Publicité

Amour entre collègues et travail : "On est devenus amis après l'avoir fait dans les escaliers"

Anaïs, 34 ans, a développé une belle complicité avec un de ses collègues de travail grâce au sexe. Après avoir évacué la tension sexuelle entre eux, ces deux collègues ont développé une complicité sans pareille et n'ont jamais "remis le couvert".

Amour entre collègues et travail :
Amour entre collègues et travail : "On est devenus amis après l'avoir fait dans les escaliers"

Crédit : Getty

Anaïs a 34 ans et elle est célibataire depuis 2 ans : "Je l’avais trouvé sur une application de rencontre et après plusieurs dates on avait fini par se mettre ensemble sans trop y croire ni l’un ni l’autre, plus parce qu’on avait pas envie de rester seuls. Ça a duré 3 ans. Ça s’est fini sans larmes et sans drame. Mais après ça, je ne voulais pas forcément me remettre avec quelqu’un. Je suis restée célibataire par choix en me laissant la possibilité de rencontrer quelqu’un pour du sexe. Parce que ça je ne l’ai pas laissé de côté. J’ai continué à voir des hommes pour du sexe plutôt régulièrement, environ une fois par semaine."

Anaïs a un collègue qui lui plait mais pendant des mois, elle s’empêche de lui faire des avances : "Je ne voulais pas que ça fasse du bordel dans mon environnement de travail. Mais on s’envoyait quand même des messages qui pouvaient être un peu chauds, à propos d'histoires, de ce qu’on faisait, ou pas. Je le prenais un peu pour confident. Rien de fou, mais ça aurait pu porter à confusion alors régulièrement, je le remettais à sa place et on arrêtait de se parler pendant plusieurs semaines. Et puis, ça a fini par être de plus en plus chaud et on a décidé de se donner un rendez-vous. Juste pour une fois. Le but, ce n’était pas d’arriver à s’organiser un truc régulier. On n'avait pas envie de se mettre ensemble. Mais pour une fois, ça me semblait raisonnable et je pensais même que ça n’allait rien changer à notre relation. Sur ce point j’ai eu raison, on a gardé la même complicité.".

Vidéo. "Je n'ai pas envie de me dire qu'il faut que le sexe soit le ciment de la relation"

Le duo se donne rendez-vous après le départ de leurs collègues, en soirée, dans les escaliers de leur étage : "On n'avait pas envie de se faire attraper par les personnes qui font le ménage. On a géré ça entre 19h et 19h30, debout, en utilisant les marches pour se faciliter les choses. Ensuite, on a été boire un verre. Ça a été très vite, même si c’était très bien. Je pense même que ça a été bien parce que ça a été très vite. On avait l’urgence de se faire jouir avant de devoir arrêter pour ne pas se faire surprendre. On a été à l’essentiel. Ça a vraiment été très rapide. Ensuite, j’étais un peu défaite mais on a quand même décidé de sortir un peu ensemble. C’était bien parce qu’il n’y avait plus du tout de tension sexuelle. On avait même pas envie de faire un round 2 chez moi ou chez lui. Ça n’a pas été proposé du tout. Je pense qu’on ressentait la même chose. On avait le sentiment d’avoir fait ce qu’il fallait mais que ça n’irait pas plus loin. C’était bien parce que c’était une fois et c’est tout."

Anaïs y repense tout de même régulièrement : "C’est devenu mon support masturbatoire préféré. Je trouve ça hyper sexy de filer dans les escaliers pour un quickie. Je ne pense pas que je vais avoir l’occasion de le refaire, mais j’y pense souvent. Ça arrive que j’en parle à mon collègue par messages. Je lui dis "j’ai pensé à toi hier soir" et il comprend tout à fait de quoi je veux parler. On se raconte toujours nos histoires de cul. On a un mètre étalon pour savoir si c’était bien ou pas. Le très bien étant ce qu’on a vécu ensemble. Ça nous a rapprochés. Je pense que c’est un de mes meilleurs potes maintenant. Je ne pensais pas que c’était possible de ressentir ça pour quelqu’un, mais le sexe nous a rapprochés et nous a poussés vers l’amitié comme quoi c’est possible. On dit souvent que le sexe gâche l’amitié mais je crois que ce n’est pas vrai, en tout cas, on prouve le contraire. Le sexe c’est notre ciment à nous. On en fait beaucoup de blagues mais on sait être sérieux quand il faut. Je n’ai jamais raconté à personne ce qu’on avait vécu ensemble. Ça n’appartient qu’à nous."

Selon une enquête réalisée par l’agence d’intérim online QAPA en 2022, un français sur deux avoue avoir déjà eu des sentiments pour un ou une collègue au travail. Le lieu de travail reste un lieu de rencontre potentiel que de nombreux travailleurs et travailleuses ne boudent pas. Alors si les relations amoureuses se forment au travail, qu’en est-il des relations extra-conjugales ? Comment se passent ces rencontres ? Ces relations sont-elles durables ? C’est ce que nous avons essayé de savoir avec cette nouvelle série de témoignages à propos des rencontres sur le lieu de travail.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

À LIRE AUSSI

>> Histoires de femmes infidèles : "Arrivée à la chambre d’hôtel, c’est mon mari qui m’attendait"

>> Histoires de femmes infidèles : "Je suis tombée sur le boulanger dans mon club libertin"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?