Publicité

Chris Marques diagnostiqué à tort à cause d'un terrible préjugé sur sa sexualité : "C’est resté gravé dans ma tête"

Ce mercredi 17 janvier, Chris Marques a participé à l'émission "Dans les yeux d'Olivier" sur France 2. L'occasion de revenir sur le parcours fastidieux qui l'a mené au diagnostic de sa fibromyalgie. Durant l'errance médicale qu'il a traversée, le danseur a été victime d'une erreur basée sur un cliché à la peau dure.

PARIS, FRANCE - SEPTEMBER 11:  Chris Marques  attends the 'Danse Avec Les Stars 2018' Photocall At TF1, on September 11, 2018 in Paris, France.  (Photo by Stephane Cardinale - Corbis/Corbis via Getty Images)
Chris Marques diagnostiqué à tort à cause d'un terrible préjugé sur sa sexualité : "C’est resté gravé dans ma tête". (Photo by Stephane Cardinale - Corbis/Corbis via Getty Images)

Danseur professionnel révélé au grand public dans l'émission de TF1 "Danse avec les stars", où il apparaît en tant que juge, Chris Marques a longtemps souffert, dès l'âge de 18 ans, sans pouvoir identifier le mal qui le rongeait. Dans un entretien accordé à Paris Match, l'artiste a expliqué que la "fièvre pouvait monter à 40-41 degrés pendant des jours et des jours". Il a également mentionné qu'il ne pouvait rester concentré : "Ça pouvait aller jusqu’aux convulsions. Mon mental n’était pas le même. J’étais incapable de réfléchir aussi rapidement. Mes heures utiles par jour se limitaient à deux, peut-être trois heures."

Vidéo. La minute de Chris Marques

"Il ne sait pas ce que j’ai et s’en fout un peu"

Malheureusement pour Chris Marques, ces symptômes sont récurrents. "Un danseur doit répéter trois à cinq heures par jour. J’étais incapable de le faire. Si j’étais capable de m’entraîner deux heures par semaine, c’était énorme", a-t-il confié dans l'émission "Dans les yeux d'Olivier", sur France 2, ce mercredi 17 janvier. Mais pour celui qui a fait de la danse son métier, il est impossible de faire une croix sur sa passion. Son errance médicale va pourtant durer dix ans, ralentie par une erreur basée sur un terrible préjugé. Chris Marques a d'abord mentionné une certaine indifférence de la part d'un médecin qu'il voyait régulièrement.

"Il ne sait pas ce que j’ai et s’en fout également un peu parce qu’il est convaincu que ce sont juste de petites infections à répétition pour lesquelles il me prescrit des antibiotiques à tour de bras", rapporte le danseur qui partage sa douleur uniquement avec sa compagne et partenaire de danse, Jaclyn Spencer. Après deux ans de consultations médicales, Chris Marques reçoit un premier diagnostic : "À un moment donné, ce médecin m’annonce un syndrome de Hodgkin, qui est une forme de cancer d’une glande", révèle-t-il. Mais des analyses complémentaires infirment deux jours plus tard cette conclusion.

"Je crois que c’est la première fois que j’ai peur"

C'est alors que d'après son médecin, Chris Marques pourrait souffrir d'une autre maladie. Le soignant sait que son patient est danseur professionnel. Il ne lui en faut pas plus pour faire des raccourcis révoltants. Pour lui, Chris Marques est homosexuel. Et à l'époque, bon nombre de personnes, y compris certaines issues du corps médical, pensaient que seuls les hommes gays pouvaient avoir le sida. C'est donc sans se poser davantage de questions que le médecin a prononcé ces mots : "Je pense savoir ce que vous avez : c’est le sida", lui a-t-il ainsi annoncé, sans avoir demandé d'analyses pour le confirmer.

"C’est resté gravé dans ma tête", a raconté Chris Marques. Il décrit ses sentiments lors de cette annonce : "Je suis en colère. Je crois que c’est la première fois que j’ai peur." Cette hypothèse bancale est vite éliminée mais l'artiste retient que "ça pouvait être grave mais que surtout c’était quelque chose de global. Que tout ça, ce n’est qu’une seule maladie qui n’arrête pas de revenir." Il se résout finalement à se tourner vers un autre médecin, qui lui diagnostique une fibromyalgie et rend enfin sa douleur légitime : "Le simple fait qu’il valide le fait que ce n’est pas juste dans ma tête, ça m’a enlevé un poids des épaules."

À lire aussi :

>> Chris Marques jugé gay "au faciès" : "Les gens disent ça comme si c'était une insulte ! Je suis très hétéro"

>> IST, VIH et dépistage : 5 mythes déconstruits par une experte

>> "Je n’ai pas envie qu’une étiquette me définisse" : Louis de la Star Academy refuse de faire son coming out, et il a bien raison