Histoires de femmes infidèles : "Tromper mon compagnon avec un homme plus jeune a tout changé"

Histoires de femmes infidèles :
Histoires de femmes infidèles : "Tromper mon compagnon avec un homme plus jeune a tout changé"

En mars 2019, le profil de la femme infidèle type était partagé par un site de rencontres spécialisé : 37 ans en moyenne, cadre supérieure, citadine, mariée depuis plus de cinq ans et mère de deux enfants. Différentes études tendent également à montrer que de plus en plus de femmes se tournent vers l'infidélité (elles étaient 31% à déclarer avoir déjà trompé en 2014, elles étaient 33% en 2016). Qui sont ces femmes ? Quelles sont leurs motivations ? Comment organisent-elles leurs vies ? Ce sont les questions que nous avons voulu poser à certaines d'entre elles.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

À 41 ans, alors qu’elle est en couple depuis plus de 7 ans, Ina a expérimenté l’infidélité : "Je pense qu’à ce moment là de ma vie, c’était soit ça, soit la rupture. Et j’étais amoureuse de mon compagnon comme je le suis toujours aujourd’hui. Le problème, c’était juste une histoire de cul. Alors j’ai décidé de le résoudre avec une histoire de cul." En effet, après plusieurs années de relation pourtant heureuse, Ina et son compagnon n’ont pas une vie sexuelle très épanouissante : "Quand j’avais envie, il n’en avait pas envie et réciproquement. L’un d’entre nous finissait toujours par se forcer un peu et c’était donc nul. Je souffrais beaucoup de cette vie sexuelle sans passion et sans plaisir, à contre temps. Je crois qu’il en souffrait aussi. J’ai fini par le tromper pour ne plus reporter sur lui cette pression du sexe. Et quelque part, je me disais aussi que si le sexe était génial avec quelqu’un d’autre alors ça voudrait peut-être dire qu’il ne fallait pas qu’on reste ensemble. C’était comme un test."

Vidéo. "Seules 20% des femmes jouissent avec la pénétration. Ça devrait nous préoccuper"

"Je n'avais pas envie de raconter des mensonges"

C’était il y a 3 ans : "Je suis allée sur un site internet spécialisé. Je n’avais pas envie de raconter des mensonges alors j’ai tout de suite été très claire sur le fait que j’étais en couple et que je ne cherchais qu’une aventure. J’ai parlé avec deux personnes et l’un d’entre eux m’a semblé être parfait pour ce que j’attendais de lui. Je l’avais choisi différent de mon compagnon, pour ne pas avoir l’impression malsaine d’essayer de le remplacer. Il était un peu plus jeune aussi, je me disais que comme ça il n’aurait pas de problème à bander."

Ils se rencontrent dans un café avant d’aller à l’hôtel : "J’ai bien aimé qu’on fasse les choses comme elles sont censées être faites dans ce genre de cas. Je ne voulais pas voir chez lui et je ne voulais surtout pas qu’il puisse voir chez moi. L’hôtel c’était parfait. On avait choisi un hôtel qui acceptait les réservations en journée, propre et un peu chic, pour me rassurer. Je ne me suis jamais sentie jugée alors que c’était quelque chose qui m’angoissait beaucoup. Lui, il était tout à fait conforme à l’image que j’avais de lui après nos échanges. Sympa, souriant, motivé. Il a même été jusqu’à me faire un cunni pour que je jouisse. Je suis tombée sur un homme qui savait y faire et qui avait envie de me laisser un bon souvenir."

Des orgasmes mais pas de sentiments

Ina rentre chez elle bouleversée : "J’ai eu plusieurs orgasmes. J’ai vraiment pris mon pied sexuellement. Mais il n’y a jamais eu, à aucun moment, de sentiment pour cette personne. Plusieurs fois, j’ai pensé à mon compagnon en me disant que j’aurais bien aimé que ce soit lui. Je savais en rentrant chez moi que je n’allais pas le quitter. Mais j’avais envie de lui et envie qu’il le sache. C’est ça qui a tout changé. Pour moi, cette aventure, ça a tout débloqué."

Vidéo. "C'est un réflexe très français de chercher ailleurs"

Elle décide de changer d’état d’esprit vis-à-vis de son compagnon et de leur vie sexuelle : "Avant, j’étais plus dans une logique de reproche et j’en voulais pour mon argent. Quand on commençait, je voulais la totale et je boudais quand ce n’était pas le cas pour une raison ou pour une autre. Depuis, j’exprime mon désir sans l’étouffer et je propose des choses qui pourraient lui plaire autant qu’à moi. J’ai retrouvé l’enthousiasme, l’envie, la valeur de ce qu’on partage. Le sexe est bien quand on le fait et a beaucoup plus de visages. Je suis heureuse avec lui totalement. Je ne regrette pas du tout ma décision et ce que j’ai fait. Je ne vois même pas ça comme une tromperie. Ça nous a apporté beaucoup alors je me dis que j’ai fait ça pour moi et que ça nous a profité à tous les deux. Il n’a jamais su pourquoi ça a avait changé entre nous et il n’a jamais demandé. Peut-être que quand on sera très vieux, je lui dirais la vérité. Mais je ne suis même pas sûre que je le ferais parce que je ne pense pas que ça va lui apporter quelque chose. Ce qui compte c’est qu’on soit ensemble au présent et qu’on s’aime sincèrement l’un et l’autre."

À LIRE AUSSI

>> Largué.e, délivré.e : "J'ai tout quitté : mon travail, mon logement, ma ville. J’avais besoin d’un nouveau départ"

>> Le Grand Swipe : "On a eu un premier échange vif, amusant où il a été rapidement question de fessée, de corsets et dentelles"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles