Publicité

Histoires de femmes infidèles : "J'ai trop besoin de voir d'autres hommes. Mon rêve serait de faire un film porno"

Aline a 44 ans et est en couple depuis 3 ans. Si elle file le parfait amour avec son compagnon, elle a malgré tout un besoin, celui d'aller voir ailleurs. La quadragénaire veut profiter de la vie et nourrit un rêve : faire un porno.

Histoires de femmes infidèles :
Histoires de femmes infidèles : "J'ai trop besoin de voir d'autres hommes. Mon rêve ce serait de faire un film porno"

Crédit : Getty

Aline a 44 ans et elle est en couple depuis 3 ans : "J’ai eu une histoire un peu longue avec mon copain du lycée et puis j’ai été célibataire 2 ans avant de rencontrer mon mec actuel grâce à une application de rencontre. Je pensais que ça allait être difficile de trouver l’amour après 40 ans mais j’ai mis moins d’un mois pour le trouver et le rencontrer. On a habité ensemble très vite. Aucun de nous deux ne veut d’enfant donc on sait qu’on va passer les prochaines années à profiter. On est encore en pleine lune de miel. Mais ça ne m’empêche pas de voir d’autres hommes à côté. J’en ai trop besoin."

Aline a une vie centrée sur son plaisir : "J’ai changé de travail il y a quelques années pour faire quelque chose qui me plait plus. Avec mon mec, on s’offre des weeks-ends, des cadeaux. C’est comme si tout notre budget tournait autour de nous et des trucs qui nous font plaisir. Parfois ça va être un restau, parfois un spa, parfois un super belle paire de chaussures. Depuis que je suis avec lui, je ne me prive plus. On a une très belle vie. Au niveau du sexe, ça marche aussi très bien avec lui. Je ne manque de rien. Mais je suis encore en train de rattraper toutes les années où j’étais plus jeune et où je ne me suis pas beaucoup amusée. J’ai besoin de variété, de vivre des expériences différentes."

Vidéo. "L'infidélité féminine est plus courant qu'on ne l'imagine"

Son plaisir préféré pour l’instant, le sexe à plusieurs : "J’aime retrouver au milieu de 3 ou 4 hommes qui sont concentrés sur moi. C’est un sentiment de pouvoir dingue. J’ai encore quelques fantasmes que je veux réaliser. J’adorerais qu’un homme que je ne connais pas me bande les yeux dans mon dos avant de me prendre par derrière sans qu’on se parle du tout. Mon rêve, aussi, ce serait de faire un film porno. Pas un truc à l’arrache avec la caméra juste posée, à la maison. Mais un vrai film avec une équipe et des scènes à jouer. J’adore les jeux de rôle et j’adore qu’on me regarde. Le porno c’est mon fantasme ultime. Mais je sais bien que ce serait un risque énorme, que mes proches et mon mec pourraient le découvrir, donc je n’ai rien fait pour l’instant pour que ça se réalise."

Un fantasme après l'autre

Aline a une organisation méthodique pour réaliser ses fantasmes au fur et à mesure : "Je ne veux pas consacrer autant d’énergie au sexe tout le reste de ma vie. Je sais que je suis en train de rattraper des années de jeunesse où je ne me suis pas amusée beaucoup. J’ai besoin de découvrir de nouvelles choses et j’ai l’impression que j’ai enfin le temps, les moyens et la situation de manière générale pour vivre ça. Je me sens en situation de pouvoir. Si je veux un plan à 3 ou si je veux coucher avec un mec très grand qui ne ressemble pas du tout à mes critères habituels, je peux le faire. Les applications, ça rend aussi tout plus facile. Je fais mes castings, je propose et je vois si les mecs sont d’accord. C’est déjà arrivé qu’on me dise non et je le comprends."

Aline est infidèle depuis une tentative de couple libre infructueuse : "On a essayé au début de notre histoire de se lancer dans un couple libre avec mon mec. Mais ça n’a pas marché. Il était jaloux, avait besoin de tout contrôlé. On a essayé les clubs libertins pour le rassurer mais ça n’a pas été mieux. Je crois qu’on n'a pas dû y passer plus d’une heure et il était quand même très fâché. En plus, ça le culpabilise. Il s’en veut de me limiter. Donc je préfère faire les choses dans son dos. Il n’a pas mal et je peux quand même prendre mon plaisir. Comme je sais que ce n’est qu’une phase, chez moi, je dois juste être prudente le temps que ça dure avant de reprendre une vie plus classique ensuite. Je vois ça comme une thérapie. Et aussi comme un plaisir que je mérite. Ce n’est pas possible de passer sa vie à se sacrifier. Trop de femmes vivent comme ça et ça me rend dingue. On a le droit d’avoir une vie, d’aimer, de prendre du plaisir. J’ai attendu 40 ans pour m’offrir ça. Je trouve ça déjà tard. Je n’aurais pas pu attendre plus."

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

À LIRE AUSSI

>> Histoires de femmes infidèles : "Arrivée à la chambre d’hôtel, c’est mon mari qui m’attendait"

>> Histoires de femmes infidèles : "Je suis tombée sur le boulanger dans mon club libertin"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?