Largué.e, délivré.e : "C'était trop dur de voir mon ex tous les jours au travail alors j'ai tout quitté"

Lucile Bellan
·5 min de lecture
Largué.e, délivré.e :
Largué.e, délivré.e :

Vous vous rappelez de ce sentiment de vide quand il ou elle prononce l’irrévocabilité ? Pourtant, les ruptures, si elles peuvent apparaître insurmontables, nous apprennent toujours. Largué.e, délivré.e raconte ces moments de la vie où il a été question de se réinventer pour vivre une vie plus belle encore.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Caroline a 27 ans quand Sébastien la quitte du jour au lendemain. "Je n’ai rien vu venir. Dans la semaine, on parlait de nos prochaines vacances ensemble et puis, le vendredi soir, il me disait de prendre mes affaires et de partir de chez nous. Je crois que c’est la violence du choc et l’incompréhension qui ont été les plus dures à supporter." Ce qu’elle ne sait pas à ce moment-là, c’est que le jeune homme a rencontré quelqu’un et qu’il a pris la décision de vivre cette histoire au grand jour, au détriment de leur relation de quatre ans. Le soir de la rupture, la discussion est impossible : "Il s’était complètement fermé. Il répétait en boucle que je devais partir et que c’était fini. Moi, je pleurais et je voulais comprendre mais quand, au bout d’une heure ou deux, j’ai compris que je n’en saurais pas plus, j’ai commencé à remplir un sac et j’ai prévenu une de mes amies que j’arrivais chez elle."

VIDÉO - Chloé nous raconte pourquoi elle a décidé de devenir prof :

Revoir son ex tous les jours

La jeune femme trouve chez son amie l’écoute dont elle a besoin. Mais le week-end passe vite et elle est de nouveau confrontée à son ex… Avec qui elle travaille au quotidien. Les anciens amoureux sont en effet professeurs dans le même collège. "Le lundi matin, il m’a ignorée. Dans la journée, je lui ai demandé à ce qu’on s’organise pour que je vienne récupérer mes affaires à l’appartement. Enfin, il a répondu. J’ai encore plus réalisé qu’il ne voudrait plus jamais parler d’autre chose, que c’était fini entre nous."

Je le voyais tourner la page, être heureux, être amoureux. C’est devenu trop dur d’aller au travail.

Les jours passent et l’enseignante se rend compte qu’elle va avoir du mal à accepter la séparation en voyant son ex presque chaque jour. "Je le voyais tourner la page, être heureux, être amoureux de quelqu’un d’autre, même si je ne l’ai jamais rencontrée. C’est devenu trop dur d’aller au travail et je n’étais plus capable de prendre le temps de chercher une solution pour changer d’établissement à la fin de l’année. J’ai juste arrêté d’aller au travail et j’ai prévenu le chef d’établissement que je ne reviendrais plus. Je fais souvent la blague que je me suis fait larguer mais que c’est moi qui ai vraiment tout quitté."

VIDÉO - Louisa a quitté son travail et a tout plaqué, elle nous raconte :

Tout recommencer de zéro

Avec le petit pécule d’argent qu’elle a mis de côté, la célibataire a de quoi vivre quelques mois. Elle n’a plus d’appartement et dort sur les canapés de ses amis. L’occasion est idéale pour tout recommencer de zéro. Elle décide de reprendre ses études dans une ville qu’elle ne connait pas et où elle n’a pas de connaissances. À côté, elle prend un petit travail de vendeuse et ses parents la soutiennent aussi bien financièrement que pour son déménagement : "Je ne voulais être une charge pour personne mais j’ai eu besoin d’aide au début. Mes parents m’ont aidée mais aussi mes amies, qui ont été un soutien sans faille au téléphone dans les périodes où je pleurais en disant que je faisais une erreur."

Et puis, peu à peu, elle commence à entrevoir les possibilités de sa nouvelle vie. "Le plus dur, ça a été de faire le deuil du confort de ma vie de l’époque. J’avais un travail que j’étais sûre de ne pas perdre, une histoire d’amour sur des rails qui finirait bien par mener à un agrandissement de la famille. Je me levais chaque matin en me disant que je savais où j’allais et j’aimais ça. Quand Sébastien a tout fait exploser, j’ai décidé de changer ça et de ne pas reproduire mes erreurs. Ça a été vraiment difficile mais ça m’a fait du bien."

Parfois, je me dis que c’était vraiment une autre vie, ça me parait si loin.

Trois ans plus tard, Caroline a trouvé son équilibre. "J’ai déménagé deux fois de plus, j’ai rencontré un homme et puis on s’est séparés pendant le premier confinement. J’ai validé un diplôme et j’ai changé de travail. J’ai voyagé. Parfois, je me dis que c’était vraiment une autre vie, ça me parait si loin. Mais je suis plus posée aujourd’hui, plus épanouie, plus sûre de moi. J’ai appris à ne compter que sur moi et à ne plus me reposer sur mon confort. Je me sens plus forte, je crois que c’est ça que j’en retire. Je n’ai pas eu de nouvelles de Seb après mon départ mais ce n’est pas plus mal. J’espère que, comme moi, il a trouvé qui il était vraiment et qu’il est heureux."

Ce contenu peut aussi vous intéresser :

De la même autrice :

>> Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"