Le coronavirus a changé le comportement d’un tiers des célibataires sur les applications de rencontre

Katia Rimbert
Journaliste
(Crédit photo : Getty Images)

Depuis le début du déconfinement, les célibataires ont pu rencontrer leurs crushs dans la vraie vie. Mais les pratiques de dating ont - et vont - radicalement changer pour une majorité d’entre eux, comme le révèle une étude menée par l’application de rencontre Once.

Pécho, c’est plus ce que c’était. On pensait que les amours déconfinés allaient être libérés, mais ce n’est pas aussi simple. Depuis le 11 mai, premier jour du déconfinement, les amoureux respirent de nouveau. Et depuis le 2 juin, ils peuvent se donner rendez-vous plus facilement grâce à la réouverture des terrasses des bars et restaurants, de celle des parcs aussi, et de l’abolition de la limite de 100 kilomètres de son domicile pour pouvoir se déplacer. Autant de (très) bonnes nouvelles pour les couples confinés loin l’un de l’autre et pour les célibataires qui n’avaient qu’une envie : rencontrer en chair et en os l’objet de leur affection.

Rencontrer quelqu’un à l’ère du coronavirus

Sauf que le virus circule toujours et qu’il faut rester prudent, en respectant les gestes barrières et la distanciation sociale. Forcément, il faut s’adapter et transformer la drague telle qu’on la connaît. Et ça, les adeptes des rencontres en ligne l’ont bien compris, comme le révèle une étude réalisée par l’application de slow dating Once en mai dernier. La plateforme a interrogé pas moins de 4296 personnes majeures en France mais aussi en Allemagne, en Angleterre et en Italie. Résultat, il y aura un avant et un après coronavirus.

Pendant la quarantaine, bon nombre de cœurs à prendre ont eu un crush de confinement. Ils se sont accrochés à quelqu’un, ont passé plus de temps à chatter avec cette personne (en même temps, ça occupe), les sentiments ont parfois été exacerbés par cette situation inédite… Ils sont même 16% à “avoir vécu une ‘corona-romance’” selon le sondage. Mais ils sont bien plus nombreux à avoir remis en cause leur façon de rencontrer de nouvelles personnes à cause de la pandémie de coronavirus.

La crise sanitaire impacte le comportement des célibataires

35% des Français interrogés ont confié que la crise sanitaire a changé leur comportement face à une nouvelle rencontre tandis que 55% affirment que le fait d’avoir été célibataire pendant le confinement a “changé quelque chose dans leur façon de le vivre”.

La crise sanitaire a aussi bouleversé les habitudes des cœurs à prendre. Plus de la moitié des sondés (56%) veulent prendre davantage leur temps avant de rencontrer leur crush, notamment en discutant un peu plus, et seuls 40% d’entre eux souhaitent organiser un date. Dans le même esprit, les utilisateurs ne comptent visiblement pas se sauter dessus en se découvrant puisque 87% comptent respecter les règles de distanciation lors de ce fameux premier rencard. Reste à savoir si ces nouvelles pratiques vont perdurer dans le temps.

A LIRE AUSSI

>> Le crush à l'épreuve du déconfinement : "L'instit de ma fille m'a fait part de ses intentions. Ça m'a bouleversée"

>> L'Amour au temps du déconfinement : quand les infidèles peuvent enfin se retrouver

>> L'Amour au temps du déconfinement : "Après deux mois sans sexe, j’ai peur de ne pas être performant"