Publicité

Adeline Blondieau : "À 46 ans, ce gynécologue a décrété que je n'avais plus besoin d'utérus"

Reconvertie dans la sophrologie, Adeline Blondieau, l'ex héroïne de "Sous le soleil", s'est confiée sur la ménopause, pour contrer le tabou qui entoure cet "enjeu important dans la vie d'une femme".

Adeline Blondieau :
Adeline Blondieau : "À 46 ans, ce gynécologue a décrété que je n'avais plus besoin d'utérus"

Photo : @adeline.blondieau / Instagram

Après son succès dans la série "Sous le soleil", dont elle était l'héroïne, la comédienne Adeline Blondieau s'est installée en Camargue et s'est reconvertie dans la sophrologie. Suivie par près de 170 000 personnes, elle n'hésite pas à prodiguer ses conseils bien-être, mais aussi à se livrer sur certains aspects de sa vie. Celle qui a voulu en finir avec la surmédiatisation a cependant pris la parole dans le podcast "Allez j'ose !", animé par la journaliste Elsa Wolinski, pour évoquer le sujet de la ménopause.

Vidéo. "On n'est plus vraiment une femme" : Anne, 28 ans et ménopausée, raconte son calvaire

"On a souvent honte d’en parler"

Interrogée par Le Parisien dans un article publié ce samedi 27 janvier sur les raisons qui l'ont poussée à témoigner, l'ancienne actrice a déclaré : "On a souvent honte d’en parler et cette honte se transmet de génération en génération. Ma mère ne m’a pas parlé de sa ménopause par exemple. Or, c’est un enjeu important dans la vie d’une femme. J’ai envie de donner des outils à ma fille pour le comprendre." La sophrologue de 52 ans a également précisé encore ressentir parfois les effets de la ménopause. "Je suis encore dedans ponctuellement. Si j’ai un très gros stress ou une grosse fatigue, je vais encore avoir une bouffée de chaleur. En général, elle est liée à la qualité de mon sommeil, de mon alimentation, quand je mange très épicé par exemple. C’est super important d’accueillir cet état-là et de l’accepter" estime-t-elle.

Adeline Blondieau a expliqué dans "Allez j'ose !" être en pleine période de ménopause lorsqu'un gynécologue lui a conseillé de se faire retirer l'utérus. "J’avais 46 ans et cet homme, ce gynécologue, avait décrété que je n’en aurai plus besoin car je n’étais plus en âge de procréer." Hésitante, celle qui est désormais sophrologue décide de consulter une amie, elle aussi gynécologue, afin d'avoir un autre avis et de prendre une décision : "J’ai demandé à une copine qui était gynécologue d’urgence, sur les terrains de guerre. Elle m’a conseillé de ne pas accepter et de prendre d’autres avis. (...) On a la responsabilité de notre santé. Quand on fait des travaux, on va chercher plusieurs devis. Pour notre corps, cela devrait être la même chose !"

"Les médecins pensaient que je ne parlerais plus jamais normalement"

L'ex comédienne en a également profité pour donner des nouvelles de sa vie loin des caméras : "Je suis très bien là où je suis aujourd’hui. J’ai fait des choix et je me suis reconnectée à moi-même. À force de vouloir plaire à tous ces gens, on se perd soi-même." Il y a quelques années, Adeline Blondieau avait en effet été victime d'un burn-out dévastateur, suivi d'une dépression : "Il (le burn-out ; ndlr) s'est déclaré car j'ai trop travaillé et que je n'ai pas suffisamment eu de gratification. Quand le décalage entre ce que tu donnes et ce que tu reçois est trop important cela te bousille", avait-elle expliqué dans "Ici Paris", en 2020.

Elle a détaillé son long parcours vers la guérison : "Il a d'abord fallu le diagnostiquer, ce qui n'était pas courant il y a dix ans. C'était même plutôt honteux. J'ai ensuite fait un travail analytique et accepté de prendre des médicaments pendant six mois, car le burn-out s'accompagne d'une dépression nerveuse. Je me suis efforcée de n'être que positive. J'avais perdu 12 kilos, j'étais devenue diabétique, je ne marchais plus et les médecins pensaient que je ne parlerais plus jamais normalement. (...) Mon fils ne voulait plus me voir, car je lui faisais peur. Une fois la colère passée j'ai décidé de m'en sortir, de redevenir la mère que j'étais."

À lire aussi :

>> "Il a dû couper des bouts de mon utérus" : Lorie Pester revient sur l'endométriose qui lui a fait souffrir le martyre

>> Baisse de la natalité : pourquoi semble-t-on encore vouloir contrôler le corps des femmes ?

>> "À cause de mon utérus rétroversé, quand mon partenaire me pénétrait, je pouvais pleurer de douleur"