Une ex candidate à Miss France partage son régime express sur TikTok : pourquoi c’est problématique

·Journaliste
Cécile Wolfrom, ex-candidate à Miss France, parle de son régime express sur TikTok
Crédit : capture d'écran
Cécile Wolfrom, ex-candidate à Miss France, parle de son régime express sur TikTok Crédit : capture d'écran

Cécile Wolfrom, ancienne candidate à Miss France arrivée deuxième dauphine, partage sur TikTok sa métamorphose. Elle a perdu 25 kilos en quatre mois. Le TikTok de l’ancienne Miss Alsace est problématique. On vous explique pourquoi.

À chaque jour suffit sa peine… C’est un peu ce que l’on a envie de se dire lorsqu’on ouvre ses différents réseaux sociaux. Parler de régimes alimentaires et pertes de poids impressionnantes se banalise à une vitesse démesurée. Instagram et TikTok sont épinglés pour leurs facultés à véhiculer le culte de la minceur. Cette fois, c’est au tour d’une ancienne candidate à Miss France, Cécile Wolfrom, arrivée deuxième dauphine de Diane Leyre de parler du régime qui lui a permis de perdre 25 kilos en 4 mois. C’est une perte considérable, alléchante sur le papier, mais qui comporte des risques.

Avec ses récents contenus Tiktok, Cécile Wolfrom s’inscrit dans le mouvement du culte de la minceur. Et c’est problématique à plusieurs niveaux.

"Avant, j’étais totalement invisible"

Commençons d’abord par l’introduction de la première vidéo de la Miss. Une séquence qui a recueillie 1,8 million de vues sur TikTok. On peut parler d’un franc succès pour la jeune femme dont le compte est suivi par 53K followers.

"Je m'appelle Cécile Wolfrom. Avant j'étais totalement invisible ». Cette courte intro s’accompagne d’une série de photos et vidéos de la jeune femme avant et après sa perte de poids de 25 kilos. Mais surtout, la vidéo appuie une idée : se délester de 25 kilos lui a permis d’accéder aux strass et aux paillettes du concours Miss France. La logique est implacable : avant, elle n’était personne. Après son régime, elle est devenue Miss Alsace et deuxième dauphine à Miss France.

Cette idée selon laquelle la perte de poids mène à une forme de réussite s’appelle la diet culture (la culture des régimes, ndlr). Ce système de croyances pollue notre société depuis des siècles et est l’un des principaux facteurs générant des troubles alimentaires chez 10% de la population française. Le message de la jeune femme, qui s’adresse principalement à la population des 15-25 ans majoritaire sur TikTok, est donc dangereux.

Vidéo. Inès, 26 ans, ancienne malade d'anorexie, évoque les dangers de la diet culture

"J’ai mangé une fois un morceau de pain et une autre fois deux sushis"

Face au succès de cette vidéo "voici comment j’ai réussi dans la vie en perdant du poids", Cécile Wolfrom profite de la rampe pour revenir plus en détail sur ce régime "miraculeux" (le sarcasme est de mise) : "Dans un premier temps, j'ai perdu 19 kilos en deux mois et demi. Et par la suite j'ai perdu les 8 kilos restants – j'ai perdu un peu plus que 25 kilos en fait – simplement en maintenant une alimentation saine et en faisant du sport cinq fois par semaine".

19 kilos en deux mois et demi. N’importe quel professionnel de la santé avouera que la perte est bien trop soudaine pour être saine. "Pour les premiers 20 kilos, j'ai fait un régime (...). Ça s'est fait très exactement en 12 semaines. J'ai supprimé totalement plusieurs choses : les féculents, le sucre y compris les fruits, les matières grasses."

Pendant deux mois et demi, une jeune femme de 19 ans a arrêté de s’alimenter correctement. Rappelons que pour fonctionner normalement, le corps a besoin de protéines, lipides, glucides, vitamines et minéraux, qui se retrouvent dans les féculents, les fruits et dans certaines matières grasses. Arrêter de consommer ces aliments est dangereux.

L’Alsacienne explique avec une facilité déconcertante son procédé : "Je ne mettais plus d'huile d'olive dans mes salades, je me faisais une sauce à partir de yaourt 0%, de citron et tomates écrasées. Les légumes c'était vapeur, la viande que je cuisais c'était sans huile également". Les écarts ? Presque inexistants. "Très honnêtement, j'ai mangé une fois un morceau de pain et une autre fois deux sushis. C'est tout !", ajoute-t-elle.

À ce régime drastique s’accompagnait une pratique intensive du sport à raison de quatre séances par semaine.

Le marketing avant tout

Apportons néanmoins quelques précisions. Qu’une personne veuille perdre du poids pour des raisons qui lui appartiennent, c’est son choix et ce dernier n’a pas à être commenté. Faire l’apologie d’un régime néfaste, comme c’est le cas de Cécile Wolfrom, est problématique.

On est donc en droit de se demander pour quelles raisons la Miss de 24 ans partage ces conseils ? À l’entame de sa vidéo explicative, Cécile Wolfrom se pare des arguments suivants : "J’explique juste ce qui a fonctionné pour moi. Je n’incite pas à suivre mon régime". Arguments fallacieux quand on intitule une séquence "-25 kilos est un podium de Miss France" ou autrement dit : "Un régime et après la gloire".

Cette fameuse séquence a cumulé un peu moins de deux millions de vues sur TikTok. Les vidéos de Cécile Wolfrom génèrent en moyenne quelques dizaines de milliers de vues. Se dire que la dauphine de Diane Leyre a voulu gagner en visibilité ne serait pas si farfelu.

Mais une fois de plus, ce qui est sujet à critiques, c’est de se servir d’un problème de santé publique comme argument marketing.

Si par le plus grand des hasards, Cécile Wolfrom découvre cet article, on aurait envie de lui dire : "Votre routine alimentaire ne concerne que vous. Si elle vous rend heureuse, tant mieux. Pensez aux jeunes personnes qui vous suivent. Ne vous substituez pas aux professionnels de la santé et n’en faites plus la promotion".

À LIRE AUSSI :

>> Une ancienne Miss alerte sur les TCA : "Je dormais 12h par nuit et j'étais épuisée"

>> On n'en a pas fini avec la diet culture parce que maintenant il y a l'"anti diet culture", ce qui est presque pire

>> Prêtes à tout pour maigrir : "Je mangeais du coton et je me faisais vomir en buvant du café salé"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles