Publicité

Tourner des scènes de sexe, un moment toujours redouté par les acteurs : "C'est stressant, ça fait peur. Ce n'est pas normal"

Virginie Efira a confié qu'elle éprouvait encore de la gêne lorsqu'il était question de tourner des scènes de sexe. Une appréhension ressentie encore aujourd'hui par de nombreux acteurs et compréhensible, au vu de certaines récentes déclarations. Sophie Marceau notamment a affirmé avoir été harcelée et agressée sexuellement sur le tournage du film "Police", sortie en 1985.

Tourner des scènes de sexe, un moment toujours redouté par les acteurs :
Tourner des scènes de sexe, un moment toujours redouté par les acteurs : "C'est stressant, ça fait peur. Ce n'est pas normal" (Photo by YOHAN BONNET / AFP) (Photo by YOHAN BONNET/AFP via Getty Images)

Récemment, plusieurs témoignages d'actrices ont fait état de harcèlement sexuel et d'agressions sur les plateaux de cinéma, notamment pendant la réalisation de certaines de ces séquences intimes, où de très jeunes comédiennes n'ont pas réellement été consultées, préparées ou rassurées. Leur image était entre les mains du réalisateur, très souvent un homme, qui érotise les femmes à l'écran, avec un certain regard, le "male gaze".

Ainsi, Sophie Marceau a raconté comment Gérard Depardieu, accusé de harcèlement sexuel, d'agressions sexuelles et de viol, a sapé son consentement sur le tournage de "Police", en 1985. Selon l'actrice, qui s'est exprimée dans "Le Monde" en juillet 2023, pendant une scène dans un lit, Gérard Depardieu aurait posé ses mains sur elle sous les draps, sans que cela ne soit prévu dans le scénario.

Vidéo. Iris Brey vulgarise le "male gaze" : "Dans Game of Thrones, les scènes de viol sont érotisées"

Au-delà de dévoiler une partie de l'intimité des acteurs, les scènes de sexe ne sont pas toujours tournées dans de bonnes conditions. "J'ai eu des expériences de tournages où je voulais rentrer chez moi et me laver car je me sentais dégoûtante... Je ne me sentais pas à l'aise avec mon partenaire à l'écran ou l'équipe", a ainsi déclaré Sydney Sweeney, révélée notamment dans la série Euphoria, à The Independent, en 2022.

"Laissons l'intime aux acteurs"

Ainsi, lors d'une interview accordée à Hugo Travers, dit HugoDécrypte, Virginie Efira a confié être toujours mal à l'aise lorsque vient le moment de jouer une scène de sexe sur un tournage. "Ça crée un truc dans l'équipe, quand il y a ce genre de scènes, tout le monde prend des positions de Rodin comme "Le Penseur" (une statue du sculpteur Rodin, assez recroquevillée sur elle-même, assise, la tête posée sur son poing ; ndlr), comme ça du genre, 'Laissons l'intime aux acteurs'. Moi j'ai beaucoup de fous rires nerveux quand même, je fais toujours comme si j'étais à l'aise mais bon, on sent bien que je rigole trop et que ce n'est pas normal. C'est stressant, ça fait peur. Mais je suis toujours arrivée à discuter avec les acteurs avec qui je faisais ça, ou les actrices, et on est vraiment ensemble là-dedans, et on cherche des choses... Ce n'est pas inintéressant."

Interrogée sur le plateau de Quotidien en juin 2021 concernant le film "Benedetta", l'actrice avait expliqué qu'elle avait vu les scènes intimes "en amont", sans être pour autant intervenue dans le montage du long-métrage. Pour Virginie Efira, une scène de sexe se prépare et nécessite beaucoup de travail et d'entente : "C'est comme une chorégraphie. Avec Daphné Patakia (qui joue à ses côtés dans "Benedetta" ; ndlr), on avait une entente, on pouvait proposer des choses. Une scène au lit, ce n'est pas juste la sexualité, l'intime est beaucoup plus large."

Un avis partagé par Pierre Niney, qui a eu l'occasion de tourner avec l'actrice dans "20 ans d'écart", sorti en 2013. L'entente entre les acteurs, la bienveillance et le respect de leur consentement sont primordiaux : "Je ne sais pas comment ils se goupillent dans les plannings, mais c'est souvent en tout début de tournage, quand tu ne connais pas du tout l'actrice encore. (...) Ça s'est très bien passé finalement, et on s'est bien marré et c'était cool. Mais on avait une vraie scène de sexe au lit, ensemble, et c'était jour 1 ou 2 grand max. Très vite, comme on a rigolé ensemble, ça a brisé la glace", a raconté Pierre Niney à Konbini, en 2021.

Le coordinateur d'intimité, un métier nécessaire

Ces dernières années, après la vague #MeToo, un intérêt particulier est porté au bien-être des acteurs quand il s'agit de tourner des scènes intimes. Ainsi, le métier de coordinateur d'intimité, majoritairement féminin, a fait son apparition sur les plateaux de cinéma. Un poste nécessaire lors des tournages, qui vise à écouter les besoins des comédiens et des comédiennes et à discuter, avec le réalisateur, de leurs capacités et de leurs limites, en jeu lors des scènes de sexe.

Parfois décriée, l'utilité des scènes intimes entre les personnages dans les séries et les films est de plus en plus remise en question, surtout par les jeunes. Ainsi, un rapport baptisé "Teens and Screens" a révélé que 51,5 % des adolescents aimeraient voir plus de contenu représentant les amitiés et les relations platoniques. Toujours selon l'enquête, 44,3 % des jeunes estiment que "la romance dans les médias est trop utilisée". Environ 39 % souhaiteraient voir davantage de personnages dont l'histoire n'est en rien centrée sur leurs sentiments amoureux, et enfin 47,5 % déclarent que le sexe n'est pas nécessaire dans la majorité des intrigues d'émissions de télévision et de films.

À lire aussi :

>> Virginie Efira victime de "blagues très humiliantes" à l'école : "Ah oui, tu veux être p*te ?"

>> Couples mythiques : Virginie Efira et Niels Schneider, le coup de foudre de cinéma

>> Vincent Lacoste redoutait les scènes de sexe de ce film : "Il y avait des indications comme 'Ils font un plan à trois'"