Publicité

Natalie Portman sexualisée très jeune : "Quand vous regardez "Léon" maintenant, il a définitivement des aspects malaisants"

WEST HOLLYWOOD, CALIFORNIA - MAY 04: Natalie Portman attends HBO Documentary Films' Series
Natalie Portman sexualisée très jeune : "Quand vous regardez "Léon" maintenant, il a définitivement des aspects malaisants". (Photo by Kevin Winter/Getty Images)

Natalie Portman a démarré sa carrière d'actrice très jeune, à l'âge de 12 ans, pour tourner dans le film "Léon" de Luc Besson. Si ce long-métrage a été fondateur pour la comédienne et l'a révélée au grand public, il a aussi été vivement critiqué par certains spectateurs, qui estiment que son personnage a été sexualisé. Natalie Portman a admis elle-même qu'elle avait aujourd'hui un rapport "compliqué" à l'oeuvre du cinéaste français.

Repérée à 10 ans par l'agence Revlon, qui veut la faire tourner dans une publicité, Natalie Portman a très tôt une idée de ce qu'elle veut faire de sa vie : être actrice, et non mannequin. Les agents de la marque se plient à sa décision et débusquent des auditions afin qu'elle puisse y participer. Ainsi, elle obtient son premier rôle au cinéma en 1994, dans "Léon", un film de Luc Besson. L'adolescente incarne le personnage de Mathilda, une jeune orpheline dont la famille a été décimée, qui décide de devenir tueuse à gages. Léon, un homme solitaire qui est lui même un tueur, la prend sous son aile. Ils nouent alors une relation très forte et ambigüe.

"Des sentiments compliqués" à l'égard de son premier film

Natalie Portman avait 12 ans au moment où "Léon" a été tourné et 13 ans lorsqu'il est sorti en salles. Dans une interview donnée au Hollywood Reporter, le mercredi 10 mai, l'actrice de 41 ans a évoqué des "sentiments compliqués" à l'égard du film qui l'a révélée.

S'il a été salué par bon nombre de spectateurs et même considéré comme un chef d'oeuvre, le long-métrage de Luc Besson a aussi été critiqué par une partie du public, qui estime que le personnage de Mathilda a été sexualisé à outrance et que sa relation avec Léon, son mentor dans le film, n'était pas saine. Post #MeToo et après que la notion de "male gaze" (un concept postulant que la culture visuelle dominante impose une perspective d'homme cisgenre hétérosexuel), très présente au cinéma, ait été popularisée, "Léon" semble avoir mal vieilli.

Vidéo. Iris Brey vulgarise le "male gaze" : "Dans Game of Thrones, les scènes de viol sont érotisées"

"C'est un film qui est toujours aimé, et les gens m'en parlent plus que presque tout ce que j'ai jamais fait, et il m'a donné ma carrière; mais quand vous le regardez maintenant, il a définitivement des aspects malaisants. Alors, oui, c'est compliqué pour moi", a confié Natalie Portman, qui s'est elle-même beaucoup impliquée dans le mouvement #MeToo, porté dans un premier temps par des actrices américaines.

"Vous ne vous sentez pas en sécurité quand des hommes plus âgés s'intéressent à votre sexualité"

Ainsi, lors de la Women’s March (Marche des femmes) à laquelle elle a participé à Los Angeles, en 2018, Natalie Portman avait partagé un souvenir désolant : "J'ai ouvert avec enthousiasme mon premier courrier de fan pour lire le message d'un homme qui m'écrivait que son fantasme était de me violer. Un compte à rebours a été lancé par une radio locale pour compter les jours jusqu’à mes 18 ans, date à laquelle il serait légal de coucher avec moi. J’ai alors compris que même à 13 ans, si je voulais m’exprimer sexuellement, je ne me sentirais pas en sécurité et que les hommes auraient la liberté de parler de mon corps et de le considérer comme un objet."

Sa sexualisation très précoce a affecté l'actrice et cela s'est ressenti dans ses choix artistiques et dans ses choix de vie, comme elle l'a raconté dans le podcast Armchair Expert, en 2020. Natalie Portman a révélé avoir compris très tôt qu'elle évoluait dans un milieu marqué par le sexisme et les violences sexuelles à l'égard des femmes. "J'étais tout à fait consciente du fait que j'étais présentée comme cette Lolita. Le fait d'avoir été sexualisée dans mon enfance m'a, je pense, éloignée de ma propre sexualité parce que cela m'a fait peur et m'a donné l'impression que le moyen d'être en sécurité était de dire : 'Je suis conservatrice', 'Je suis sérieuse et vous devriez me respecter', 'Je suis intelligente' et 'Ne me regardez pas comme ça.' (...) À cet âge, vous avez votre propre sexualité et vous avez votre propre désir, vous voulez explorer des choses et être ouvert. Mais vous ne vous sentez pas en sécurité lorsque des hommes plus âgés s'y intéressent et que vous vous dites : 'Non, non, non, non, non'."

Natalie Portman est loin d'être un cas isolé : comme elle, de nombreuses célébrités qui ont commencé leur carrière en étant mineures ont été sexualisées, que ce soit par l'industrie du divertissement, les médias ou le public... Emma Watson, Miley Cyrus, Britney Spears... Et plus récemment Millie Bobby Brown, toutes ont témoigné de la sexualisation qu'elles avaient subi et des conséquences que cela avait pu avoir sur leur propre construction. Ainsi, la star de "Stranger Things" a déclaré en 2022 : "J’ai dû faire face à cela, encore plus depuis que j’ai eu 18 ans. Je vois définitivement une différence entre la façon dont les gens agissent et la façon dont la presse et les réseaux sociaux ont réagi à mon passage à l’âge adulte (…) C’est dégoûtant. Je pense que c’est juste une très bonne représentation de ce qui se passe dans le monde et de la façon dont les jeunes filles sont sexualisées" a relayé People.

Vidéo. VOICI : Natalie Portman : pourquoi le film Léon n'est pas qu'un bon souvenir pour l'actrice ?

"J'étais inquiète pour la façon dont j'étais perçue"

Avec du recul, Natalie Portman est consciente que ses choix de carrière ont été faits à l'aune de "Léon" et de l'image que le film a renvoyé d'elle. Elle a voulu, dans ses rôles, prendre le contrepied du personnage de Mathilda. Un mécanisme de protection, selon elle. "Tant de gens avaient l'impression que j'étais super sérieuse et conservatrice... Et j'ai réalisé que je cultivais cela consciemment parce que c'était une façon d'être en sécurité. [...] Quand j'étais adolescente, je me disais : 'Je ne veux pas de scènes d'amour ou de pelotage.' Je commençais à choisir des rôles moins sexy parce que j'étais inquiète pour ma sécurité, et pour la façon dont j'étais perçue."

Aujourd'hui, plusieurs femmes accusent Luc Besson de les avoir agressées sexuellement. Des accusations qualifiées de "dévastatrices" pour Natalie Portman, qui a assuré au Hollywood Reporter ne pas avoir vécu une expérience similaire pendant sa collaboration avec le réalisateur, mais ne veut pas pour autant dénaturer les témoignages de potentielles victimes avec ses propos. "Luc a joué un rôle crucial dans votre carrière et celles d'autres jeunes femmes. Pensez-vous qu'il y avait des signes que...", débute ainsi la journaliste. Elle est coupée par l'interviewée : "Je ne sais vraiment pas. J'étais une enfant. Mais je ne veux rien dire qui puissent invalider l'expérience d'autres personnes."

À lire aussi :

>> Christina Aguilera dénonce les commentaires "d'hommes d'affaires plus âgés" sur son corps et sa sexualité au début de sa carrière

>> Jennifer Love Hewitt : "Pendant une très longue période de ma carrière, les interviews portaient toujours sur mon corps"

>> Injonctions, sexualisation et culture du viol : un rapport dénonce le sexisme dans la publicité