Publicité

Marion Cotillard manipulée par un réalisateur : "Je me suis sentie comme un objet"

French actress Marion Cotillard arrives for the screening of the film
Marion Cotillard manipulée par un réalisateur : "Je me suis sentie comme un objet". (Photo by PATRICIA DE MELO MOREIRA/AFP via Getty Images)

Aperçue au Festival de Cannes pour présenter en avant-première "Little Girl Blue", le film de Mona Achache dans lequel elle joue, Marion Cotillard s'est confiée sur ses débuts en tant qu'actrice et sur le comportement d'un réalisateur en particulier, qui l'a marquée.

Si un acteur est dirigé sur les plateaux de cinéma par un réalisateur, qui va lui donner des indications sur son interprétation, il n'en reste pas moins un être humain avec ses propres sentiments et émotions. Le comportement de certains réalisateurs a néanmoins pu choquer tant il mettait à rude épreuve le corps et le mental de leurs acteurs.

Le lien entre un réalisateur et ses acteurs est particulier, et gare à ne pas abuser de son pouvoir. Pour Marion Cotillard, les limites doivent être clairement définies, comme elle l'a expliqué lors d'un entretien publié par Variety, ce mercredi 24 mai : "Je ne considère pas qu'un réalisateur et un acteur soient dans une relation de manipulation. Il s'agit plutôt d'une collaboration." Malgré cela, l'actrice a confié avoir vécu une expérience malsaine dans sa carrière : "Il ne m'est arrivé qu'une seule fois d'avoir l'impression d'être manipulée par un réalisateur, et je n'ai vraiment pas aimé cela."

Vidéo. La minute de Marion Cotillard

"J'ai vraiment détesté ça"

Sans nommer le réalisateur en question, Marion Cotillard est revenue sur la façon dont il s'y est pris pour la manipuler, lui faisant croire que ce qu'il exigeait d'elle faisait partie du "processus de travail en collaboration". "Je me suis dit : 'Est-ce qu'il me manipule parce qu'il pense que je vais être incapable de lui donner ce dont il a besoin, ce qu'il veut, s'il n'agit pas de cette manière ?' Je me suis sentie comme un objet, et j'ai vraiment détesté ça" a révélé l'interprète de "La Môme".

Marin Cotillard a affirmé s'être rapidement rendu compte de la supercherie mise en place par le réalisateur pour arriver à ses fins : "J'ai vu tout de suite toute la manipulation, et je me suis dit que c'était un peu stupide qu'on ne puisse pas me demander de faire des choses sans essayer d'utiliser des moyens de manipulation qui ne fonctionnent vraiment pas avec moi, avec ma personnalité en tant que femme, je veux dire, en tant qu'être humain, et en tant qu'actrice. (...) Je dois travailler main dans la main [avec le réalisateur]."

"Aujourd'hui les jeunes actrices savent qu'elles peuvent dire 'non'"

Si c'est un lieu commun de dire d'un acteur qu'il "s'abandonne" à son personnage, la comédienne a insisté sur l'importance de faire la distinction entre ce que l'on pourrait qualifier de "manipulation" et ce qu'elle nomme une "expérience d'abandon" pour le comédien, nécéssaire afin qu'il s'imprègne au mieux de son rôle. "On s'abandonne au personnage, on s'abandonne à l'histoire et on s'abandonne au créateur, au réalisateur. Mais il doit y avoir, pour moi, une harmonie que je ne pense pas que l'on puisse trouver dans la manipulation", a estimé Marion Cotillard.

Dans un entretien accordé à Deadline, publié le 21 mai, l'artiste s'est félicitée que le mouvement #MeToo ait permis de délier les langues sur certains abus de pouvoir dans l'industrie du cinéma. Elle espère qu'il aura permis aux jeunes actrices de savoir plus tôt poser leurs limites, de repérer et de dénoncer les manipulateurs et les agresseurs que peuvent être parfois certains réalisateurs et producteurs.

"Je suis actrice depuis longtemps et je me suis retrouvée dans des situations où je n'aurais jamais dû être. (...) Il y a encore des hommes malades, et des femmes parfois, qui profitent des jeunes, en utilisant leur passion pour le métier d'actrice et le fait que nous dépendons du désir des réalisateurs et producteurs. Aujourd'hui ces jeunes actrices savent ce qui est bien et ne l'est pas, que si quelqu'un leur demande quelque chose avec lequel elles ne sont pas à l'aise, elles peuvent dire 'Non'. Je ne savais pas cela lorsque j'ai commencé, c'était une époque très différente."

À lire aussi :

>> Karin Viard, "maltraitée" par un réalisateur : "Il me torturait psychologiquement"

>> "Tout le monde savait que ça partouzait" : Clovis Cornillac sans filtre sur le milieu du show business et Harvey Weinstein

>> Natalie Portman sexualisée très jeune : "Quand vous regardez "Léon" maintenant, il a définitivement des aspects malaisants"