Règles, plaisir sexuel, grossesse... Les femmes sont (trop) nombreuses à ne pas connaître leur corps

Katia Rimbert
Journaliste
(Crédit photo : Getty Images)

Une étude, réalisée par la marque française Gina, lève le voile sur la méconnaissance du corps des femmes, concernant l’anatomie de leurs parties génitales mais aussi les règles et le plaisir sexuel féminin. Et ses résultats sont édifiants.

Les hommes connaissent mal le corps des femmes, les enfants connaissent mal le corps des femmes, et les femmes connaissent elles aussi extrêmement mal leur propre corps. Parce qu’il y a un tabou autour de la nudité, de la sexualité féminine. Parce que le torse nu d’un homme c’est ok, mais le téton d’une femme se fait censurer par Instagram. Parce que toute la société repose sur une hyper sexualisation du corps féminin et qu’on le dénude sur des panneaux publicitaires autant qu’on n’en parle jamais. On pourrait continuer longtemps, comme ça.

La marque de protections hygiéniques bio Gina s’est intéressée au problème de plus près, en s’attardant un peu plus sur les règles, le système reproductif et le plaisir sexuel. Elle a mené une grande enquête auprès de 26 439 femmes, dont les résultats sont plus que probants.

Cacher ce sang que je ne saurais voir

42%. C’est la part de la population française féminine qui pensent que les règles sont encore taboues dans notre société. Un quart d’entre elles concèdent qu’elles manquent cruellement d’informations sur le sujet. Et cela se vérifie quand on découvre que 30% des interrogées croient que le risque de grossesse est nul pendant les menstruations. Alors qu’évidemment, c’est FAUX. Mesdemoiselles, si vous faisiez partie de ce pourcentage, sachez que OUI vous pouvez tomber enceinte pendant vos règles. Il suffit que votre ovulation ait lieu en début de cycle ou que vos menstrues durent plus que la moyenne de cinq jours.

Des fake news sur la jouissance féminine

Concernant le plaisir féminin, là aussi, il y a encore du boulot. Selon les données de Gina, 42% des femmes pensent que le clitoris est uniquement un organe externe. Elles oublient les dix centimètres internes (tout de même) mais aussi son unique fonction : donner du plaisir. Et pour cause, 89% des sondées distinguent l’orgasme clitoridien de l’orgasme vaginal alors qu’il n’y a qu’un seul et unique moyen de grimper au rideau, j’ai nommé, ce bon vieux clito. Pourquoi ? Parce que seule sa stimulation (interne ou externe) déclenche un orgasme.

À cause de leur désinformation sur le sujet, certaines femmes mettent également leur santé en danger puisqu’elles sont pas moins de 74% à affirmer qu’il faut se laver le vagin quotidiennement… Alors que par définition, ce dernier est autonettoyant. Et qu’en le lavant vous-même avec un produit ou de l’eau, vous risquez d’abîmer la flore vaginale, d’avoir un irritation ou de développer une infection.

D’où l’importance de l’éducation des jeunes filles, à la maison, l’école (on rappelle que tous les manuels de SVT ne montrent pas encore le clitoris), sur leur anatomie, la sexualité ou encore le post-partum. Il y a un besoin urgent de briser les tabous. Parce que s’il y a bien une chose à ne pas oublier, c’est cette équation : savoir = pouvoir.

A LIRE AUSSI

> Avoir des règles douloureuses reviendrait à perdre neuf jours de productivité au travail chaque année

> #RespectezNosRègles : des influenceuses posent en culotte tachée de sang pour en finir avec le tabou des menstruations

> #StopPrécaritéMenstruelle : le hashtag qui milite pour des protections hygiéniques gratuites