Publicité

Marianne James en paix avec son corps : "C'est un long travail de s'aimer"

CANNES, FRANCE - MAY 13: Marianne James attends the 'On Tour' Premiere at the Palais des Festivals during the 63rd Annual Cannes Film Festival on May 13, 2010 in Cannes, France. (Photo by Dave Hogan/Getty Images)
Marianne James en paix avec son corps : "C'est un long travail de s'aimer". (Photo by Dave Hogan/Getty Images)

À 61 ans, Marianne James est une artiste accomplie. Membre du jury initial de la "Nouvelle Star", qui fête ses 20 ans ce mercredi 22 février sur M6, la chanteuse a aussi su faire la paix avec elle-même. Après de nombreux régimes, elle a appris à s'aimer et à vieillir sereinement.

Son poids a longtemps été un sujet pour Marianne James. Plus jeune, elle confie avoir tenté de maigrir à de multiples reprises, en y parvenant parfois, avant de reprendre les kilos perdus. "Au bout d'un moment, les régimes ne marchent plus", a-t-elle expliqué au magazine de Faustine Bollaert, Entre Nous. La décision d'arrêter les régimes a été une délivrance pour la chanteuse, qui exclut d'ailleurs le recours à la chirurgie gastrique, à laquelle elle assure ne "jamais" avoir pensé : "J'ai trop vu d'opérations qui ont mal tourné. Je pèse 130 kilos aujourd'hui. Evidemment, si je le pouvais, je ne pèserais pas ce poids. (...) Quand on en fait trop, le corps s'en souvient et ne répond plus. Je ne dis pas que je suis un exemple, mais j'ai personnellement arrêté en 2012. Je suis gourmande !"

"Je me suis vachement stabilisée, j'ai arrêté de faire le yoyo", a aussi déclaré l'artiste sur le plateau de "Ça commence aujourd'hui". Elle s'est alors découverte "plus posée, avec moins d'angoisses" : "J'aime mon caractère, j'aime vivre avec quelqu'un qui me fait beaucoup de bien : c'est moi-même. Alors je m'aime vraiment beaucoup beaucoup."

"S'aimer, c'est presque un projet de vie"

Ce chemin pour développer son amour-propre peut être semé d'embûches, car soumis aux injonctions des magazines féminins et éprouvé par les réflexions des proches. Marianne James en a bien conscience : "Il y a une phrase que l'on retrouve beaucoup dans les magazines, qui est "s'accepter, s'aimer". On a tellement entendu, même depuis petit, qu'on était rond, qu'on est gourmand... S'aimer c'est quand même une vaste affaire, ça ne peut pas être dans un article d'un magazine de l'été sur la plage. C'est un long travail de s'aimer. Ce n'est pas égocentrique, c'est se dire 'qu'est-ce que j'aime dans la vie, qu'est-ce qui est bon pour moi'. (...) S'aimer, c'est virer toutes les personnes délétères autour de soi. (...) S'aimer, c'est presque un projet de vie, de s'aimer profondément et de faire la paix avec soi-même. Il y a tellement de ronds et d’obèses qui s’en veulent."

Vidéo. Inès, 26 ans : "Une femme grosse peut aussi être anorexique"

Aujourd'hui, l'artiste affirme aimer pleinement son corps, qui est plus qu'une enveloppe charnelle, qu'une apparence physique, car il lui permet de faire beaucoup de choses au quotidien. "J'aime beaucoup mes mains et mes pieds parce qu'ils me servent énormément. Ce sont mes outils. Le soir, quand je me couche, je remercie aussi mes chevilles d'avoir tenu, de ne pas s'être tordues. (...) Et le matin, c'est la première chose que je fais dans mon lit. Je me réveille je dis 'allez les filles, encore une journée, je compte sur vous, (...) je vais mettre de bonnes baskets, il n'y aura pas de talons aujourd'hui'." Elle ajoute même avec une pointe d'humour : "J'ai un petit faible pour mon derrière, parce qu'il est haut. Il est insolemment haut !"

"C'est difficile d'avoir du style"

Arrêter les régimes ne veut pas dire ne plus se soucier de son apparence. Marianne James, fan de mode, s'est désolée de se retrouver limitée dans ses choix de tenue en prenant du poids : "Ce sont les vêtements qui m'ont vue changer, au bout d'un moment on ne peut plus s'habiller. (...) Karl Lagerfeld a dit 'au-delà de la taille 38 je ne peux pas habiller une femme'. Il l'a dit souvent, c'est très blessant. J'adore la mode, mais la mode ne m'aime pas. (...) Les femmes rondes ne veulent pas s'habiller comme on penserait pouvoir les habiller, elles veulent s'habiller exactement comme les femmes minces. (...) Sauf que n'importe quel créateur de mode vous dira qu'une femme mince, on va prendre la largeur et la longueur de votre corps. Nous, on nous prend la largeur, la longueur et la profondeur. (...) On est obligés de coudre en 3D. C'est plus de tissu, donc c'est plus cher. (...) C'est difficile d'avoir du style."

Vidéo. La Minute de Marianne James

La chanteuse a donc appelé de ses voeux un changement dans l'industrie de la mode, qui fait preuve d'une certaine hypocrisie en s'arrêtant souvent au 42 pour ce qui est des grandes enseignes de prêt-à-porter. "La française grossit", a-t-elle constaté. En effet, la taille moyenne des françaises se situe aujourd'hui autour du 42, très loin donc du "38 maximum" de Karl Lagerfeld...

"J'ai envie de me faire retirer mes poches sous les yeux"

Si Marianne James a fait la paix avec son poids, la question de son âge revient régulièrement dans les entretiens qu'elle peut donner. À 60 ans passés, la chanteuse affirme ne pas avoir eu recours à la chirurgie esthétique : "Je suis très fière d'avoir 60 ans et de n'avoir encore rien refait sur mon visage. Je suis totalement d'origine", a-t-elle précisé au magazine Entre Nous. Cependant, elle confie sans langue de bois penser souvent à corriger certains défauts : "Bien évidemment que je me pose la question ! Tous les matins, j'ai envie de me faire retirer mes poches sous les yeux, mais j'ai trop peur. Deux amis ont été ratés et sont en dépression".

Aujourd'hui, Marianne James se dit plus apaisée et vit pleinement. Ainsi, elle a confié à Télé Câble Sat : "Quand on est gros, on a le droit d'aller à la piscine, en discothèque et de ne pas éteindre la lumière quand on fait l'amour." En espérant que son discours pourra en inspirer certains.

À lire aussi :

>> Marianne James, bien dans son corps : "Mince, je ne provoquais plus de désir"

>> Marianne James évoque son avortement : "Pourtant, je suis croyante"

>> Iris Mittenaere, critiquée sur ses vergetures : "Ne soyez jamais complexés par un truc aussi naze"