Publicité

Ophélie Meunier, "trop belle" pour être compétente ? "Je ne vais pas me plaindre qu'on me dise que je suis jolie"

Aux commandes de "Zone interdite", ce mardi 11 juillet sur M6, la journaliste Ophélie Meunier a tout pour plaire. Intelligente, brillante et à la tête d'un programme emblématique de M6, elle entre aussi parfaitement dans les canons de beauté actuels. Plusieurs observateurs ne se sont d'ailleurs pas privés de lui faire remarquer sa beauté et certains de remettre en question sa légitimité.

PARIS, FRANCE - JUNE 09: Ophélie Meunier attends the 2023 French Open at Roland Garros on June 09, 2023 in Paris, France. (Photo by Stephane Cardinale - Corbis/Corbis via Getty Images)
Ophélie Meunier, "trop belle" pour être compétente ? "Je ne vais pas me plaindre qu'on me dise que je suis jolie". (Photo by Stephane Cardinale - Corbis/Corbis via Getty Images)

Après avoir suivi des études de journalisme, Ophélie Meunier décroche d'abord un stage chez i-Télé, en tant qu'assistante-présentatrice. C'est un 2013 qu'elle est révélée au "Grand Journal", dans "La Minute pop" du "Grand Journal", sur Canal+. Après quelques années sur la chaîne cryptée, Ophélie Meunier se voit proposer la présentation de Zone Interdite, sur M6, en 2016. Elle officie toujours à ce poste, tout en étant joker du JT, "Le 19:45". Forte de cette brillante carrière, la journaliste a dû se heurter à quelques critiques : ainsi, certains ont remis en question sa légitimité, du fait de son physique avantageux.

Vidéo. La minute d'Ophélie Meunier

"Cela touche, cela blesse"

En effet, grande, longiligne, traits fins, yeux bleus et blonde, Ophélie Meunier correspond aux canons de beauté qui régissent encore, malheureusement, la société actuelle. La trentenaire a en effet été mannequin avant de se consacrer à l'info. Enfant, elle tourne dans des pubs et pose pour les magazines La Redoute et les 3 Suisses. Après son baccalauréat scientifique, obtenu avec la mention très bien, elle voyage aux quatre coins du monde pour des shootings et des défilés pendant six ans.

"Je ne vais pas me plaindre qu'on me dise que je suis jolie. La plupart du temps c'est pour me faire un compliment, je ne retiens que ça", avait expliqué la présentatrice, dans "On refait la télé", en 2023. Mais elle a reconnu en effet qu'à ses débuts, ses détracteurs se sont emparé de son apparence physique pour la critiquer sur son travail : "Pas seulement à mon arrivée chez M6, je l'ai entendu aussi à mes débuts chez Canal +" a-t-elle précisé. "Cela touche, cela blesse, c'est dur, ce n'est pas agréable, il y a des moments où l'on doute", a admis Ophélie Meunier. Des remarques sexistes amplifiées par les réseaux sociaux, caisse de résonance parfaite pour les commentaires désobligeants et les avis négatifs de ceux qui pensent être intouchables, directement déposés sur les comptes de la personne visée. "Celles et ceux qui écrivent des choses hargneuses, des choses difficiles sur les réseaux sociaux, sachez qu'on les voit, qu'on les lit et ça blesse" a averti la journaliste, peinée.

"Mon physique est juste un bonus"

En 2016, au moment de sa nomination chez M6, Ophélie Meunier se défendait déjà de tout favoritisme lié à son physique dans une interview pour TV Magazine. "Je ne crois pas que les dirigeants de M6 prennent la décision d'embaucher quelqu'un, et de lui confier une émission qui existe depuis vingt-trois ans à 20h50, juste en se disant 'cette demoiselle est jolie'" avait-elle répondu lorsque le média lui avait demandé si son recrutement ne reposait pas "en grande partie sur (son) physique".

Vidéo. "Il y a des moments où on doute" : Ophélie Meunier blessée par les critiques de ses détracteurs

L'ancien mannequin a souvent été ramenée à son physique, y compris par les médias, qui l'ont souvent questionnée sur ce sujet. Mais auprès de Téléstar, en 2017, Ophélie Meunier a expliqué qu'elle "ne s'excusait pas" pour sa beauté et n'avait donc pas l'intention d'être autre chose qu'elle-même pour être prise au sérieux. "Pourquoi la faire oublier (sa beauté; ndlr) ? J’ai juste envie de faire de bonnes émissions avec un contenu intelligent", a-t-elle expliqué, certaine de ne pas avoir joui, en tout cas pas consciemment, du "beauty privilege", au moment de ses différentes embauches en tant que journaliste. De plus, elle assure ne pas se mettre la pression par rapport à son apparence. "Mon physique est juste un bonus. Je ne me lève pas le matin en me disant qu’il faut que je bosse bien sinon on me dira que je suis jolie et pas intelligente !" a-t-elle conclu.

À lire aussi :

>> Elles ont utilisé leur physique au travail : "Quitte à subir le sexisme, autant m'en servir"

>> Laury Thilleman blessée par des critiques sur son physique : "Elle a un sourire de cheval !"

>> Carole Gaessler a dû lutter pour sa légitimité : "Combien de fois on m'a dit que j'étais là parce que je n'étais pas trop moche"