Largué.e, délivré.e : "Quand j’ai compris qu’elle m’avait trompé avec des connaissances à nous, je me suis remis à respirer"

Lucile Bellan
·5 min de lecture
Largué.e, délivré.e :
Largué.e, délivré.e :

Vous vous rappelez de ce sentiment de vide quand il ou elle prononce l’irrévocabilité ? Pourtant, les ruptures, si elles peuvent apparaître insurmontables, nous apprennent toujours. Largué.e, délivré.e raconte ces moments de la vie où il a été question de se réinventer pour vivre une vie plus belle encore.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Boris et son ancienne compagne ont passé 4 ans ensemble. Quand elle le quitte, un jeudi de décembre 2019, il est dévasté : "Ce serait mentir de dire que nous n’avions pas des problèmes. On faisait moins l’amour. Je la voyais moins investie. Quand je parlais de nos projets de couple, elle esquivait la discussion. Mais le soir où elle m’a annoncé que c’était fini, je ne l’avais pas vu venir. Je pensais qu’on travaillerait ensemble sur nos soucis, qu’on verrait un thérapeute de couple si nécessaire, qu’on prendrait plus de vacances. Tout sauf d’arrêter là. Je n’ai pas honte de dire que je l’ai suppliée. Je voulais qu’elle nous donne une seconde chance. Mais elle était complètement fermée. Elle a juste dit ce qu’elle avait à dire, comme si elle avait répété avant, et elle est partie. Je me souviens du bruit de la porte quand elle l’a claquée. Elle avait fait un sac avec ses affaires avant que je rentre du travail. Ça m’a brisé le cœur de me dire que je n’avais eu aucune chance de me faire entendre. Elle a juste dit qu’elle voulait récupérer certains meubles, mais qu’elle me laissait le temps de commander d’autres choses pour remplacer et qu’elle ne voulait pas qu’on reste amis."

Vidéo. Les célibataires dans la tourmente à cause de la pandémie ?

"Je me disais que je ne deviendrais jamais père"

Alors que celle avec qui il avait prévu de partager son avenir le quitte, Boris n’arrive plus à envisager une suite à sa vie : "Oui, j’ai pensé au suicide. Maintenant ça me fait sourire, mais sur le coup, je ne voyais juste pas d’autre solution. Il n’y avait rien sans elle. Je ne savais plus être seul, si j’ai jamais su l’être avant. Je me disais que je ne deviendrais jamais père non plus. Ou que je n’allais plus partir en week-end ou en vacances. Sans elle, à quoi bon ? Une vraie spirale dépressive. Je n’aurais pas pu m’en sortir seul. C’est mon frère qui m’a pris rendez-vous chez un psy et j’ai commencé une thérapie."

"J’en ai voulu à personne, à part à elle, mais sans haine"

Les langues de ses amis commencent aussi à se délier : "Un soir, pendant un apéro, alors que je commençais à aller mieux, deux de mes potes ont commencé à raconter que mon ex les avait dragués alors qu’on était encore ensemble et que ça les avait mis mal à l’aise. Ils m’ont conseillé de checker les réseaux sociaux, de demander à d’autres amis hommes ou à ses collègues à elle. Je n’avais pas envie de me lancer dans une enquête, mais je me suis retrouvé à poser quelques questions à l’occasion. Et les réponses m’ont vraiment étonné. J’ai appris que mon ex avait eu une histoire avec l'un de ses collègues que l'on avait invité à dîner à la maison. Qu’elle avait fait des propositions à une poignée de mes amis. Qu’au moins deux ont accepté ses avances. Et ça peut paraître bizarre, mais quand j’ai compris qu’elle m’avait trompé depuis toutes ces années avec des connaissances à nous, je me suis remis à respirer. En fait, je vivais dans une illusion depuis des années et j’allais pouvoir me reconstruire. J’en ai voulu à personne, à part à elle, mais sans haine. J’ai juste repris ma vie là où je l’avais laissée 4 ans avant."

Vidéo. Isabelle se confie sur son premier plan à trois.

"Tout ce que je veux c’est qu’on vive heureux ensemble"

Et Boris a rencontré un nouvel amour quelques mois plus tard : "J’ai eu de la chance de recevoir ces révélations alors que j’étais en pleine thérapie et j’étais donc bien accompagné. Je n’ai pas gardé un problème de confiance en l’autre. Quand j’ai rencontré Chloé, j’étais prêt à aimer quelqu’un d’autre et à m’investir comme je l’avais toujours fait. On est ensemble depuis l’été 2020 et je pense même que j’avais besoin de connaître la souffrance de ma relation précédente et de la rupture pour la rencontrer et vivre au mieux cette histoire. J’ai toujours posé mes conditions et je l'ai obligée à plus de communication. Je suis très vigilant de son bien-être, de son bonheur et des miens. Tout ce que je veux, c’est qu’on vive heureux ensemble. Et je crois que pour l’instant ça a porté ses fruits. La situation n’est facile pour personne, mais je me sens parfaitement accompagné. On parle de notre avenir. Je crois que ça veut dire qu’on en a un. Et ça, ça me colle automatiquement le sourire rien que d’y penser. J’ai eu mal, mais maintenant je suis heureux."

Ce contenu peut vous intéresser :

De la même autrice :

>>Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"