Je n'aime pas Noël : le budget des cadeaux, une source de dispute au sein des foyers ?

Laetitia Reboulleau
·4 min de lecture
Little girl holding tall stack of christmas presents, standing in living room
© Getty Images

607 euros. Tel est le budget moyen des Français pour ce Noël 2020, entre les cadeaux, le repas du réveillon et les tenues de fêtes. Malheureusement, au sein d'une même famille, tout le monde n'a pas forcément les moyens de mettre la même somme dans les présents des uns et des autres. Et cela peut parfois générer des conflits.

Si Noël n'est plus considéré comme une fête religieuse par une grande majorité de celles et ceux qui la célèbrent, impossible de nier son caractère commercial. Chaque année, les gens se pressent dans les magasins, enchaînent les commandes sur Internet et se ruent sur le papier cadeau avec un objectif : gâter leurs proches. Mais au-delà du plaisir ressenti lorsque l'on a une attention qui plaît, Noël peut aussi se transformer en concours de popularité. C'est à celui qui fera le plus beau présent, le plus touchant, et parfois : le plus cher. Ce qui peut être un sujet de discorde dans les familles où tout le monde n'a pas le même budget.

VIDÉO - Réveillon de Noël : les familles s’organisent pour limiter les risques

"J'ai peur que mes proches soient déçus de mes cadeaux"

Dans la famille de Joëlle, chaque année, c'est la même galère au moment de préparer les cadeaux : "Non seulement personne ne fait de listes, ce qui rajoute une sacrée charge mentale pour trouver des choses qui vont plaire à tout le monde, mais en plus, on est méga nombreux." Au chômage depuis plusieurs mois après avoir perdu son travail à cause de restrictions budgétaires, cette traductrice redoute l'ouverture des cadeaux cette année. "Dans ma famille, la tradition, c'est de faire un cadeau chacun à chaque personne, soit 11 présents à acheter dans mon cas. Ce qui représente un sacré budget, problème que mes frères et sœurs n'ont pas. J'ai peur que les petites bricoles que je vais leur offrir ne les déçoivent, et surtout, je sais que je vais me sentir gênée devant les jolies choses que je vais recevoir lors du réveillon."

VIDÉO - Comment faire des cadeaux de Noël plus écolos ?

Pour essayer de contrecarrer la situation, Joëlle avait pourtant voulu changer un peu les choses cette année. Proposer de ne faire qu'un seul cadeau par personne, une loterie, ou tout simplement de fixer un budget. "Je pensais que c'était l'idée idéale, mais mes frères m'ont clairement dit qu'ils ne comptaient pas jouer le jeu. Ils gagnent tous les deux beaucoup d'argent, et le dépenser est le meilleur moyen pour eux de le prouver. Même s'ils mettent cela sur le dos de la situation, à grands coups de 'Il faut relancer l'économie et soutenir les petits commerçants'..."

"Au SMIC, je ne peux pas gâter mes enfants autant que mon ex-mari"

Cette année, Anaïs va connaître son deuxième Noël depuis qu'elle est séparée du père de ses enfants, et après ce qu'il s'est passé l'année dernière, elle n'a pas vraiment hâte de mettre ses paquets sous le sapin. "L'an dernier, avec mon ex, on s'était mis d'accord. Deux cadeaux par enfant, et un budget total de 50 euros pour chacun. Les petits ont 6 et 10 ans, à leur âge, c'est largement suffisant." Seulement voilà, lorsqu'elle a récupéré ses deux fils chez leur père le 25 décembre au matin, ces derniers ont débarqué avec des sacs entiers remplis de jouets. "Leur père n'a pas suivi les règles qu'on avait mises en place ensemble", regrette-t-elle.

Résultat ? En rentrant chez leur mère, les petits n'ont pas caché leur surprise... Ni leur déception. "À cet âge-là, ils sont sans filtre. Ils m'ont dit ‘Ah, c'est tout ?’". Ça m'a brisé le cœur. Mes fils ne croient plus au Père Noël, et pour eux, si je les gâte moins que leur père, c'est que je les aime moins." Cette année, cette mère célibataire n'a même pas pris la peine de s'entretenir avec son ex. "Si c'est pour qu'il ne respecte pas les règles, ça ne vaut pas le coup. Et je sais déjà que je ne vais pas pouvoir rivaliser : je gagne le SMIC, et lui, il est blindé. Alors en attendant, je me prépare psychologiquement, et j'espère que mes petits loups seront tout de même heureux de mes trouvailles pour leur faire plaisir." Son idée : privilégier des expériences inoubliables, plutôt que des jouets dont ils se lasseront dans quelques jours, ou quelques mois.

A LIRE AUSSI

> Je n'aime pas Noël : "La société nous impose d'être heureux, entourés et enjoués à des dates précises"

> Je n'aime pas Noël : à cause de la Covid-19, ils passeront les fêtes en solo

> Je n'aime pas Noël : vegan dans une famille de viandards, le réveillon est un enfer