Publicité

Norbert Tarayre ultra jaloux, il ne voulait pas que sa femme allaite son fils : "Ça, c'est à moi"

Invité sur le plateau de "Ça commence aujourd'hui", ce lundi 13 septembre 2023, Norbert Tarayre s'est exprimé sur son comportement en couple. Il s'est décrit comme très jaloux et possessif vis-à-vis de sa femme. À tel point qu'il a même confié ne pas supporter qu'elle allaite son fils...

Norbert Tarayre
Norbert Tarayre ultra jaloux, il ne voulait pas que sa femme allaite son fils : "Ça, c'est à moi". Photo : @tarayrenorbert / Instagram (@tarayrenorbert / Instagram)

À l'occasion d'une émission spécialement dédiée à la paternité, Norbert Tarayre a révélé un des ses gros défauts en couple. Ce lundi 13 septembre, dans "Ça commence aujourd'hui", sur France 2, le chef cuisinier a évoqué son attitude très possessive vis-à-vis de sa compagne. Un exemple en particulier démontre à quel point son comportement est irrationnel.

"Ma femme qui me dit 'J'aimerais bien allaiter', c'est le coup de grâce"

En effet, après avoir évoqué son ex-compagne, mère de ses trois filles, Gayane (2007), Laly (2009) et Aliya (2013), Norbert Tarayre a mentionné son couple actuel. Depuis 2020, il est le père d'un petit Elydjah, qu'il a eu avec sa nouvelle conjointe. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'arrivée de ce petit garçon a beaucoup perturbé le chef cuisinier, habitué à être entouré de filles : "C'est un garçon, moi j'étais jaloux, j'ai dit 'Un autre mec qui va aimer ma meuf b*rdel et ma meuf elle va aimer un autre mec que moi'… Je le dis honnêtement, même encore aujourd'hui, je suis jaloux."

Il ajoute, visiblement très loquace sur le sujet : "Et le coup de grâce, c'est ma femme qui me dit : 'J'aimerais bien allaiter'. Dans ma tête de... Moi je montre pas, je suis pas jaloux, mais je suis ultra-possessif." Cette phrase ambigüe a installé un certain malaise sur le plateau. "J'ai très peur, vous allez la dire cette phrase ou pas ?", a demandé Faustine Bollaert, pour vérifier clarifier cette déclaration lourde de sous-entendus. L'invité ne s'est pas fait prier : "En fait, j'ai dit 'mince, il va quand même toucher'...", a-t-il ajouté. "Non non non non, pas ça, c'est moche", l'a immédiatement coupé l'animatrice. "La lactation, ah non, ça, c'est à moi", a quand même renchéri Norbert Tarayre devant un plateau médusé, précisant cependant que sa compagne avait finalement allaité son fils pendant un mois.

Vidéo. "Laissez nos seins tranquilles" : en colère et choquée, Elodie Gossuin s'exprime au sujet de l'allaitement

"Ce corps qui n'est plus uniquement celui de l'amante"

Norbert Tarayre a donc ainsi dévoilé -sans apparement voir le problème qu'une telle prise de parole pouvait représenter-, qu'il faisait difficilement la différence entre la fonction nourricière de la poitrine de sa femme et le caractère sexuel qu'elle pouvait recouvrer. Une réflexion assez archaïque, qui n'a rien à envier aux réseaux sociaux, où le moindre téton est censuré.

Pour autant, si les propos de Norbert Tarayre ont créé un malaise dans l'émission "Ça commence aujourd'hui", il ne serait pas le seul à avoir des réticences à l'idée de voir sa femme allaiter. Les conclusions de l'enquête française "Les pères et l'allaitement sous l'angle du rapport au corps", publiée en 2008, abondent en ce sens : "La plupart des pères ont indiqué avoir vécu des émotions fortes face à ce corps qui n’est plus uniquement celui de l’amante, mais qui est aussi celui de la mère de leur enfant. Cette expérience est pour certains de l’ordre du sacré, du lien mystique avec la vie...".

Cette confusion s'explique par les attentes sexistes qui pèsent sur les femmes, qui doivent être à la fois la mère et l'amante parfaite. Des injonctions complètement contradictoires et irréalisables, comme l'a expliqué la philosophe féministe Camille Froidevaux-Metterie, dans un entretien pour Le Figaro, en mars 2020 : "Dans l'histoire, sont considérés comme beaux, et donc érotiques, les seins non-allaitants, ronds, petits et fermes. Les seins des nourrices, les mamelles, les "tétasses", sont laids et lourds. Beauté et sensualité d'un côté, fonctionnalité et alimentation de l'autre, voilà qui est tout de même très difficile à tenir ensemble ! (...) J'ai pu observer qu'il était difficile pour les femmes dont les seins jouent un rôle important dans la sexualité, de leur attribuer un rôle maternel. Cela dit bien l'impossible partage, l'impossible continuité aussi, et la crainte de ne pouvoir tout réunir, le sexe et la maternité, voire de s'écrouler sous le poids de la charge maternelle au détriment de la vie de couple."

À lire aussi :

>> Norbert Tarayre : pourquoi a-t-il confondu pneumothorax et crise cardiaque ?

>> Semaine mondiale de l'allaitement maternel : "Mes seins ont changé, et c'est parfois compliqué"

>> Semaine mondiale de l'allaitement maternel : "Ses seins sont devenus un garde-manger", regards d'hommes sur la poitrine de leur compagne