Publicité

Philippe Etchebest élevé par un père très dur : "Ça a traumatisé ma soeur, mieux valait filer droit"

French chef Philippe Etchebest looks on as he visits the 59th edition of the International Agriculture Fair on its inauguration day in Paris, on February 25, 2023. (Photo by Aurelien Morissard / POOL / AFP) (Photo by AURELIEN MORISSARD/POOL/AFP via Getty Images)
Philippe Etchebest élevé par un père très dur : "Ça a traumatisé ma soeur, mieux valait filer droit". (Photo by Aurelien Morissard / POOL / AFP) (Photo by AURELIEN MORISSARD/POOL/AFP via Getty Images)

Tête d'affiche de l'émission "Cauchemar en cuisine", dont plusieurs épisodes sont diffusés ce jeudi 25 mai sur M6, Philippe Etchebest a commencé très tôt à cuisiner aux côtés de son père, restaurateur. La rigueur de son éducation lui a permis d'atteindre les sommets de la gastronomie française, mais le chef garde des souvenirs très marquants de son enfance "à la dure".

Philippe Etchebest, chef étoilé au caractère bien trempé et star incontournable de plusieurs émissions de cuisine sur M6 ("Cauchemar en cuisine", "Top Chef"...) a grandi dans les cuisines de son père, restaurateur. "Je pense que j'ai fait de la cuisine par facilité", confiait-il ainsi au Figaro, en 2014. Pour autant, son enfance n'a pas été des plus faciles, auprès d'un père peu expansif et très exigeant.

Son père le sifflait pour l'appeler

Né en 1966 à Soissons, Philippe Etchebest déménage avec sa famille à Bordeaux. Son père, restaurateur et fils d'agriculteur, reprend le restaurant basque "Le Chipiron". Une entreprise familiale, puisque Philippe Etchebest est rapidement réquisitionné pour y prêter main-forte. Ainsi, il a raconté dans un entretien pour Le Parisien, en 2020, qu'il avait 7 ans la première fois qu'il a épluché des légumes.

Le père de Philippe Etchebest, impose des règles très strictes dans son foyer, et il tient à ce qu'elles soient respectées. "Ça a traumatisé ma sœur d'ailleurs. Mieux valait filer droit", s'est souvenu Philippe Etchebest. Dans "Code source", un podcast du Parisien consacré au chef cuisinier, on apprend ainsi que le père de famille sifflait ses enfants pour les appeler, ou plutôt les convoquer, car ils avaient intérêt à arriver tout de suite, dès qu'il le leur demandait.

Vidéo. Convictions - Philippe Etchebest : "Mon fils, je le fais travailler. Il ne passe pas ses journées sur le canapé à jouer aux jeux vidéo"

"Conditionné pour être une machine"

Dans Le Parisien, le chef étoilé l'a reconnu : "Je suis conditionné pour être une machine" mais il poursuit : "Je n'en ai pas souffert. C'est grâce à mes parents que j'en suis là aujourd'hui. Peut-être que j'aurais préféré m'amuser. Mais je n'y pensais pas." Pour Philippe Etchebest, la cuisine était l'occasion de "passer du temps" avec son père. Il était également chargé de s'occuper de son petit frère et de sa petite soeur. Si la star de M6 était un jeune homme plutôt appliqué, son père ne manquait pas de sanctionner violemment ses écarts de conduite. Ainsi, Philippe Etchebest s'est remémoré le jour où il a préféré oublier le judo pour se rendre à la piscine : "Je me suis pris une torgnole en rentrant".

Le chef a livré une autre anecdote, qui montre à quel point la cuisine passait avant tout pour son père. Un jour, un accident de voiture lors d'une soirée le blesse au genou. Son père lui "fait comprendre qu'il fallait qu'il retourne bosser". "Je souffrais le martyre, mais j'y suis allé" a-t-il déclaré. Finalement, c'est lorsqu'il gagne le concours du meilleur ouvrier de France, en 2000, que Philippe Etchebest arrache ses mots pour la première fois à son père : "Je suis fier de toi".

À lire aussi :

>> Philippe Etchebest : son grand regret au sujet de son fils

>> Glenn Viel (Top Chef) complexé par sa calvitie naissante, il ne lâche ses cheveux "que dans l'intimité"

>> Hélène Darroze mère célibataire : elle ne s'imagine pas avec un homme