La lingerie menstruelle a-t-elle vocation à être sexy ?

·6 min de lecture
Reusable eco-friendly feminine hygiene period menstruation underwear pants. Top view on white textured background.
© Getty Images

La lingerie menstruelle a été une révolution pour bon nombre de personnes réglées. Réutilisables, ces culottes de règles permettent de ne pas avoir à se soucier des tampons et autres serviettes hygiéniques. Elles se portent comme des dessous classiques, l'absorption en plus. Mais au-delà de l'aspect patrico-pratique de ces sous-vêtements menstruels, de plus en plus de marques développent des modèles qualifiés de "sexy". Est-ce vraiment une bonne idée ?

Le débat sur la précarité menstruelle n'en finit pas, et si la gratuité des protections périodiques pour les étudiant·e·s réglé·e·s est une belle avancée en la matière, la question de la gestion des règles au quotidien est loin d'être résolue. De plus en plus, les tampons et autres serviettes périodiques font l'objet d'une méfiance, pour ne pas dire une défiance de la part des personnes qui les consomment. Pour cause, en France, il n'existe à l'heure actuelle aucune obligation légale pour les marques de dévoiler la composition précise de leurs protections. Impossible donc de savoir si ces dernières contiennent des perturbateurs endocriniens, des matières toxiques, du chlore... Et cela ne rassure personne.

Vidéo. Mélissa nous parle de son expérience du flux instinctif libre

La solution ? Certaines personnes pensent l'avoir trouvée en se tournant vers des protections réutilisables. La cup fait partie des plus connues, même si elle n'est pas forcément la plus pratique à utiliser. Récemment, la lingerie menstruelle a fait une arrivée remarquée sur le marché. Le principe ? Des culottes qui se portent tout au long de la journée comme des sous-vêtements classiques, à rincer à l'eau froide et à laver en machine pour pouvoir les réutiliser. Pratique, efficace, elles permettent de faire des économies sur le long terme – même si elles représentent un investissement conséquent sur le coup – et garantissent de ne plus jamais tacher sa culotte préférée parce que sa protection périodique a fuité. Bref, c'est tout bénef' pour les personnes qui ont adopté ce système.

De la lingerie mensturelle sexy ? Et pourquoi pas ?

Sans surprise, de plus en plus de marques se tournent vers ce business des règles, ce qui signifie que les personnes menstruées ont de plus en plus d'options pour trouver des modèles qui leurs correspondent, y compris des modèles plus sexy. Elia, Liixy ou encore Loop proposent notamment des strings menstruels. Et c'est également le parti pris par Malucette, qui propose des tangas menstruels. Lancée grâce à une campagne de financement participatif qui a cartonné en 2020, la marque créée par l'ancienne mannequin Willo Marchais propose un modèle de sous-vêtement menstruel plus sexy, qui a pour but de "changer de la culotte de grand-mère". "Notre démarche a pour but de permettre aux femmes de se sentir plus à l'aise pendant cette période-là, en leur offrant de la lingerie menstruelle qui soit jolie, dans laquelle elles puissent se sentir fortes, confiantes, belles... Pendant une période où on ne se sent pas forcément au top", nous explique cette dernière.

Vidéo. Trois alternatives aux protections hygiéniques jetables

"Aujourd'hui, dans la lingerie menstruelle, c'est vraiment très limité en termes de modèles, et on aimerait proposer aux femmes de porter ce qu'elles ont envie de porter, pour qu'elles se sentent bien. A l'heure actuelle, on propose seulement le modèle de tanga, mais à long terme, on espère pouvoir proposer aux client·e·s différents modèles en termes de coupe, de couleur... Comme n'importe quelle marque de lingerie, où les femmes peuvent trouver ce qu'elles ont envie de porter." Cette initiative a déjà séduit plus de 3 000 personnes, et l'idée d'une lingerie menstruelle sexy ne déplaît pas aux consommateurs et consommatrices. C'est notamment le cas de Louise, qui précise : "J'aime beaucoup les sous-vêtements sexy, je me sens bien dedans, même quand j'ai mes règles. Et d'un point de vue du confort, je préfère les dessous échancrés." De son côté, Noémie l'affirme : "Personnellement, je trouve ça cool que la lingerie menstruelle soit sexy ou jolie. Pendant mes règles, je me sens hyper mal et moche, alors si en plus je devais porter un truc semblable à un parachute, ça serait la totale... Des culottes de règles sexy, ça peut rendre la chose plus agréable à porter."

"La prochaine étape c'est quoi, sexualiser les tampons ?"

Si l'idée d'avoir de la lingerie menstruelle séduit forcément certaines personnes menstruées, tout le monde n'est pas forcément convaincu par la démarche. C'est notamment le cas d'Iris, qui affirme : "Quand mes ovaires me torturent, je n'ai pas spécialement envie d'être sexy, juste qu'on me foute la paix." Clémentine, elle va plus loin et exprime un ras-le-bol emprunt de colère : "Franchement, il y en a marre de voir passer des pubs pour de la lingerie menstruelle sexy. Le corps des femmes est sexualisé en permanence, et maintenant, on se devrait d'être bonnes également pendant qu'on se vide de notre sang, alors qu'un énorme pourcentage de personnes réglées souffrent le martyr et ne peuvent même pas bouger tellement elles ont mal ? La prochaine étape c'est quoi, sexualiser les tampons parce qu'ils ont une forme phallique ?" Un avis partagé par Virginie, qui estime que "tout sexualiser, même les règles, c'est au-delà de mes forces."

Vidéo. Illana Weizman brise un tabou en parlant du post-partum, une période volontairement invisibilisée

Pourtant, Willo Marchais se défend de vouloir sexualiser les corps pendant les règles. Selon elle, sa démarche en créant un tanga menstruel était plutôt de permettre aux femmes de se sentir mieux dans leur peau. "Sexy, ce n'est pas forcément sexy pour quelqu'un d'autre, mais aussi pour soi-même", rappelle-t-elle. "L'objectif n'est pas de le faire pour plaire à quelqu'un ou pour plaire à la société, mais pour soi-même. Pour être bien, à l'aise, et se sentir belle, même pendant cette période où ce n'est pas toujours facile."

Du côté de la plupart des concerné·e·s, sexy ou pas, peu importe au final l'apparence de leurs dessous pendant cette période du mois. Si l'idée de strings ou de tangas ne les dérange pas, une inquiétude revient cependant : "Un string pour les règles, ça ne me paraît pas super absorbant", s'inquiète Julie. "Moins de tissu, ça veut dire moins de capacité d'absorption, et donc plus de risques de fuites. Je ne m'y risquerai pas, même si l'idée est tentante." La lingerie menstruelle sexy, moins efficace ? Pas forcément, selon Willo Marchais : "C'est une question hyper récurrente parce que, comme il y a moins de tissu, les filles se disent que c'est moins absorbant. Mais en fait, l'avantage des tangas menstruels, c'est que le tissu reste vraiment plaqué contre la vulve, puisque le tanga remonte vraiment sur les hanches. Du coup, le sang est automatiquement absorbé, ce qui n'est pas le cas avec une culotte menstruelle." Un argument qui pourrait bien convaincre les personnes comme Louise, fan de lingerie sexy : "Pour l'instant, je n'ai pas trouvé mon bonheur en la matière, raison pour laquelle je n'ai pas encore franchi le cap des culottes menstruelles. Mais un modèle sexy pourrait me pousser à changer de système de protection périodique."

Article : Laetitia Reboulleau

Interviews : Lucile Bellan, Carmen Barba

A LIRE AUSSI

>> En cas de règles douloureuses, masturbez-vous !

>> Précarité menstruelle : éponges, gant de toilette... Par manque d'argent, les femmes improvisent des protections menstruelles

>> Flux instinctif libre : "Grâce à cette méthode, ça ne me coûte plus rien d'avoir mes règles"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles