Les hommes ont-ils peur des sextoys ?

·5 min de lecture
Conceptual photo of self satisfaction
© Getty Images

Pendant longtemps, les sextoys ont été considérés comme un gadget coquin plaisant, mais assez rarement utilisé. Le genre de cadeau que l'on offrait aux enterrements de vie de jeune fille, et qui restaient planqués sagement dans un tiroir. Mais aujourd'hui, de plus en plus de femmes revendiquent leur utilisation, et cela n'est pas forcément au goût de ces messieurs. Certains hommes ne comprennent pas leur intérêt, et sont même jaloux de cette concurrence mécanique.

Et dire qu'à une époque, lorsque Charlotte de Sex and the City parlait de son fidèle Rabbit (un sextoy doté de petites oreilles de lapin pour stimuler le clitoris, pour ceux qui ne connaîtraient pas la référence), c'était considéré comme choquant. Aujourd'hui, l'utilisation de jouets coquins s'est démocratisée, parfois en couple, mais souvent en solo. Une étude Ifop réalisée en 2017 en collaboration avec Dorcelstore affirmait qu'une Française sur deux avait déjà utilisé un sextoy, soit cinq fois plus qu'en 2007. Mais alors que les ventes de godes, vibros et autres gadgets sexy a été boostée par le confinement, certaines personnes ne voient pas ces stimulateurs d'un très bon œil.

"Mon mec refuse qu'on utilise des sextoys, même ensemble"

Pendant sa période dé célibat, Mélissa, 33 ans, a craqué pour plusieurs jouets coquins. "J'en ai toute une collection dont je suis très fière", affirme-t-elle. "Des godes plus ou moins réalistes, des 'aspi-chatte' (stimulateurs clitoridiens, ndlr.), des vibros... Ça me permet de prendre énormément de plaisir, mais aussi de mieux comprendre comment fonctionne mon corps et comment accéder à l'orgasme. Pour moi, ça a été une révélation !" Toutefois, en couple depuis quelques semaines, elle a rapidement déchanté après avoir parlé de sa collection à son nouveau compagnon.

"Mon mec a 40 ans, il est plutôt coquin, très porté sur le sexe. Je pensais qu'il serait ravi qu'on s'amuse avec mes jouets à deux, mais c'est tout le contraire. Il refuse qu'on utilise des sextoys ensemble, ce qui en soi ne me dérange pas plus que ça. Mais il ne veut pas non plus que je les utilise en solo ! Un comble." Pourquoi ? Selon la jeune femme, c'est avant tout un problème d'égo. "Il a peur d'être remplacé par un 'zizi mécanique', comme il les appelle. Il n'est pas contre la masturbation, mais il dit que les sextoys risquent de me rendre accro, et que je n'arriverai plus à jouir sans. Il va falloir qu'on ait une sérieuse conversation à ce sujet, lui et moi."

Le cas de Mélissa n'est pas isolé. Il suffit de se balader un peu sur les réseaux sociaux, les forums, ou même dans les commentaires des articles dédiés aux sextoys féminins pour voir des dizaines de messages offusqués de la part d'hommes, qui semblent y voir une forme de concurrence déloyale.

"Ça veut dire quoi, que je ne lui suffis pas ?"

Fred (le prénom a été changé) fait partie de ces hommes qui ont un véritable problème avec les jouets érotiques, et il ne s'en cache pas. "Je trouve ça hyper vexant que ma copine puisse préférer jouir avec un bout de plastique plutôt qu'avec moi. Ça veut dire quoi, que je ne lui suffis pas ? Si elle a envie, je ne lui dirai jamais non." Et quand il n'est pas là, alors ? Face à cette question, l'homme âgé de 35 ans n'est pas loin de s'offusquer : "Elle peut bien attendre une heure ou deux que je revienne, non ? Pour moi, la masturbation, au même titre que le porno, c'est comme une infidélité. Moi je ne me branle pas quand elle n'est pas là, et j'attends d'elle qu'elle fasse de même." Une attitude très conservatrice dont il a bien conscience et dont il ne compte pas s'excuser : "Si ça ne lui convient pas, on se sépare, et basta. Toutes mes exs l'ont toujours accepté, alors je ne vois pas pourquoi je devrais changer."

Ce témoignage devrait faire frémir plus d'une femme. Depuis plusieurs années déjà, ces dernières revendiquent leur "droit au plaisir", et estiment – à raison – qu'elles n'ont pas à dépendre d'un homme pour avoir un orgasme. "Sinon, on ne serait pas rendues", commente avec humour Nathalie. "Les mecs qui refusent qu'on utilise des sextoys font preuve d'une triste masculinité toxique", regrette cette féministe et étudiante en sexologie, qui milite pour que le plaisir des femmes ne passe plus au second plan. "Le problème, c'est que certains hommes ont beaucoup de mal avec le fait que les femmes reprennent le contrôle de leur sexualité. Elles réclament le plaisir, et quand elles ne sont pas satisfaites, elles prennent les choses en main. On est bien loin de l'image de la femme soumise et passive, qui est là pour soulager son amant et qui plaît à tant de mecs. Il serait temps pour eux d'évoluer un peu, parce que je vois mal les femmes repartir en arrière à ce niveau-là."

A LIRE AUSSI

> Comment mettre sa cup ? Découvrez un tuto explicite... Sur PornHub !

> Et si on arrêtait de basher les femmes qui se dénudent ?

> L'Amour au temps du déconfinement : "Après deux mois sans sexe, j’ai peur de ne pas être performant"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles