Le Grand Swipe : "On a quitté nos bureaux pour se rencontrer plus vite"

Le Grand Swipe
Le Grand Swipe

Vous connaissez forcément des couples autour de vous qui se sont formés grâce à une application de rencontre. Peut-être même en avez-vous fait l’expérience. Le Grand Swipe raconte ces grandes histoires d’amour ou d’amitié 2.0 qui commencent avec un swipe, un like ou juste un message.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Nour et Ben sont en couple depuis 4 ans. Ils se sont rencontrés via une application : "Je ne cherchais pas vraiment activement quand je suis tombée sur le profil de Ben. Je m’occupais juste quand j’avais 5 minutes de libre. J’avais la flemme de donner des rendez-vous et de me faire un emploi du temps spécial consacré juste à ça. Je n’avais pas vraiment envie de bouleverser mon quotidien qui était bien organisé et qui me convenait. Mais Ben est arrivé et ça a tout explosé."

Vidéo. "Ce qui est en train de se passer est un enjeu essentiel de notre société"

Nour et Ben commencent d’abord par discuter en ligne : "Ça a été très vite. J’ai swipé son profil et puis il a fait pareil. Une heure après avoir vu sa photo et lu sa bio, on commençait à discuter. Je devais m’ennuyer au bureau ce jour-là, parce que je n’ai pas réussi à faire autre chose que lui parler. Il répondait vite, j’avais à peine le temps de lever les yeux de mon portable. Et il me faisait rire. C’était la première fois que ça m’arrivait. Quand je me suis rendue compte que ça faisait quasiment deux heures qu’on discutait sans pouvoir s’arrêter, je lui ai demandé de me retrouver. On a quitté nos bureaux pour se rencontrer plus vite. Pas de rendez-vous après le travail. On était dans un café à 16h. C’était dingue parce que je ne suis pas du tout ce genre de personne et j’ai découvert après que lui aussi. On était comme aimantés l’un par l’autre. Il fallait qu’on se rencontre. Quand on s’est retrouvé, j’avais l’impression de faire un truc dingue et en même temps j’avais l’impression que c’était la chose la plus évidente et la plus naturelle du monde. C’est resté mon sentiment quand je suis avec lui."

Très fort, très vite

Les presqu’amoureux passent l’après-midi ensemble : "On a dû commander au moins 4 cafés chacun pour pouvoir garder notre table. Et puis c’était le soir et on a cherché un restaurant ensemble. Il n’y avait aucune raison et aucune chance pour qu’on se sépare déjà. J’étais captivée par tout ce qu’il me disait et lui avait l’air aussi de boire mes paroles. Vraiment, c’était comme un coup de foudre. Je n'ai jamais été aussi heureuse de prendre mon après-midi. Au restaurant, on a continué à se parler de nos vies, à faire des blagues. Et puis le soir, j’ai décidé d’aller chez lui. On a passé la nuit ensemble. Quand il a fallu se quitter le matin pour retourner au travail, je me suis dit qu’il n’y avait aucun moyen pour que je ne le retrouve pas juste après ma journée. Ça a été pareil pour lui. La première semaine de notre histoire, on a réorganisé toute notre vie pour quasiment habiter ensemble. Il a dormi 2 nuits chez moi et moi le reste des nuits chez lui. Un mois après on prenait un appartement à nous."

Nour et Ben ont réussi à ne pas s’envoyer autant de messages par jour qu’à leurs débuts : "On ne va pas se mentir, les premiers mois ma productivité a pris un sacré coup. Mais avec le temps, on a réussi à se calmer. On doit s’envoyer une centaine de messages dans la journée au maximum. Et principalement dans nos temps de pause. On est encore très fusionnels. Je ne sais pas si ça va durer dans le temps mais j’adore le fait que je ne suis plus jamais seule. Je ne sentais pas qu’il manquait quelque chose dans ma vie avant Ben mais maintenant je ne veux plus jamais vivre sans lui."

Une vie "en couleurs et en chansons"

Nour se réjouit de leurs projets : "Avec la pandémie, on n'a pas pu voyager autant qu’on aurait voulu. Donc on a ça à rattraper. Et puis je veux qu’on se marie aussi. Ça n’a jamais été un truc prioritaire pour moi mais je sais qu’avec lui, ça va être une journée parfaite. Je veux qu’on réunisse toutes les personnes qu’on aime au même endroit pour reconnaître ensemble notre amour. C’est bête mais quand j’y pense c’est une idée qui me fait sourire. Je suis devenue excessive avec lui et j’adore ça. J’ai l’impression de tout vivre plus fort, d’être tout à fait moi-même, de prendre enfin de la place. C’est lui qui me donne l’impression d’être aussi vivante. Et je sais que je lui fais pareil. Je ne pensais pas que l’amour pouvait faire ça et je suis tellement heureuse d’avoir swipé sur mon application pendant que j’attendais la fin de ma pause déjeuner. Ma vie d’avant, elle me parait tellement grise. Là, je vis en couleurs et en chansons, et très bien accompagnée. Je ne le savais pas mais c’est ce qui m’est arrivé de mieux dans ma vie d’adulte."

À LIRE AUSSI

>> Largué.e, délivré.e : "J'ai tout quitté : mon travail, mon logement, ma ville. J’avais besoin d’un nouveau départ"

>> Le Grand Swipe : "On a eu un premier échange vif, amusant où il a été rapidement question de fessée, de corsets et dentelles"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles