Le Grand Swipe : "On a mis plus de six mois pour se voir en vrai et la question du sexe ne s’était pas posée"

·5 min de lecture
Le Grand Swipe
Le Grand Swipe

Vous connaissez forcément des couples autour de vous qui se sont formés grâce à une application de rencontre. Peut-être même en avez-vous fait l’expérience. Le Grand Swipe raconte ces grandes histoires d’amour ou d’amitié 2.0 qui commencent avec un swipe, un like ou juste un message.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Après une rupture difficile, Diane a traversé quelques mois de déprime. "Je ne faisais plus rien, j’étais rentrée chez mes parents parce que je ne me faisais pas confiance pour gérer les trucs de la vie courante comme les repas et l’hygiène. Les journées passaient comme si j’étais devant la télé, plus rien ne me touchait. J’avais pris l’habitude de passer une heure à swiper pour rien dans mon lit chaque soir. Je lisais à peine les profils, c’était juste une succession de gestes réflexes. Et pourtant, un soir, Guillaume a commencé à me parler et ça a tout changé."

VIDÉO - Simon nous parle de sa première expérience sur OnlyFans :

“Au début, je me disais que je ne parlais avec lui que pour passer le temps”

Guillaume ne sait pas que de l’autre côté de l’écran, Diane souffre encore du deuil de sa rupture. Il tente sa chance comme ça lui arrive parfois, parce qu’il aime sa photo de profil et qu’il apprécie l’humour pince-sans-rire de sa description. La jeune femme est tout de suite touchée par la simplicité de son interlocuteur : "Je recevais sans cesse des messages sans intérêt ou des propositions sexuelles débiles, c’est c*n mais Guillaume a été l’un des rares à essayer de commencer une discussion, à essayer de savoir qui j’étais, comment je me sentais et ce que je voulais pour la suite", nous dit-elle.

VIDÉO - Maïa Mazaurette nous explique comment mieux intégrer les femmes dans le langage de la sexualité :

"Au début, probablement un peu pour le tester, je lui ai raconté ma précédente histoire d’amour foireuse et là où j’en étais dans ma vie au moment où on se parlait. Je me disais que s’il continuait de me parler alors que j’avais parfois besoin qu’on me rappelle de prendre une douche ou d’aller au travail, c’est que je devais vraiment l’intéresser. Il n’était choqué par rien et même, il compatissait. Au début, je me disais que je ne parlais avec lui que pour passer le temps et puis très vite c’est devenu un vrai besoin", poursuit la célibataire.

“Je crois que c’est ce qui a rendu notre rencontre aussi exceptionnelle”

En parallèle de ces discussions nocturnes, Diane reprend du poil de la bête : elle réfléchit à reprendre un appartement toute seule et à demander une promotion dans son travail : "J’ai commencé à voir un psy aussi. Et à revoir mes amies que j’avais un peu mises de côté après la rupture." Guillaume reste un soutien pendant cette transition : "Il me racontait où il en était lui aussi. S’amusait de nous voir nous coacher. Je lui disais que je ne pensais pas être prête pour commencer une nouvelle histoire et, encore une fois, il n’était pas étonné. On a pris notre temps, je crois que c’est ce qui a rendu notre rencontre aussi exceptionnelle."

Je crois que c’est le moment où je me suis dit pour la première fois que c’était le bon.

Six mois après le premier message, le jeune homme lui propose de l’inviter au restaurant. Elle a eu sa promotion et il souhaite fêter ça avec elle. "C’était tellement logique en plus ! Il m’avait accompagnée pendant toute la démarche. Je ne pouvais pas ne pas fêter ça avec lui. D’autant plus que j’en avais très très envie". La célibataire choisit sa plus belle robe et retrouve son date dans un restaurant gastronomique de leur ville : "J’ai une intolérance alimentaire et il s’était renseigné en amont sur ce que je pouvais manger ou pas. Il avait fait prévenir le chef. J’ai trouvé le geste adorable, comme tout ce qu’il avait fait pour moi. Je crois que c’est le moment où je me suis dit pour la première fois que c’était le bon". Après cette soirée, les amoureux ne se quittent plus : "Il n’était pas question que je retourne chez moi et lui chez lui. On passait déjà une partie de nos soirées ensemble, ça a tout de suite été super naturel."

Souvent avec ces façons de faire connaissance, on se rencontre et on fait l’amour très vite. Nous, on a pris le temps.

Aujourd’hui plus heureuse que jamais, Diane pense souvent à la façon dont son histoire d’amour s’est écrite : "Tout a commencé avec une appli mais on a pris le temps dont on avait besoin tous les deux. Souvent avec ces façons de faire connaissance, on se rencontre et on fait l’amour très vite. Nous, on a mis un peu plus de six mois pour se voir en vrai. Et avant ça, la question du sexe ne s’était quasiment pas posée. Je crois que c’est parce qu’on a pris ce temps que c’est aussi beau entre nous maintenant. On a pris le temps de se connaître, de se faire confiance, de se séduire. Je n’ai jamais douté de lui. Et j’ai appris à ne plus douter de moi. C’est notre force aujourd’hui."

Ce contenu peut aussi vous intéresser :

De la même autrice :

>> Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles