Vierge

23 AOÛT - 22 SEPTEMBRE

Amour : Votre humeur amoureuse sera des plus changeantes aujourd'hui et vous passerez de la tendresse à l'irritabilité sans prévenir. Heureusement, les influences astrales vont évoluer en cours de journée et vous retrouver une attitude passionnée et romanesque. En couple, vous retrouverez l'envie de construire une relation durable sur des bases solides.

Travail-Argent : Une altercation est possible entre un collègue ou un client et vous mais cela restera anecdotique. L'ambiance professionnelle sera plus favorable et porteuse d'avancement professionnel que ces derniers temps. En revanche, cette journée pourrait être quelque peu ternie par un appel ou un courrier de votre banque concernant un découvert ou un impayé. Pas d'inquiétude, vous saurez vous tirer d'affaires sans problème.

Santé : Vous ne manquerez pas de vitalité. Toutefois, vous pourriez ressentir de petits troubles gastriques passagers.

02 december
Illustrations de Jo Ratcliffe
  • "Hideux" : Kate Middleton atteinte d'un cancer, cette Une de magazine attise la colère

    Ce 23 mai 2024, le magazine Tatler a dévoilé une Une de son nouveau numéro mettant à l’honneur Kate Middleton. Un choix polémique.

  • Hailey Bieber enceinte : elle dévoile son baby-bump avec Justin Bieber lors d'un séjour au Japon

    Ce 24 mai 2024, le couple Hailey et Justin Bieber a fait sensation sur Instagram en partageant des clichés inédits de leur voyage au Japon.

  • VOICI - Astro Star : Quelle célébrité est du même signe que vous ?

    Quand la planète de l’amour rencontre le signe le plus communicatif du zodiaque, à quoi peut-on s’attendre ? Découvrez le résultat de cette conjonction astrale si spéciale avec votre horoscope du vendredi 24 mai 2024 !

  • Affaire conclue déprogrammée un long moment, Julia Vignali obligée s'éloigner de l'antenne de France 2

    Depuis la fin août 2023, Julia Vignali assure la présentation d'"Affaire conclue" chaque jour en fin d'après-midi. La femme...

  • En Nouvelle-Calédonie, Emmanuel Macron “veut l’apaisement à tout prix”

    Lors d’une visite éclair jeudi 23 mai dans l’archipel du Pacifique, le président français s’est engagé à ne pas faire passer “en force” la réforme du corps électoral.

  • Pilules abortives : la Louisiane va encore plus loin pour limiter l’IVG avec cette loi

    La mifépristone et le misoprostol sont désormais classés comme « substances dangereuses ».

  • Elections en Afrique du Sud, les plus incertaines depuis 30 ans

    Les partis sud-africains se préparent à un dernier week-end de grands meetings avant l'élection législative mercredi, qui promet d'être la plus contestée depuis 30 ans, le parti au pouvoir étant menacé d'enregistrer un recul historique dans les urnes.Les Sud-Africains de l'étranger ont déjà voté et en début de semaine, ce sera le tour d'un million d'électeurs ayant demandé une procuration (maisons de retraite, prisons, hôpitaux) avant le scrutin de mercredi, décrété jour férié.

  • Après la venue de Macron, la Nouvelle-Calédonie dans l'incertitude

    La Nouvelle-Calédonie est dans l'incertitude vendredi, au lendemain d'une visite du président Emmanuel Macron, qui a promis que la réforme électorale contestée sur l'archipel ne passerait "pas en force", mais maintenu le cap d'une sortie de crise d'ici à fin juin.Arrivé jeudi matin à Nouméa, le chef de l'Etat a tenu des consultations avec les loyalistes, favorables à cette réforme, et les indépendantistes, qui lui sont hostiles.Cette réforme dite du "dégel" prévoit d'élargir le corps électoral pour les élections provinciales. C'est ce texte qui a mis le feu aux poudres et déclenché une vague de violences que l'île n'avait plus connue depuis quatre décennies.Les émeutiers, dont elle a provoqué la colère dès le 13 mai, avant son adoption par l'Assemblée nationale le 15 mai, estiment inacceptable la manière dont elle a avancé, alors qu'elle va selon eux diluer le poids des autochtones dans la vie politique."Je me suis engagé à ce que cette réforme ne passe pas en force", a promis M. Macron.Mais il a demandé "la reprise du dialogue en vue d'un accord global" pour accorder le droit de vote à davantage d'électeurs, d'ici à fin juin, pour qu'ensuite "cet accord puisse être soumis au vote des Calédoniens".Avant cette échéance politique, l'"objectif est de rétablir l'ordre dans les jours à venir", a-t-il prévenu. "Nous allons donc reprendre pas à pas chaque quartier, chaque rond-point, chaque barrage", avec entre autres "3.000 forces de sécurité intérieure".- "Pas le Far West" -Dans un entretien télévisé avec des journalistes calédoniens diffusé vendredi, il a ainsi justifié les forces engagées: la Nouvelle-Calédonie, "c'est pas le Far West"."Ce que je demande de manière immédiate, c'est la levée de tous les blocages, la levée des points de violence, et qu'il y ait un appel clair à ces levées. Par le FNLKS, la CCAT et tout responsable", a-t-il ajouté.Le FNLKS est un mouvement indépendantiste invité aux négociations, et la CCAT une organisation radicale indépendantiste accusée par les autorités d'attiser la violence.Six morts, dont deux gendarmes, et des dégâts considérables sont à déplorer depuis le début des affrontements.L'état d'urgence instauré le 16 mai continue de prévaloir, avec les mesures qui l'accompagnent: couvre-feu de 12 heures quotidiennes, interdiction de rassemblement, de transports d'armes et de vente d'alcool, bannissement de l'application TikTok.Cette dernière mesure, attaquée devant le Conseil d'Etat, a été confortée par la juridiction administrative jeudi.Les barrages instaurés par les émeutiers restent eux aussi en place.Sur la côte est de la Grande Île, le carrefour entre la route qui en traverse le centre et celle qui longe l'océan est par exemple bloqué. Le passage n'est accordé qu'aux véhicules de secours.- "Moyens phénoménaux" -Dans le quartier de Montravel à Nouméa, les militants sont en attente vendredi d'une communication officielle du FLNKS sur "les directives concernant la suite du mouvement"."On doit aussi se réunir avec les anciens pour discuter. De notre côté, on se tient prêt à poursuivre la mobilisation puisque apparemment le président de la République ne veut pas nous écouter", explique à l'AFP l'un des émeutiers, qui ne donne que son prénom, Yamel."On attend tous la décision du FLNKS", a affirmé la cheffe de file des loyalistes, Sonia Backès, sur la radio RRB."Un accord est possible si tout le monde est de bonne foi (...) Si tout le monde est de bonne volonté pour montrer qu'on est prêt à vivre ensemble sur cette terre, ça fonctionnera", a-t-elle estimé.Mais, a-t-elle prévenu, le retour au calme prendra du temps. "Les opérations qui sont menées quartier par quartier demandent des moyens phénoménaux (...) Les forces de l'ordre se font tirer dessus à balles réelles. Les barrages sont quand même très lourds à débarrasser", selon Mme Backès.Pendant ce temps, la vie reprend doucement. La Banque de Nouvelle-Calédonie a par exemple annoncé la réouverture vendredi de cinq de ses 18 agences. Trois d'entre elles ont été incendiées.L'aéroport international de La Tontouta, en revanche, reste fermé depuis le 14 mai. Aucun vol commercial n'aura lieu jusqu'à mardi, a annoncé vendredi son exploitant, la Chambre de commerce et d'industrie.Les pays voisins s'activent pour trouver les moyens de faire évacuer leurs ressortissants.Le gouvernement du Vanuatu a indiqué qu'il organisait vendredi le rapatriement de quelque 160 étudiants dans la journée, avec trois vols. Selon les images de la chaîne de télévision VBTC, c'est un avion militaire français qui a assuré le premier.La Nouvelle-Zélande a affirmé que le rapatriement restait "une priorité urgente", après l'arrivée de 50 de ses ressortissants vendredi matin à Auckland. Et des appareils militaires australiens et néo-zélandais effectuent vendredi des rotations avec l'aérodrome de Nouméa, selon le site internet Flightradar24.md-cm-hh/sha/lpa

  • Débat Jordan Bardella - Gabriel Attal : le président du RN confronté à ses limites

    Ce qu’il faut retenir du débat sur France 2, où les échanges ont tourné à l’avantage du Premier ministre, qui a plusieurs fois mis son contradicteur en difficulté.

  • La Nouvelle-Calédonie ne doit pas devenir "le Far West", lance Emmanuel Macron

    Le président français Emmanuel Macron a affirmé, dans un entretien à la chaîne publique Nouvelle-Calédonie La 1ère diffusé vendredi, que l'archipel ne doit pas devenir "le Far West". Il a également assuré vouloir ramener la Nouvelle-Calédonie vers le "chemin de l'apaisement". La Nouvelle-Calédonie, archipel français secoué par une flambée de violences, ne doit pas devenir "le Far West", a prévenu le président Emmanuel Macron lors d'une interview à la presse locale diffusée vendredi 24 mai à la t

  • En Hongrie, procès d'une Italienne incarnant pour Orban la "violence d'extrême gauche"

    Le procès d'une Italienne, accusée d'avoir attaqué des néo-nazis présumés et qui était apparue enchaînée devant un tribunal, débute vendredi en Hongrie, une affaire qui a suscité une forte émotion dans la péninsule et des tensions diplomatiques.- "Crime brutal" - Incarcérée depuis février 2023 en marge d'une manifestation contre un rassemblement néo-nazis, Ilaria Salis est accusée par le parquet d'avoir commis des violences à plusieurs reprises.

  • Pas-de-Calais : la foudre s’abat sur un terrain de foot, un mort et un blessé grave

    L’entraîneur de l’AS Courrières est décédé, jeudi, lors d’un impact de foudre sur le terrain de foot du club en plein entraînement.

  • Dernier rendez-vous avec la justice pour Jonathann Daval ?

    Jonathann Daval, condamné en 2020 pour le meurtre de son épouse Alexia, a de nouveau rendez-vous avec la justice à Besançon vendredi, pour la décision dans l'affaire de dénonciation calomnieuse l'opposant à sa belle-famille, qui s'annonce comme l'épilogue de cette saga judiciaire singulière.  Tout en reconnaissant "l'immoralité rare" des accusations de Jonathann Daval envers sa belle-famille, le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, avait estimé lors de l'audience qu'il était

  • Prince William attendu au mariage de Hugh Grosvenor avec Kate et leurs enfants pour un rôle de premier plan

    Le prince William, Kate Middleton ainsi que leurs enfants sont invités au mariage de Hugh Grosvenor, le 7 juin 2024. Alors que le prince de Galles y jouera un rôle important, le prince Harry et son épouse seront absents.

  • La présence de Mohammad Rasoulof au Festival de Cannes indigne la presse iranienne

    Ce 24 mai, le cinéaste dissident iranien va monter les marches du Palais des festivals de Cannes. Une semaine après avoir pris le chemin de l’exil, il vient défendre son nouveau film, “Les Graines du figuier sauvage”, en lice pour la Palme d’or. Une situation fraîchement accueillie par la presse officielle.

  • La Chine encercle Taïwan pour tester sa capacité à y "prendre le pouvoir"

    La Chine a déclaré vendredi que les manœuvres en cours encerclant Taïwan avaient pour objectif de tester sa capacité militaire à "prendre le pouvoir" dans l’île autonome, quelques jours après l'investiture du nouveau président.Ces manoeuvres, baptisées "Joint Sword-2024A", interviennent après la prestation de serment lundi de Lai Ching-te, dont le discours d'investiture a été perçu par la Chine comme un "aveu de l'indépendance de Taïwan".Démarrés jeudi matin, elles impliquent l'armée de terre, la marine, l'armée de l'air et l'unité des fusées.Elles doivent durer jusqu'à vendredi inclus mais les analystes préviennent qu'elles pourraient être prolongées ou renouvelées prochainement.Leur objectif est de vérifier la "capacité de prendre le pouvoir et de frappes conjointes, ainsi que de contrôle de territoires clés", a déclaré vendredi Li Xi, porte-parole du commandement du théâtre Est oriental de l'armée chinoise.Jeudi, des navires et des avions militaires ont encerclé Taïwan, Pékin affirmant que ces exercices constituaient une "punition sévère" contre les "séparatistes" de l'île qui finiront "dans le sang".Taïwan "défendra les valeurs de liberté et de démocratie", a réagi jeudi M. Lai, décrit par Pékin comme un "dangereux séparatiste" pour ses déclarations passées en faveur de l'indépendance de Taïwan, même s'il a depuis modéré son discours. "Je me tiendrai sur la ligne de front avec nos frères et sœurs de l'armée pour défendre ensemble la sécurité nationale", a-t-il ajouté.La Chine estime que Taïwan est l'une de ses provinces, qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec son territoire depuis la fin de la guerre civile et l'arrivée au pouvoir des communistes en 1949.- Appel "à la retenue" -Depuis quelques années, Pékin a intensifié ses menaces et les pressions politiques, économiques et militaires sur Taïwan.Ces manœuvres constituent une "punition sévère pour les actes séparatistes des forces +indépendantistes de Taïwan+ et un avertissement sévère contre l'ingérence et la provocation des forces extérieures", avait indiqué jeudi Li Xi.Elles ont lieu "dans le détroit de Taïwan, au nord, au sud et à l'est de l'île de Taïwan, ainsi que dans les zones situées autour des îles de Kinmen, Matsu, Wuqiu et Dongyin" - proches de la côte est chinoise, a-t-il précisé.L'ONU a appelé à éviter toutes les parties à "s'abstenir de toute action pouvant aggraver les tensions" et à Washington, un haut responsable qui a requis l'anonymat a affirmé que les Etats-Unis "surveillaient de très près" la situation et appelaient la Chine "à la retenue".La République populaire de Chine dit privilégier une réunification "pacifique" avec le territoire insulaire de 23 millions d'habitants, mais n'exclut pas d'employer la force.Lors de sa prestation de serment lundi, Lai Ching-te avait appelé la Chine à "cesser ses intimidations politiques et militaires".Les séparatistes taïwanais "seront cloués au pilori de la honte pour l'histoire", avait réagi le lendemain le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.Vendredi, l'agence officielle Chine Nouvelle et le journal du parti communiste, le Quotidien du peuple, ont tous deux publié des éditoriaux faisant l'éloge des manoeuvres militaires, fustigeant le "comportement perfide" de M. Lai et promettant de lui asséner "un coup sévère".Les précédents exercices militaires chinois d'ampleur autour de Taïwan avaient eu lieu en août 2023, une "sévère mise en garde" selon Pékin après une visite de M. Lai, alors vice-président, aux Etats-Unis.Pékin avait également lancé des manœuvres d'une envergure historique en août 2022 après la visite sur l'île de Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre des représentants américaine.bur-je/cwl/juf/ka/ib

  • Symbole de liberté, l'Iranien Rasoulof clôt la compétition cannoise après avoir fui son pays

    Un symbole pour la liberté d'expression: le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof défendra vendredi en personne à Cannes son film en lice pour la Palme d'or, sa première apparition publique après avoir réussi à fuir clandestinement le régime de Téhéran.Grande voix du cinéma iranien qui n'a cessé de braver la censure, Mohammad Rasoulof n'a pas mis les pieds à Cannes depuis 2017 et le prix Un certain regard pour "Un homme intègre", qui abordait la question de la corruption.

  • "Ce n'est pas le Far West" : Emmanuel Macron promet le "retour à l'ordre" en Nouvelle-Calédonie

    Dans un entretien accordé à la presse de l'archipel ce jeudi 23 mai, le président de la République est revenu sur les émeutes qui secouent la Nouvelle-Calédonie. Il promet le rétablissement de "l'ordre républicain".

  • Carrefour: rémunération, modèle social et climat au programme de l'assemblée générale

    Entre interrogations sur la rémunération du PDG Alexandre Bompard, sur le modèle social du distributeur ou sur l'efficacité de sa lutte contre le réchauffement climatique, l'assemblée générale du seul distributeur du CAC 40, Carrefour, promet d'être animée vendredi matin à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).L'assemblée générale permettra de connaître l'opinion des actionnaires, qui n'avaient entériné la rémunération d'Alexandre Bompard qu'avec réticence un an plus tôt.