"Je pense que j'aurai toujours un peu peur de le retrouver devant ma maison" : elles sont victimes de stalking de la part de leur ex

·8 min de lecture
Worried Woman Stalked by a Man
© Getty Images

Parce que leurs relations ne se sont pas terminées comme ils l'auraient souhaité, certaines personnes n'hésitent pas à passer plusieurs mois, voire plusieurs années à surveiller, voire à suivre leurs exs. Ce procédé est connu sous le nom de "stalking", ou de traque furtive. Et les femmes sont les premières concernées.

Le principe du stalking, ou de la traque furtive, est bien connu du grand public. Il est mis en scène dans bon nombre de films et de séries, comme c'est le cas par exemple dans le show You, qui met en scène Penn Bagdley. Pourtant, en France, les conséquences de cette pratique ne sont pas vraiment reconnues, en particulier lorsqu'il s'agit de porter plainte. Plusieurs des victimes ayant pris contact avec les forces de l'ordre ont reçu les mêmes réponses : "Tant qu'il ne passe pas à l'action, on ne peut rien faire", ou encore : "Si vous ne voulez pas être surveillé en ligne, vous n'avez qu'à fermer vos comptes." Résultat, les données sont rares sur ce phénomène en France, alors que les chiffres du gouvernement américain indiquent, à titre de comparaison, que 5% des hommes et 17% des femmes seront concernées au moins une fois dans leur vie. Chez les stars, se sont des fans dérangés qui font de la traque furtive. Mais dans la vie de tous les jours, souvent, ce sont des exs qui poursuivent leurs anciennes compagnes, vexés d'avoir été rejetés.

Vidéo. Pourquoi les internautes sont-ils si nombreux à stalker ?

"Mon ex a tagué tout le chemin qui menait de chez moi au RER"

Alexia* avait une vingtaine d'années lorsqu'elle a rencontré un homme à l'occasion des vacances d'été. Au bout de quelques mois de passion, elle découvre cependant que ce dernier est infidèle : non seulement il possède un profil très bien renseigné sur un célèbre site de rencontres, mais en prime, il voit régulièrement d'autres femmes, en cachette. "Quand j'ai découvert tout ça, je l'ai quitté. Ça a été la première d'une longue série de ruptures et de réconciliations, sur une période d'une quinzaine d'années. Il n'a jamais digéré que l'on se sépare. J'avais droit à des post-its sur ma baie vitre – j'habitais au rez-de-chaussée – des lettres, des appels, des messages... Souvent, face à son insistance, je craquais. On se remettait ensemble quelques mois, il me trompait, je le quittais, il promettait de ne plus recommencer..." Un véritable cercle vicieux.

Vidéo. "Une main aux fesses, ce n'est pas du harcèlement, c'est une agression"

Pourtant, un jour, Alexia prend la décision de tout arrêter. Cela n'a pas suffi à son ex pour arrêter de la solliciter. "Un jour, je sors de chez moi, et je découvre avec stupeur qu'il a tagué le trottoir, les murs, une énorme façade... Tous le chemin qui menait de chez moi au RER avec des messages à mon intention. J'ai dû passer devant pendant des mois. Il venait régulièrement m'attendre à la sortie du travail, devant le RER. Et quand j'ai voulu déposer une main courante, les flics se sont moqués de moi. Aujourd'hui, alors qu'il sait pertinemment que je suis mariée, il a encore créé un nouveau profil Facebook pour me recontacter. Heureusement, depuis, j'ai déménagé plusieurs fois, mais je continue à faire attention. Et je pense que j'aurai toujours un peu peur de le retrouver devant ma maison."

"Je teste mes freins tous les matins de peur qu'il s'en reprenne à ma voiture"

Au même titre qu'Alexia, Annie* en est arrivée à un point où elle s'inquiète fortement pour sa sécurité. Son ex-conjoint la traque depuis plusieurs mois, à la suite de leur rupture. "En janvier 2020, une fille m'a contactée pour m'apprendre que mon compagnon l'avait droguée et violée quelques jours plus tôt, lors d'une soirée. J'ai immédiatement décidé de le quitter, j'ai préparé mes affaires, et je suis partie. Il ne l'a pas supporté et à commencé à me harceler par message, par téléphone, même sur mon profil Linkedin. Très vite, sa mère a elle aussi commencé à m'envoyer des dizaines de messages."

La jeune femme a refusé de répondre à son ancien compagnon, et par dépit, ce dernier a utilisé le double de ses clés de voiture, qu'il avait refusé de lui rendre : "C'était la nuit de mon anniversaire, en plein confinement. Il a déposé des lettres de 40 pages un peu partout, ouvert les fenêtres, et il refuse toujours de me rendre mes clés si je n'accepte pas de discuter avec lui." Sollicitée, la police ne peut rien faire : "J'ai voulu déposer plainte, on m'a dit non. Que c'était de ma faute, puisque c'est moi qui avais laissé le double de mes clés chez lui, et qu'il n'avait aucune obligation de me les rendre. Aujourd'hui, je fais régulièrement vérifier ma voiture par mes collègues, et je teste mes freins tous les matins, de peur qu'il les ait sabotés." Heureusement, l'affaire ne s'arrêtera pas là : "La femme qu'il a violée a porté plainte, et je fais partie des témoins qui vont être appelés à la barre", conclue Annie.

"Cela fait des années que la police enquête sur mon ex"

Lorsqu'elle était adolescente, Chloé*, comme beaucoup de filles de son âge, a craqué sur un homme bien plus âgé qu'elle. Alors qu'elle n'avait que 15 ans, elle fréquentait un homme âgé de 42 ans, sans réaliser à l'époque le côté toxique et abusif de leur relation. Toutefois, au bout d'un an, elle a pris conscience que quelque chose n'allait pas, et décidé de couper les ponts. "Mon ex ne l'a jamais supporté. Il faisait tout pour que je ne puisse pas l'oublier : passer devant chez moi en klaxonnant, me faire livrer des fleurs, m'envoyer des messages sur toutes les plateformes possibles... J'avais beau n'avoir que 15 ans, et lui plus du double, il affirmait que j'étais la femme de sa vie, que nous étions destinés l'un à l'autre."

Très vite, face à ses refus de le revoir, les messages mielleux deviennent menaçants. "Il se réjouissait en public d'avoir "déchiré mon hymen", menaçait mes petits amis, se créait des faux comptes sur les réseaux sociaux pour rentrer en contact avec moi... Tout ça a duré pendant trois ans, et s'est arrêté du jour au lendemain quand je suis devenue majeure." Il a fallu deux ans après sa majorité pour Chloé se décide à porter plainte, après avoir évoqué le sujet avec sa mère. La procédure suit son cours depuis un moment déjà : "Cela fait des années que la police enquête, et mon ex est en détention provisoire depuis deux semaines, mais pas uniquement pour stalking et harcèlement : il est accusé de viol aggravé, vu que j'étais mineure de moins de 15 ans au moment des faits."

"Mon ex s'est fait passer pour un autre, et a commencé à sortir avec les ex de mon nouveau mec"

Il y a maintenant plusieurs années, Camille*, personne non-binaire qui répond au pronom "ael", a trouvé la force de quitter son ancien compagnon, à la suite de violences sexuelles. "A partir de ce moment-là, il n'a fait que me mettre des bâtons dans les roues pour m'empêcher de passer à autre chose. J'ai fini par le bloquer, et c'est là que le stalking a commencé. Comme j'étais très présent·e sur Twitter, il s'est créé un faux compte pour se faire passer pour un "journaliste en herbe" et me convaincre de discuter avec lui. Il me posait plein de questions sur ma vie perso, cherchait à savoir ce que je pensais de lui. J'ai découvert le pot-aux-roses par une tierce personne, après deux ans d'échanges, et j'ai eu envie de vomir. Je me suis sentie en danger, comme quand on était ensemble."

Par la suite, quand Camille a débuté une nouvelle relation, son nouveau compagnon a lui aussi été traqué par son ex : "Il s'est intéressé à ses ex à lui, et à commencer à sortir avec elles..." Ael a également découvert que son ancien compagnon utilisait son influence sur les réseaux sociaux pour nuire à sa réputation. Mais en voulant porter plainte, la police l'a débouté·e : "J'ai appelé le commissariat de ma ville il y a quatre ans, mais ils m'ont dissuadé·e de porter plainte en disant que pour du cyber harcèlement, ça ne mènerait à rien et qu'on "ne peut pas l'empêcher de vous parler". La situation a duré six ans, et finalement, il s'est calmé parce que j'ouvre ma gueule et qu'il a peur pour sa petite réputation."

* Tous les prénoms ont été changés pour des raisons d'anonymat

A LIRE AUSSI

>> Amour de soi : les Françaises dans le top 3 des femmes qui ne s'aiment pas

>> Violences faites aux femmes : "Pour le grand public, il y a des bonnes et des mauvaises victimes"

>> La lingerie menstruelle a-t-elle vocation à être sexy ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles