Largué.e, délivré.e : "Après 6 ans de relation, tout s'est joué avec un SMS et on ne s'est plus jamais croisé"

·5 min de lecture
Largué.e, délivré.e :
Largué.e, délivré.e :

Vous vous rappelez de ce sentiment de vide quand il ou elle prononce l’irrévocabilité ? Pourtant, les ruptures, si elles peuvent apparaître insurmontables, nous apprennent toujours. Largué.e, délivré.e raconte ces moments de la vie où il a été question de se réinventer pour vivre une vie plus belle encore.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

C'était une semaine comme les autres pour Elise : "Le mardi, je vais toujours à la danse après le travail. Cette semaine-là ne dérogeait pas à la règle et j'avais même prévu d'aller boire un verre avec une copine après. Mon copain était prévenu. Je me souviens que le matin, je lui ai souhaité une bonne journée et je lui ai rappelé qu'on se retrouverait assez tard. Il était visiblement content pour moi et il m'a dit de bien profiter de cette pause pour évacuer un peu de mon stress. Je me souviens que c'était une période un peu tendue au travail et j'avais vraiment besoin de souffler".

La journée passe et Elise va à son cours de danse : "Le cours s'est très bien passé, on est une bonne équipe et j'adore ma prof. À la fin, au moment d'aller prendre une douche, j'ai vérifié mes messages comme je le fais toujours et c'est là que je suis tombée sur le SMS de Guillaume. Six ans de relation, un SMS et c'était fini. Ce n'était pas un message très long et ça disait en gros que même s'il savait que c'était merdique comme rupture, il ne se sentait pas le courage de faire autrement. Que s'il me voyait, il allait s'effondrer. Que c'était juste un problème avec lui-même blablabla. J'ai essayé de l'appeler tout de suite, mais il n'a pas répondu. Il a juste renvoyé un message pour me dire de garder mes distances, d'aller boire un verre avec mon amie et de rentrer plus tard. J'étais folle de rage. Mais je n'avais aucune envie d'aller à la maison et de faire une scène alors je suis allée au bar, comme prévu".

Vidéo. "On peut se blinder du ghosting en prenant du Doliprane"

L'appartement est méthodiquement vidé

Elise rentre chez elle vers 23h : "J'ai pris deux cocktails et je suis rentrée. L'appartement était vide. Évidemment, il n'était pas là. J'ai tout de suite été voir s'il avait pris des affaires et combien à peu près. Il n'y avait plus de vêtements à lui dans les placards, les quelques trucs de valeur ou qui comptent pour lui n'étaient plus là non plus. C'était pas un cambriolage, mais on voyait qu'il avait pris le temps de vider de façon efficace. Il n'avait laissé que mes affaires à moi, ce dont il se foutait ou ce qui est facilement remplaçable. J'ai compris à ce moment-là, que c'était vraiment fini. Je ne me doutais pas que je ne le reverrai plus jamais. J'ai envoyé un message à nouveau pour lui demander si il était sûr de lui. Il m'a dit de garder l'appart et de partir avec une copine avec le billet prévu pour lui pour nos vacances dans un mois. Il me laissait tout ce qui restait 'c'est le moins que je puisse faire'".

Elle n'essaye pas de reprendre contact avec celui qui est devenu son ex : "J'ai vécu ça comme une grande trahison et ça a fait le tri dans mes amis aussi. Certaines personnes ont essayé de prendre sa défense, de lui trouver des excuses. C'est quelque chose que je ne voulais pas entendre et que je ne veux pas entendre aujourd'hui. On a passé 6 ans ensemble, il connaissait ma famille, on partageait des projets. Je lui ai tout raconté de moi et si j'avais eu des doutes ou si j'avais arrêté de l'aimer, j'aurais estimé que c'était du respect de base d'en parler avec lui. Il m'a refusé ça. Et je lui en veux énormément pour ça".

Vidéo. "Non, le célibat n'est pas une anomalie"

De la rupture au déclic

Depuis, Elise a décidé de s'offrir une période de célibat : "Je ne vois pas avec un homme tout de suite. J'ai changé d'appartement parce que je ne voulais plus habiter dans un endroit où j'avais des souvenirs avec lui, j'ai coupé les ponts avec des gens, il y a des endroits où je ne vais plus du tout. Et à côté de ça, je me suis recentrée sur ma famille, ma soeur et ses enfants, mes amies proches. Je pense à moi et à ce dont j'ai vraiment envie de faire, quand j'ai envie de le faire. J'ai accepté que je ne vais jamais comprendre cette rupture violente et que ça ne vient juste pas de moi. En retour, je prends soin de moi. Parce que, ce que j'ai appris de tout ça, c'est que le respect de moi, il commence par moi, que je ne peux pas attendre ça des autres uniquement. Parce que sinon je suis toujours en position d'être déçue et trahie. Je me respecte d'abord, je prends soin de moi avant tout. Si les autres veulent me donner de l'amour, ils peuvent. Mais je ne le considère pas du tout comme un acquis. Ça me permet aussi de prendre l'amour pour un cadeau et d'en être reconnaissante. Cette histoire, elle m'a vraiment fait relativiser".

De la même autrice :

>> Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles