Largué.e, délivré.e : en le trompant, elle leur a sauvé la vie

·5 min de lecture
Largué.e, délivré.e :
Largué.e, délivré.e :

Vous vous rappelez de ce sentiment de vide quand il ou elle prononce l’irrévocabilité ? Pourtant, les ruptures, si elles peuvent apparaître insurmontables, nous apprennent toujours. Largué.e, délivré.e raconte ces moments de la vie où il a été question de se réinventer pour vivre une vie plus belle encore.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Vincent est réaliste : son couple n’aurait pas dû durer aussi longtemps. "C’est l’histoire classique du couple qui reste des années ensemble alors que plus personne ne sait pourquoi. Enfin si, par habitude. On a été mis sur des rails après le lycée. Ensuite, c’est le parcours classique : on prend notre premier appartement ensemble à la fac, et puis on déménage quelques années plus tard quand le premier signe son CDI, on fait une ou deux soirées par semaine et puis ça devient des dîners avec des potes qui s’ennuient autant que nous. L’été, on va au mariage des autres et avec les années les regards deviennent pressants. Alors on commence à parler de mariage et de déménager à nouveau et d’acheter une maison tout en temporisant. Petit à petit, j’ai commencé à m’ennuyer partout. Je m’ennuyais avec elle, avec nos amis qui n’avaient jamais changé, avec sa famille, avec la mienne et puis au travail. Je m’ennuyais avec moi-même aussi. Je ne supportais plus ma vie mais je continuais à faire illusion. Chaque année j’étais juste un peu plus mort à l’intérieur."

Vidéo : Le déclic de Bénédicte ? Faire un bébé toute seule à 39 ans

De la rupture à la libération

C’est une confession douloureuse de sa compagne qui les libère tous les deux : "Un soir, elle s’est mise à pleurer toute seule dans le salon. Je l’ai prise dans mes bras et elle a pleuré encore plus fort. C’est là qu’elle m’a expliqué qu’elle était tombée amoureuse de quelqu’un et qu’elle avait des projets avec lui. Elle voulait faire un enfant, lui aussi. Je ne dis pas que je n’ai pas été quelques minutes sous le choc, mais le lendemain matin c’est comme si un poids s’était envolé de ma poitrine. Sans le savoir, elle m’a quitté pile au bon moment pour moi."

L'adultère qui leur a sauvé la vie

Vincent décide d’être honnête, pour ne pas lui faire plus de mal : "Je ne lui ai pas menti. Je n’avais aucune raison de la culpabiliser encore plus. Quand on en a parlé quelques jours après la grande annonce, je lui ai dis que je ne croyais plus beaucoup à nous et que j’étais incapable de lui donner ce dont elle avait envie et ce qu’elle méritait. Je n’ai rien vu comme une trahison. Au contraire, je pense qu’elle a eu du courage. Elle se faisait chier autant que moi sans l’admettre et c’est son instinct de vie qui a gagné. Elle est retombée amoureuse, elle s’est mise à faire des projets. Moi, j’étais enfermé dans ma déprime à être plus amorphe de jour en jour. Je ne sais même pas si j’aurais eu le courage de me foutre en l’air à un moment. Par contre, je sais que j’aurais eu largement le temps de la rendre bien malheureuse et nos proches aussi au passage. Alors son histoire, qui est techniquement une tromperie, je considère qu’elle nous a sauvé la vie à tous les deux."

Vidéo. Stéphane Rose : se défaire du carcan du couple pour définir son individualité

Une vie heureuse, loin de la norme ? 

Vincent parle de son ex-compagne avec tendresse, respect et admiration pour ses choix de vie. Tout en ne regrettant absolument pas les siens, bien différents : "Ça fait deux ans maintenant qu’on est séparés. On reste amis même si je sens que nos chemins de vie nous éloignent beaucoup. Elle s’est mise en couple tout de suite avec le type qu’elle avait rencontré et ils ont fait un enfant dans la foulée. Là, elle est de nouveau enceinte. Encore une fois, j’admire son courage vu le contexte. Moi, j’ai mis un peu de temps à reprendre le contrôle de ma vie. Je n’avais jamais habité seul et ça a été une vraie découverte. Je n’étais jamais parti en vacances seul aussi et j’ai adoré ça l’année dernière. J’ai commencé une thérapie et j’envisage une reconversion professionnelle. Je me suis engagé en tant que tonton en faisant du babysitting et je me suis rapproché de mes parents. J’accepte enfin que les chemins ne sont pas vraiment tout tracés et qu’on peut très bien avoir une vie heureuse même si elle a l’air de sortir de la norme. Ce qui m’épanouit aujourd’hui, c’est ma famille et mes amis d’enfance. J’ai de très belles relations avec ces gens et je suis heureux de leur montrer chaque jour que je les aime. Peut-être qu’un jour une femme reviendra dans l’équation, mais pour l’instant je n’en ressens pas le besoin. Et puis je ne me vois pas trop commencer à avoir des rendez-vous en pleine pandémie. Je m’écoute enfin. Je revis."

De la même autrice :

>>Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles