"Il faut être mannequin pour faire de la télé ?" France Pierron pousse un coup de gueule contre ceux qui commentent son physique, et elle a bien raison

PARIS, FRANCE - MARCH 07: France Pierron attends the Sidaction 2022 as part of Paris Fashion Week at Salle Wagram on March 07, 2022 in Paris, France. (Photo by Laurent Viteur/WireImage )
"Il faut être mannequin pour faire de la télé ?" France Pierron pousse un coup de gueule contre ceux qui commentent son physique, et elle a bien raison. (Photo by Laurent Viteur/WireImage )

L'année 2023 commence en beauté sur les réseaux sociaux... Certaines personnes estiment toujours qu'il est normal voire obligatoire de commenter le physique des autres. Il y a quelques jours, la journaliste sportive France Pierron a dénoncé les commentaires peu agréables sous sa dernière photo... tout en recevant une nouvelle vague de reproches. Une situation lassante, même si elle est loin d'être surprenante.

A chaque fois qu'une femme, célèbre ou non, poste une photo sur les réseaux sociaux, c'est la même chose. Des personnes qui ne la connaissent pas se permettent de commenter son physique, parfois avec une apparente bienveillance, parfois avec une méchanceté non-dissimulée. Et pour bon nombre de personnes, critiquer le physique d'une personne est normal. Cela fait même partie des règles du jeu, puisque quand ces dernières se plaignent des remarques, on leur répond toujours la même chose : "Si tu ne veux pas être jugée sur ton physique, tu n'as qu'à pas poster de photos de toi."

Le cas de France Pierron ne fait pas exception. Journaliste sportive, elle partage régulièrement des photos capturées sur le plateau de son émission "L'Equipe du Soir". Et celle postée en fin d'année 2022 lui a valu de nombreux commentaires sur son poids.

France Pierron (L'Équipe du soir) jugée pour ses "kilos en trop" : elle s'agace... et se prend d'autres critiques

"Les rondeurs sont à la mode"

Sur Twitter, c'est avec une certaine lassitude que France Pierron a publié une partie des commentaires reçus : "T'es trop bien comme ça France, les rondeurs sont à la mode !", "Certaines femmes sont encore plus radieuses avec quelques kilos en plus", "Toujours on fire même avec quelques raclettes de trop"... Le tout en commentant elle-même : "Ça part sans doute d'une bonne intention, et j'ai beaucoup d'autodérision, mais vraiment gardez vos commentaires pour vous parfois..." On le sait, à la télévision, le physique des femmes compte souvent autant que leur talent ou leur professionnalisme. Par ailleurs, la journaliste en a bien conscience : derrière ces compliments se cachent des réflexions sur une prétendue prise de poids qui ne regarde personne et n'appelle pas à être commentée.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Son message est limpide, mais visiblement, il n'a pas plu à tout le monde. La preuve : des dizaines d'internautes ont décidé de lui répondre avec des messages chargés de reproches. Selon ses détracteurs, l'animatrice devrait "faire de la radio" si elle ne "supporte pas qu'on commente son image", "arrêter de poster des photos" d'elle si elle ne veut pas qu'elles soient commentées, ou encore de "quitter Twitter" et "d'arrêter de se plaindre et de chercher les compliments." Bref, des messages que l'on pourrait réunir en un seul commentaire, qui fait d'ailleurs partie de ceux qui lui ont été adressés : "On ne peut plus rien dire."

Un coup de gueule bien senti

Pas question pour France Pierron de rester silencieuse face aux reproches. A plusieurs reprises, elle a décidé de répondre aux internautes qui critiquaient son tweet initial. "La photo c'est pour dire : regardez comme on est content et que l'émission va commencer. Pas pour dire : dites-moi comment vous trouvez mon cul", explique-t-elle avant de préciser : "Une femme qui présente une émission ne demande pas qu'on juge son physique", et de s'interroger : "Il faut être mannequin pour faire de la télé ?"

La journaliste explique sa volonté d'essayer "d'éduquer les gens" sur le fait que les femmes sont fatiguées d'être en permanence jugées sur leur physique, et de voir la moindre parcelle de leur apparence commentée, décortiquée et analysée. Comme si elles avaient besoin qu'on leur rappelle que, aux yeux de bon nombre de personnes, leur seule valeur est celle du désir qu'elles sont capables de provoquer.

Diet culture et liberté d'expression

Les commentaires dont France Pierron fait l'objet prouve une chose : la diet culture est toujours présente, puisque le moindre changement dans sa silhouette peut susciter des commentaires sur son alimentation. Des commentaires d'autant aberrants qu'ils renforcent l'idée selon laquelle il y aurait des bons et des mauvais aliments, et que le simple fait de manger une ou deux raclettes pendant l'hiver suffirait à faire prendre du poids. Une préconception largement démentie par les médecins, qui rappellent que le secret d'un poids de santé est une alimentation variée, équilibrée et dépourvue de privations, et qu'un simple "craquage" de temps en temps ne va pas bouleverser le poids d'une personne.

Mais ces commentaires, ou plutôt les réponses faites aux reproches de la journaliste, témoignent d'un problème plus profond. Car là où les internautes sont nombreux à rappeler leur droit à la liberté d'expression quand il s'agit de commenter le poids ou le physique d'une femme, ces derniers ne semblent pas accepter que cette dernière puisse aussi leur répondre vertement, toujours grâce à la liberté d'expression. Dire à une personne : "Tu n'as qu'à pas poster de photos si tu ne veux pas être jugée", c'est nier sa liberté de poster et sa liberté de répondre aux critiques. Il serait donc peut-être temps d'apprendre à balayer devant sa propre porte.

Vidéo. Déclic - Vanessa (Gras Politique) : "Mon déclic à moi, c'est d'avoir arrêté les régimes"

A lire aussi

>> Le régime carnivore est tendance sur TikTok, mais ne vous laissez pas avoir : c'est extrêmement dangereux

>> "Perdez 5kg avant l'été !" : arrêtez de vous faire berner par les régimes express, c'est de l'arnaque

>> Enfants au régime : "J'avais 8 ou 9 ans quand ma mère a décrété que j'étais trop grosse et devais manger moins"