Publicité

Valérie Lemercier, internée en psychiatrie : "Ça m'a sauvé la vie"

PARIS, FRANCE - JANUARY 09: Actress Valerie Lemercier attends the
Valérie Lemercier, internée en psychiatrie : "Ça m'a sauvé la vie". (Photo by Marc Piasecki/Getty Images)

Invitée à la soirée événement "Ce soir c'est Palmashow", ce vendredi 17 mars 2023 sur TF1, Valérie Lemercier fait partie des actrices que l'on ne présente plus. Si elle dispose aujourd'hui d'une carrière bien remplie, ses débuts ont été nettement plus difficiles. Et pour aller mieux, elle a décidé de faire un séjour en hôpital psychiatrique.

Parler de santé mentale a longtemps été un tabou en France, mais petit à petit, les célébrités osent évoquer des détails concernant leurs dépressions, leurs troubles du comportement alimentaire ou leur anxiété. Mais rares sont les stars qui parlent réellement de psychiatrie. Il faut dire qu'en général, leurs souvenirs ne sont pas bons. Hélène de Fougerolles avait notamment affirmé avoir été victime de maltraitance médicale après avoir été internée, tandis que Ramzy Bedia affirmait à propos de son propre séjour : "Ce n'est pas un bon souvenir."

Vidéo. Marie-Rose Galès (Endo & Sexo) : "En 2010, en France, on avait des gens hospitalisés en psychiatrie pour cause d'endométriose"

Valérie Lemercier a demandé à être internée

De son côté, Valérie Lemercier garde un très bon souvenir de son séjour en hôpital psychiatrique. Elle l'affirme : sans cela, elle ne serait peut-être plus là aujourd'hui. Dans "Singulière", le documentaire qui lui est consacré, elle évoque le sujet sans fard : "À 23 ans, je suis allée à l’hôpital Sainte-Anne toute seule, avec ma valise, pour qu’on me prenne. Je tombais et on m’a prise. Je suis restée un mois."

Cette décision n'est pas arrivée par hasard. À l'époque, la comédienne traverse une période difficile. Fille d'agriculteurs, élevée en Normandie, elle a toujours été fascinée par le métier d'actrice. Aussi, à 18 ans, elle s'installe en région parisienne, persuadée de pouvoir faire carrière. À l'époque, elle enchaîne petits boulots, cours de théâtre et auditions. "J'étais en confiance, je rêvais." Mais les années passent, et le succès, lui, se fait désirer. La désillusion se transforme alors petit à petit en dépression : "Quand j’avais 23 ans, je ne vivais pas de mon art. C’était un moment difficile, où je me voyais être une femme au foyer qui pousse une poussette, qui fait des courses sans enfant dedans." Elle prend alors une décision, et pousse les portes de l'hôpital Sainte-Anne, demandant à être internée.

Une décision qui lui a sauvé la vie

L'humoriste et comédienne avait peur de "passer à côté de quelque chose" en ne prenant pas soin de sa santé mentale. "Je suis une personne que la psychanalyse, que la psychiatrie a sauvée. Enfin, on m’a prise au sérieux dans ma détresse." Son séjour à Sainte-Anne lui permet un déclic : "Ça n’allait pas parce que je ne m’exprimais pas. J’allais partir dans une vie qui n’était pas celle que je voulais." Et une certitude : "L’air de rien, ça m’a sauvé la vie."

Pendant un mois, elle fait un gros travail sur elle, en compagnie du personnel médical. "On m’a traitée, on m’a soignée. Le jour où j’ai commencé à parler à quelqu’un, où j’ai commencé à pouvoir dire non, j’ai commencé à travailler, à être actrice." Peu après sa sortie, elle décroche un premier rôle de figurante, celui d'une policière en civil dans la série "M'as-tu vu ?". Moins d'un an plus tard, elle débute dans la série humoristique "Palace", puis s'impose au théâtre avec "Valérie Lemercier au Splendid". Sa carrière est lancée, et depuis, elle enchaîne les succès, devant comme derrière la caméra, au cinéma comme sur scène.

Vidéo. Valérie Lemercier : Belle-maman grâce à un ex, rares confidences sur cet enfant qu'elle a élevé

À lire aussi :

>> Valérie Lemercier : "Appelez-moi Céline Dion"

>> Valérie Lemercier: "C’est plus facile pour moi de jouer Céline Dion que Mariah Carey !"

>> Valérie Lemercier révèle sa plus grande peur dans la vie et c'est très touchant