Largué.e, délivré.e : "J’ai fini ma soirée aux urgences, en célibataire"

·5 min de lecture
Largué.e, délivré.e :
Largué.e, délivré.e :

Vous vous rappelez de ce sentiment de vide quand il ou elle prononce l’irrévocabilité ? Pourtant, les ruptures, si elles peuvent apparaître insurmontables, nous apprennent toujours. Largué.e, délivré.e raconte ces moments de la vie où il a été question de se réinventer pour vivre une vie plus belle encore.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

La dispute éclate au beau milieu de la soirée entre Jenny et son compagnon de l’époque : "Je ne sais plus ce qui a déclenché sa colère, mais je me souviens bien avoir eu le sentiment que c’était un prétexte. Parce que plus je m’excusais et j’essayais de calmer les choses et plus il montait dans les tours". Ils habitent ensemble depuis un peu moins d’un an et les disputes sont régulières : "Pour moi, c’était naturel. On s’aimait alors on se criait dessus. Je ne réalisais pas à quel point ce n’était pas sain ni pour lui, ni pour moi." Mais cette fois, la dispute semble plus sérieuse que les précédentes et se clôt par un accident fâcheux pour Jenny : "Pendant qu’on s’engueulait et qu’il me disait que c’était fini entre nous, je me suis fait tomber une boîte de raviolis sur le pied. Le pied a été cassé. J’ai fini ma soirée aux urgences, en célibataire."

Vidéo. Stéphane Rose explique pourquoi il lui paraît primordial de se défaire du carcan du couple.

Jenny est inconsolable aux urgences et l’équipe soignante pense que ses larmes sont de douleur, mais la jeune femme pleure sur son histoire terminée : "Quand ils ont compris, ils ont eu peur que ce soit lui qui m’avait jeté une boîte de conserve dessus. Je me suis retrouvée à leur expliquer toute l’histoire, c’est-à-dire que je n’en pouvais plus de ses cris et que j’étais allée à la cuisine faire du rangement de placards pour me calmer. Même moi ça m’a fait sourire en le racontant. Je savais que ça risquerait de faire marrer mes potes pendant un petit moment."

"Au départ, mes amis avaient un calendrier pour se passer le relai"

C’est d’ailleurs l'un de ses amis qui s’occupe d’elle pendant sa convalescence : "Je ne pouvais plus monter mes courses à mon appartement. Je galérais aussi à faire des courses. Donc au départ, mes amis avaient un calendrier pour se passer le relai et s’assurer que j’avais toujours de quoi me nourrir, m’aider à me laver ou à m’habiller quand c’était trop compliqué ou passer la soirée avec moi quand j’étais trop déprimée. Et puis la deuxième semaine, c’était beaucoup plus le même pote qui venait et il a fini par être le seul à venir. Non pas parce que les autres m’avaient lâché, mais parce qu’il leur avait demandé. On a vécu une histoire de 7 mois".

"Cette rupture a été l’exact opposé de la rupture précédente"

Finalement, les deux amis mettent fin à cette aventure dans la sérénité : "Cette rupture a été l’exact opposé de la rupture précédente. On parlait de ce qu’on attendait du futur, de ce qui nous ferait kiffer pour l’année à venir et on s’est rendu compte qu’on ne voulait pas du tout les mêmes choses. Lui, voulait qu’on prenne un appartement ensemble et moi je voulais préparer un tour du monde. Les deux n’étaient pas incompatibles, mais ça en disait long sur nos envies profondes. Très vite, il allait me parler de fonder une famille et moi, je pense que je ne voudrais jamais d’enfant. On a pleuré tous les deux quand on en a parlé, mais j’étais dans ses bras. On s’est quittés parce qu’on a décidé d’être honnête l’un envers l’autre et de ne pas se faire perdre de temps. Je l’aime encore aujourd’hui, mais juste comme le meilleur ami qu’il est devenu, la meilleure personne du monde pour me soutenir et que je souhaite soutenir en retour."

Vidéo. "À 30 ans, je me suis fait ligaturer les trompes parce que je ne veux pas d’enfant. C’est une décision définitive."

"Je ne pense plus à l’amour pour l’instant"

Depuis, Damien a trouvé l’amour : "J’étais tellement heureuse quand il m’a annoncé qu’il avait rencontré quelqu’un et que ça avait l’air sérieux. Évidemment, j’ai eu une petite douleur de jalousie parce que je sais à quel point cette fille est chanceuse. Mais ce n’est rien comparé au bonheur que j’ai de le connaître et de le savoir heureux. Moi, je ne pense plus à l’amour pour l’instant. Mon projet de tour du monde pour 2022 prend toute la place. Mais je sais que le jour où ça m’arrivera, j’aurais eu un bon exemple de ce qu’est une belle relation. Et ça, je lui dois."

De la même autrice :

>>Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"