Publicité

Histoires de femmes infidèles : "Quand je trompe mon homme, j’ai l’impression d’être enfin une femme libre"

Thomas Barwick via Getty Images

En mars 2019, le profil de la femme infidèle type était partagé par un site de rencontres spécialisé : 37 ans en moyenne, cadre supérieure, citadine, mariée depuis plus de cinq ans et mère de deux enfants. Différentes études tendent également à montrer que de plus en plus de femmes se tournent vers l'infidélité (elles étaient 31% à déclarer avoir déjà trompé en 2014, elles étaient 33% en 2016). Qui sont ces femmes ? Quelles sont leurs motivations ? Comment organisent-elles leurs vies ? Ce seront les questions que nous avons voulu poser à certaines d'entre elles.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Imane a 26 ans et elle est en couple depuis 4 ans. Depuis presque 3 ans, elle entretient plusieurs histoires avec des sex friends rencontrés via une application : "Je ne suis pas amoureuse d’eux et ils ne sont pas amoureux de moi. On ne se parle presque jamais à part quand on organise un rendez-vous. Mais je sais que je vais passer un bon moment si je vais les voir. Et comme ils sont trois, je peux m’adapter à mon humeur et mes envies. Il y en avait un quatrième mais il s’est mis en couple et il a préféré qu’on arrête de se voir. Je ne lui en veux pas. J’organise environ un rendez-vous tous les deux mois avec l’un des trois autres."

Imane défend son droit à être infidèle : "J’ai eu une éducation un peu stricte et je me suis mise en couple assez jeune. Mon homme est plutôt cool mais il veut quand même une famille assez traditionnelle avec un mariage et des enfants. Je n’ai jamais essayé de parler de tout ça avec lui mais je sais que sa demande ne va pas tarder et quand j’ai réalisé que ça serait certainement le bon, assez vite dans notre histoire, je me suis sentie enfermée. Quand je le trompe, j’ai l’impression d’être enfin une femme libre."

Vidéo. "L’infidélité féminine est plus courant qu’on ne l’imagine."

Une aventure de jeunesse qui prendra fin

Pour autant, Imane ne pense pas continuer à ce rythme pendant des années : "Je profite parce que je suis jeune et que je sais que je plais. Mais je ne me vois pas être maman et continuer à avoir des amants. Je pense surtout que j’avais besoin de me sentir un peu maîtresse de mes choix, de ne pas passer de la vie avec mes parents à une vie de couple bien rangée. Je le vois avec mes amies qui l'ont fait et ne sont pas heureuses du tout. Moi, je suis heureuse avec mon homme et je suis heureuse dans la vie. Ce n’est pas une question de sexe pour moi, c’est une question de principe, de choix, d’être une personne à part entière."

Jamais la question de l’infidélité et de la fidélité n’a été un débat pour elle : "Je n’y pense jamais. Je pense même que si j’en parlais avec quelqu’un, je dirais que je suis une femme fidèle sans réfléchir. Parce que pour moi c’est autre chose. Je n’ai jamais trouvé cette liberté dans d’autres activités sinon je ferais ça. S'il suffisait que je m’inscrive à la salle, ou que j’aille courir, ou que je me trouve je ne sais quelle passion, je le ferais. Là, je vis parfois avec la petite peur de me faire prendre et de perdre celui que j’aime. Mais c’est plus fort que moi. C’est trop important aussi."

Pas assez confiance pour en parler

Imane avoue ne jamais avoir parlé de ça à qui que ce soit : "Je sais que ma soeur ou mes amies ne comprendraient pas. Je ne veux pas qu’elles me jugent. Les mecs que je vois, je ne veux pas les embrouiller avec mes raisons. Peut-être qu’ils pensent que je suis juste une salope ou une fille qui n’est pas heureuse avec son mec, je m’en fiche. Ce qui compte c’est ce que je pense et ce que je retire de la situation. Je n’ai rien à prouver à personne. La seule chose que ça a changé chez moi, c’est que je ne juge plus les femmes qui font ce genre de choses. On m’a appris à penser que c’était mal et même très grave mais je sais maintenant qu’il y a plein de raisons de le faire. Que des fois, c’est une question de survie. Sans ça, je sais que je serais morte à l’intérieur."

Enfin, la jeune femme appelle tout le monde à s’occuper de ses propres affaires : "Ce serait beaucoup plus simple si on ne passait pas notre temps à juger les autres sans avoir tous les éléments. Je le sais parce que je l’ai fait aussi. On oublie le contexte, on oublie de laisser la parole aux gens concernés. C’est pour ça que je témoigne aujourd’hui, je veux que ma parole soit entendue. Je trompe mon mec et je ne suis pas une salope. Je suis juste une femme amoureuse qui veut quand même vivre. Je ne vaux pas moins que vous."

À LIRE AUSSI

>> Largué.e, délivré.e : "J'ai tout quitté : mon travail, mon logement, ma ville. J’avais besoin d’un nouveau départ"

>> Le Grand Swipe : "On a eu un premier échange vif, amusant où il a été rapidement question de fessée, de corsets et dentelles"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?