Publicité

TABOU - Ruptures en vacances : "J'ai découvert qu'il me trompait pendant un vol... À l'aller"

Partir en week-end ou en vacances est un bon test pour savoir si sa relation a de l'avenir, avant d'emménager avec quelqu'un, ou même après. Cela permet de voir comment son ou sa partenaire peut se comporter dans des situations différentes. Et parfois, les mauvaises surprises sont au rendez-vous.

TABOU - Ruptures en vacances : "J'ai découvert qu'il me trompait pendant un vol... À l'aller." Photo : Getty Creative
TABOU - Ruptures en vacances : "J'ai découvert qu'il me trompait pendant un vol... À l'aller." Photo : Getty Creative

Partir en vacances avec la personne qui partage sa vie, c'est généralement l'occasion de profiter d'un peu de temps à deux, dans un décor paradisiaque et dans un cadre reposant. Mais c'est aussi l'occasion de découvrir comment se comporte l'autre dans un schéma qui sort de la routine habituelle. Quitte à faire des découvertes dont on se serait bien passé.

À l'occasion de la Saint-Valentin, hotels.com a dévoilé une étude sur les comportements tue-l'amour des Françaises et Français pendant les vacances en couple. Ne pas laisser la chambre d'hôtel propre, laisser toute la charge mentale à une personne, réclamer un changement de chambre... Des habitudes qui ne sont pas sans conséquence : 31% des sondés affirment que ces comportements sont agaçants au point de gâcher leurs vacances. Et parfois, elles peuvent même pousser un couple à la rupture.

Vidéo. Déclic - Hannah : "Mon déclic à moi c'est quand j'ai décidé d'arrêter les hommes"

"Sa façon de se comporter à l'hôtel m'a dégoûtée à l'idée d'emménager avec lui"

Maria en a fait l'expérience : durant l'été 2023, elle est partie dix jours au Maroc avec son compagnon. "C'était un peu un test : on commençait à parler d'emménager ensemble, mais on n'avait jamais passé plus de deux ou trois jours d'affilée ensemble. Je voulais voir si on allait se supporter. On avait booké un hôtel de luxe à Marrakech pour pouvoir profiter à fond, mais j'ai déchanté dès le premier jour", regrette-t-elle.

Très vite, elle se rend en effet compte que son compagnon est "crado". "Il laissait des traces dans les toilettes, des poils dans l'évier, des mouchoirs usagés par terre... Et quand je lui ai fait la réflexion, il m'a rétorqué qu'il ne partait pas en vacances pour faire le ménage, et que c'était le travail du personnel de l'hôtel. J'ai trouvé ça terriblement irrespectueux."

Même attitude à la piscine de l'hôtel : "Après avoir mangé des frites dans son transat, il est allé se rincer les mains dans la piscine ! J'étais scandalisée. Son attitude était écoeurante, et j'ai commencé à me demander s'il me traiterait comme sa femme de ménage à la maison. J'ai ruminé pendant toute la fin du voyage, en repassant derrière lui pour ne pas laisser la chambre dans un état atroce. Et à notre retour, je me suis dit que je ne supporterai pas ce genre d'attitude. Je l'ai quitté au retour, sans qu'il ait eu le temps de défaire sa valise."

"Il m'a quittée dans le train qui nous ramenait de nos premières vacances sans notre bébé"

"Début 2021, j'ai donné naissance à un magnifique petit garçon. Mais la grossesse et la parentalité ont eu un impact sur notre couple. Avec mon compagnon de l'époque, on a donc décidé de s'offrir un petit week-end à Amsterdam, sans bébé, pour essayer de se retrouver", raconte Amélie, 31 ans. "Rétrospectivement, ce n'était peut-être pas la destination idéale, parce que je rêvais de grasse matinée, de câlins et de petits-déjeuners au lit. Lui avait plutôt envie de sortir jusqu'à pas d'heure, de fumer et de boire. Comme j'étais encore en congé maternité, il ne comprenait pas pourquoi j'étais si fatiguée."

Pourtant, difficile pour la jeune femme de tenir le rythme de son compagnon : "Vu que je n'allaitais pas ce week-end, je pouvais boire avec modération, mais pas question de fumer du cannabis alors que j'allais retrouver mon bébé dans moins de quarante-huit heures. Pas question non plus d'être entourée de fumeurs et de subir leur tabagisme passif. Mon conjoint a fini par me traiter de rabat-joie, et est sorti tout seul un soir. Super, le week-end en amoureux..."

Sur le trajet retour, Amélie essaye d'expliquer à son compagnon en quoi son attitude l'a blessée. "Il m'a coupé la parole, et m'a dit qu'il valait mieux qu'on arrête là. Dans le wagon, devant tout le monde, alors que j'étais en train de tirer mon lait, et qu'on allait retrouver notre bébé âgé de six mois. Pour lui, ces vacances avaient été l'occasion de réaliser qu'il n'était pas prêt à sacrifier son train de vie de fêtard pour un enfant. À 37 ans, il aurait pu le réaliser plus tôt, ce bébé, il le voulait", s'énerve la jeune maman. "Je lui ai hurlé dessus, en pleurant. Je pense que tout le wagon, voire tout le train a entendu. Il s'est même fait insulter par un mec quelques rangs devant nous, à la sortie du train."

Aujourd'hui, Amélie est séparée de son compagnon depuis plus de deux ans. "Il voit notre fils un week-end sur trois. Moi, je suis mère célibataire, mais je suis clairement plus heureuse comme ça."

"Il m'a avoué qu'il fréquentait quelqu'un d'autre pendant un vol long courrier"

Une rupture pendant ou juste après des vacances, c'est déjà compliqué. Mais Julien a vécu bien pire : il s'est séparé de son compagnon dans l'avion, pendant un vol long courrier. "On partait au Canada avec mon ex, j'étais surexcité, c'était notre premier long voyage ensemble et on devait rester deux semaines dans sa famille. On regardait un film sur son iPad, quand un message est apparu – il était connecté au wifi de l'avion. C'était un autre mec qui lui disait qu'il allait lui manquer pendant ses vacances, et qu'il avait hâte qu'il rentre. J'étais surpris, d'autant que je ne connaissais pas le nom du mec en question."

Le jeune homme demande alors des explications à son partenaire. "Il a bafouillé que c'était un pote que je ne connaissais pas, mais ça me paraissait un peu étonnant. J'ai insisté, je le voyais rougir et s'enfoncer de plus en plus. Il a fini par craquer, et m'avouer qu'il fréquentait quelqu'un d'autre depuis plusieurs semaines, un mec rencontré dans le cadre de son travail. Que le mec en question ignorait qu'il était en couple, et que lui ne savait pas comment m'en parler. Puis, il a commencé à déblatérer au sujet du poly-amour, mais je l'ai coupé tout de suite. Pour moi, c'était une trahison inacceptable."

Les deux hommes se sont séparés dans l'avion : "Franchement, je ne recommande pas, il nous restait plus de quatre heures de vol, bloqués l'un à côté de l'autre..." Arrivé à Montréal, Julien a immédiatement laissé son ex : "Je me suis réservé une auberge de jeunesse pour la nuit, j'ai annulé mon billet retour, et réservé un vol pour rentrer en France le lendemain. J'ai aussi coupé mon téléphone pour ne pas qu'il puisse me joindre. Le temps qu'il rentre du Canada de son côté, j'avais fait mes cartons, et trouvé un hébergement temporaire. Il a eu beau me supplier, me promettre de quitter son amant, je n'ai rien voulu savoir."

Vidéo. France Ortelli ("Nos coeurs sauvages") : "Non, le célibat n'est pas une anomalie"

À lire aussi :

>> TABOU - Elle a été quittée par plusieurs partenaires parce qu'elle refuse les fellations : "J'ai longtemps essayé de me forcer, au point de me rendre malade"

>> TABOU - Précarité en hiver : "Pour faire des économies de chauffage, je préfère passer la nuit chez mon plan cul"

>> TABOU - "C'est sa mère qui a payé le ciné" : les astuces improbables des radins pour faire des économies pendant un rencard