'indépendance ». Il s'agit d'une « punition sévère pour les actes séparatistes des forces indépendantistes de Taïwan et un avertissement sévère contre l'ingérence et la provocation des forces extérieures », selon Li Xi, le porte-parole du commandement du théâtre est de l'arm

  • La Chine lance des manœuvres militaires autour de Taïwan en guise de "punition"

    Trois jours après l'investiture du nouveau président taïwanais, la Chine a annoncé jeudi avoir lancé des manœuvres militaires "autour de" Taïwan en guise de "punition" contre les indépendantistes et d'"avertissement" à l'encontre des "forces extérieures". La Chine a lancé jeudi 23 mai des manœuvres militaires autour de Taïwan, une "punition sévère" selon elle trois jours après le discours d'investiture du nouveau président taïwanais Lai Ching-te, qu'elle considère comme un "aveu d'indépendance".

  • En Nouvelle-Calédonie, Emmanuel Macron promet des « annonces » mais pas de « retour en arrière »

    Le chef de l’État est arrivé à Nouméa, plus d’une semaine après le début des manifestations contre la révision constitutionnelle.

  • La Chine lance des manœuvres militaires "autour de" Taïwan, un "avertissement sévère"

    Ces exercices militaires dirigés par Pékin, vont durer deux jours et impliquent l'armée de terre, la marine, l'armée de l'air et l'unité des fusées, selon Li Xi, un responsable de l'armée chinoise.

  • Présidentielle américaine 2024 : Trump affirme avoir une preuve du FBI montrant que Biden voulait sa mort

    ACCUSATIONS - En pleine campagne présidentielle aux Etats-Unis, Trump a laissé entendre qu’un mandat de perquisition du FBI de 2022 prouvait que Biden voulait sa mort

  • Londres accuse Pékin de fournir une "aide létale" à la Russie contre l'Ukraine

    Le ministre de la Défense britannique a affirmé mercredi avoir la "preuve que la Russie et la Chine collaborent à l'élaboration d'équipements de combat destinés à être utilisés en Ukraine", et a prévenu que l'Otan devait "se réveiller". De son côté, Washington minimise les propos de ce dernier. La Chine fournit actuellement une "aide létale" à la Russie pour qu'elle l'utilise dans sa guerre contre l'Ukraine, a dénoncé mercredi 22 mai le ministre britannique de la Défense, Grant Shapps. "Nous avo

  • Nouvelle-Calédonie: minute de silence observée par Emmanuel Macron pour les six personnes tuées lors des émeutes

    Avant de prendre la parole au Haut-commissariat de Nouméa, le président de la République a rendu hommage aux deux gendarmes et quatre civils morts lors des émeutes qui ont secoué l'archipel.

  • Nouvelle-Calédonie: Emmanuel Macron observe une minute de silence en hommage aux six personnes tuées lors des émeutes

    Le président de la République a rendu hommage ce jeudi 23 mai à Nouméa aux six personnes (deux gendarmes, quatre civils) tuées lors des émeutes en Nouvelle-Calédonie.