8 femmes mariées sur 10 ont vu leur libido chuter depuis qu’elles sont en télétravail

·Journaliste
·3 min de lecture
(Crédit photo : Getty Images)
(Crédit photo : Getty Images)

Depuis plusieurs mois, des millions de Français sont en télétravail afin d’endiguer la propagation du coronavirus. Et depuis le 30 octobre, cela a été imposé par le gouvernement à toutes les entreprises en capacité de le mettre en place. Si certains ont découvert le plaisir de travailler chez eux, d’autres ont beaucoup de mal à effectuer leurs tâches dans ce contexte. Et pour de nombreuses femmes, cela a des conséquences sur leur vie de couple et leur sexualité.

Le confinement a chamboulé le quotidien de beaucoup de couples. Et le télétravail aussi. Certains amoureux manquent de place dans leur appartement, d’autres n’arrivent pas à se concentrer avec leur moitié qui passe ses journées en call dans la pièce d’à côté tandis que d’autres encore n’arrivent tout simplement pas à couper à la fin de la journée. Et pour cause, leur cocon est devenu leur bureau. Et leur conjoint.e, leur collègue. Pas simple.

VIDÉO - Stéphane Rose : “À l’heure actuelle, ce sont les célibataires qui couchent le plus, pas les gens en couple”

Mais au-delà de l’aspect purement pratique, quelles conséquences a le télétravail sur la vie intime des couples ? C’est la question à laquelle a tenté de répondre une étude réalisée par Gleeden, le site de rencontres extra-conjugales, en interrogeant 2541 femmes françaises mariées ayant déclaré être en télétravail au moment de l’enquête. On aurait pu imaginer des câlins coquins à la pause dej, une partie de jambes en l’air à la fin de la journée pour évacuer les tensions... Pourtant, la réalité est toute autre.

Libido en berne et abstinence

Si on savait que 39% des Français avaient renoncé au plaisir charnel pendant le premier confinement et que beaucoup d’entre eux n’avaient plus de désir sexuel à cause de cette cohabitation forcée, 79% des interrogées ont affirmé observer une baisse de leur libido depuis qu’elles exercent leur activité professionnelle à domicile et 74% avouent n’avoir eu aucun rapport sexuel depuis le début du second confinement.

VIDÉO - Emmanuelle Richard : “L’abstinence sexuelle, ça concerne absolument tout le monde à un moment donné de sa vie”

Pourquoi une telle perte de désir ? Pour la majorité des sondées (81%), l’exercice de leur activité à distance est source de stress, ce qui a des conséquences directes sur leur vie sexuelle. 68% confient ne “pas avoir le temps et ne pas arriver à s’arrêter de travailler” ; 65% avouent ne “plus se sentir sexy ou désirable” depuis qu’elles sont en télétravail (la faute au pyjama et à la cure de sébum ?) ; tandis que 35% des répondantes expliquent la chute de leur libido par un manque de stimulations extérieures, en rencontrant des inconnus dans la rue, par exemple.

Des petits mensonges à leur concubin

Ce qui est un peu plus embêtant quand on se plonge dans les différentes étapes de l’enquête, c’est comment les participantes justifient leur manque de désir. On ne parlera pas ici du fait qu’elles n’ont aucunement besoin de se justifier sur ce sujet auprès de leur cher et tendre. Une écrasante majorité (88%) affirme dire haut et fort à leur partenaire qu’elle n’a pas envie de faire l’amour. Mais malheureusement, beaucoup de femmes mentent à leur compagnon. 54% ont déjà “prétexté un mal de tête”, 32% ont "évoqué des règles interminables” et 11% ont joué la carte du bruit qui pourrait réveiller les enfants pour ne pas avoir de rapport sexuel.

Ce contenu peut aussi vous intéresser :

A LIRE AUSSI

>> Près d'un homme sur deux a déjà souffert de pression sexuelle

>> Confinement : près d'un Français sur 10 ne respecte pas les restrictions pour rejoindre un partenaire sexuel

>> Reconfinement : les ventes de sextoys et gadgets érotiques explosent

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles