Mariage annulé, rupture, emménagement repoussé... Le couple bouleversé par le coronavirus

Lucile Bellan
·5 min de lecture
(Crédit photos : Getty Images)
(Crédit photos : Getty Images)

Au moment du premier confinement, les célébrations de mariage étaient simplement annulées dans les mairies françaises. Lors de ce second confinement, le nombre d’invités est juste très limité. Mais de nombreux couples ont vu leurs projets, parfois de longue date, compromis. Ils ont dû s’adapter.

Marion a commencé à préparer son mariage en février 2019, pour une date de célébration prévue en avril 2020. L’annulation a été un véritable choc pour elle. "On a vu la pandémie monter comme tout le monde et on a compris assez vite que nos plans initiaux tomberaient à l’eau. Mais c’est une chose de le savoir et ça en est une autre de l’accepter. Dès le début du confinement, je me mettais à pleurer dès que je voyais quelque chose qui me rappelait le mariage : le carnet où j’avais pris mes notes, le fichier moodboard sur mon ordinateur..." Parce qu’elle n’est pas capable d’annoncer à ses invités que les noces étaient repoussées, c’est son compagnon qui s’en occupe. "Au final, on a pris la décision de se marier quand les choses seraient plus calmes, on n’a pas calé de date."

VIDÉO - Les amoureux confinés imaginent le premier message qu’ils enverraient au déconfinement :

Un emploi du temps chamboulé et une montée d’anxiété

Kevin, lui, raconte que pour son couple, l’épreuve de voir ses plans repoussés a été une source de stress supplémentaire. "2020 pour nous, ça devait être l’année de concrétisation de nos engagements. On avait prévu un petit mariage avec nos amis au printemps et puis l’achat d’un appartement. Et puis, en fait, tout ça s’est révélé être un peu impossible… Ou possible dans des conditions plus stressantes encore que normalement. La situation a enlevé tout le plaisir qu’on pouvait en retirer. On a essayé un temps de continuer comme prévu dans le plan mais c’était de l’acharnement, comme un caprice. On a pu se marier mais on a décidé de repousser la fête à plus tard. Et pour l’appartement, on se donne le temps." Ces choix n’ont pas été faits sans générer de conflits avec son épouse : "On était frustrés et en colère et on le rejetait l’un sur l’autre. Ça a pris du temps et de nombreuses discussions pour que ça s’apaise entre nous. "

"C’est la Covid qui a précipité la fin de mon couple"

Le conflit créé par la pandémie et les angoisses qu’elle peut générer a été pour Sarah le déclencheur d’une rupture abrupte. "C’est la Covid qui a précipité la fin de mon couple. On parlait de se pacser et de la prochaine étape pour nous, et en fait la pression et le stress de la situation, que ce soit au niveau professionnel ou personnel, ça a tout atomisé. Je ne dis pas que nous aurions réussi à passer notre vie ensemble si on avait eu la chance de ne traverser aucune épreuve. Mais je pense qu’on avait encore quelques belles années à partager avant de se séparer pour vivre d’autres choses. Ça m’attriste un peu mais je ne regrette pas. Je n’ai vraiment pas aimé sa façon de vivre la pandémie. À la fin, il était devenu limite complotiste". Elle est désormais célibataire et compte le rester un moment, "le temps que les choses se tassent". Comme Lou, qui a vu ses objectifs de vie chamboulés.

VIDÉO - Axelle nous raconte son passé de femme battue :

"J’étais vraiment obsédée par l’idée du couple qui dure toujours, de l’engagement avec des étapes et des preuves physiques de l’amour. Vraiment le cliché du couple marié avec le labrador, le pavillon, les deux enfants et le monoplace. Et puis le confinement est arrivé et ça a tout bouleversé chez moi. J’ai largué le type sur lequel je plaçais tous mes espoirs, et que je n’étais pas vraiment sûre d’aimer, et je me suis mise à tout investir sur moi, mon appartement que j’adore, les projets professionnels que je veux accomplir. J’ai décidé, consciemment, que j’étais la seule valeur sûre dans toutes les incertitudes. Ça m’oblige à m’aimer un peu plus et à faire preuve de bienveillance envers moi-même et c’est pas plus mal. Je ne sais pas ce qui va se passer ensuite dans le monde, mais je sais que je vais traverser tout ça avec moi-même. C’est la seule certitude qui me permet de tenir".

"Chez nous, je crois que ça a relancé une sorte de passion"

Matthieu, en couple depuis deux ans, a été étonné de découvrir que l’épreuve a eu un impact positif sur son couple : "Chez nous, je crois que ça a relancé une sorte de passion. On vit la période un peu en mode carpe diem, en se disant qu’on est heureux de pouvoir s’épauler, d’accompagner l’autre. Du coup, on se fait nos meilleurs petits plats, on fait l’amour tant qu’on peut et on essaye de beaucoup de se parler et s’écouter. Peut-être que revenir à la routine sera bizarre, mais pour l’instant c’est notre manière à nous de voir passer la tempête."

VIDÉO - Florian Voros nous parle de la représentation de la sexualité masculine :

Les réactions des amoureux sont donc bien différentes… mais toutes et tous semblent attendre avec plus ou moins de sérénité un après, qui viendra dans un temps encore indéfini. D’ici là, chacun cherche une solution pour supporter au mieux l’attente.

À lire aussi :

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Je ne sais pas à quoi ressemblera ma vie dans six mois à part que je serai toujours avec lui"

>> L'amour au temps du confinement : "Mon mari sifflote pendant qu'il travaille et je pense lui mettre un coup de chaise"

>> Covid-19 - Confinés, ils s'aiment à distance : "Énormément de désir et un sentiment entre excitation et frustration"