Publicité

Différents d’âge - Louisa, 27 ans et Maxence, 42 ans : "On a pu être vraiment ensemble à la mort de son père"

Selon une étude de l’INSEE, 6 hommes sur 10 sont plus âgés que leurs conjointes mais seuls 8% des couples ont plus de 10 ans de différence d’âge. On constate ces dernières années une évolution : l’écart d’âge moyen semble se creuser. Comment vivent ces couples que presque une génération opposent ? Est-il possible de vivre une relation équilibrée quand les deux partenaires ne sont pas au même moment de leurs vies ?

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Maxence a 42 ans et sa compagne, Louisa, en a 27. Ils sont en couple depuis 4 ans : "Dès que je l’ai rencontrée, j’ai su que c’était la bonne. J’ai bien profité de la vie avant elle et je commençais à me dire que j’avais envie de me poser. Je ne me suis pas demandé si son âge pouvait être un problème même si je me suis tapé les réflexions de mes potes. Dans l’intimité, on en parlait jamais avec Louisa. Les problèmes ont commencé quand il a fallu officialiser."

La famille de Louisa ne voit en effet pas d’un bon oeil la différence d’âge qu’il y a entre elle et son compagnon : "J’avais beau me justifier des meilleures intentions, ils n’ont vu en moi qu’un mec immature qui cherche à être avec une femme plus jeune. Je crois que ça se serait mieux passé si j’avais prouvé que je savais me poser avant, mais comme je n’avais pas acheté d’appart, que je ne m’étais pas marié ou que je n’avais pas eu d’enfant, je suis juste passé pour un grand gamin. Le père de Louisa a été catégorique, il a refusé de reconnaître notre histoire."

Un éloignement familial douloureux

Louisa, qui est très proche de son père, en souffre : "Elle a très mal vécu l’éloignement avec sa famille que notre histoire a impliqué. Mais elle ne l’a jamais remise en question. Pour elle, c’était à eux de faire des efforts. Certaines personnes n’étaient pas aussi véhémentes que le père, mais ont suivi par conformisme et peur d’être les prochains sur la liste. Ce règne de la terreur n’a pas plu du tout à Louisa qui a fini par ne plus voir grand monde. Heureusement on a beaucoup d’amis et ma famille l’a très bien acceptée. Mais je sais qu’elle n’aurait pas pu faire d’enfant dans ces conditions."

Vidéo. "Je crois beaucoup à la différence d'âge" : Julien Clerc évoque son couple avec Hélène

Le père de Louisa est décédé il y a un an : "Je suis désolée que ça n’ait pas été réglé de son vivant mais il a toujours refusé d’en parler avec elle ou avec moi. En quelques années, elle ne l’a vu qu’une poignée de fois et quand il est tombé malade, il n’a pas non plus cherché à arranger les choses. Je crois qu’il pensait que sa maladie allait décider Louisa à me quitter. Elle a choisi de rester avec moi. Je tiens à dire que je n’ai jamais participé à cette guerre psychologique et que j’ai toujours donné à Louisa le choix de me quitter pour retrouver sa famille. J’aurais compris qu’elle le fasse."

Des excuses et un pardon

Après le décès du patriarche, Louisa retrouve sa famille : "Les frères et soeurs et les cousins-cousines ont commencé à venir nous voir. Certains se sont excusés, d’autres pas. Louisa a pardonné à tout le monde. Il lui arrive de regretter que son père n’ait pas changé d’avis et réalisé qu’on ne pouvait pas changer les gens comme ça nous arrange. Son père a fait un choix et il faut le respecter."

Les amoureux envisagent d’agrandir la famille : "On parle de plus en plus de faire un bébé. Je n’en ai jamais eu envie avant mais avec Louisa je me dis que ça ne peut être que bien. Ça pose évidemment la question de quelle genre de famille on veut être, et des exemples qu’on a eu dans nos familles respectives. Avec ce qu'il s’est passé et la peine que ça a provoqué chez la femme que j’aime, je sais que je ne serais pas un père comme son père. Je suis prêt à accepter que je puisse me tromper et que mes enfants fassent leurs erreurs aussi. Tout plutôt que de tourner le dos à ceux que j’aime. On sera une famille unie et on respectera les amours de nos enfants. C’est aussi la preuve qu’on les aime, je trouve. On sera là pour eux. Je sais que quand j’en parle, j’ai l’air de m’imaginer tout de suite à la tête d’une famille nombreuse et c’est peut-être ce qu'il va se passer. Avec Louisa, je veux tout et tout l’amour possible. On a vécu une sacrée épreuve et on a été plus forts. Maintenant, il est temps de se concentrer sur le positif."

À LIRE AUSSI

>> Largué.e, délivré.e : "J'ai tout quitté : mon travail, mon logement, ma ville. J’avais besoin d’un nouveau départ"

>> Le Grand Swipe : "On a eu un premier échange vif, amusant où il a été rapidement question de fessée, de corsets et dentelles"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?