Publicité

Isla Fisher victime de sexisme pendant une audition : "J'ai dû porter un bikini, il y avait quinze hommes dans la pièce"

2018 Vanity Fair Oscar Party – Arrivals – Beverly Hills, California, U.S., 04/03/2018 – Actress Isla Fisher.    REUTERS/Danny Moloshok
Isla Fisher victime de sexisme pendant une audition : "J'ai dû porter un bikini, il y avait quinze hommes dans la pièce". Photo : REUTERS/Danny Moloshok

Au casting du film "Insaisissables", diffusé ce mardi 7 mars sur TF1, Isla Fisher a commencé à tourner très jeune dans des publicités. Comme de nombreuses autres actrices, elle a été victime de sexisme tout au long de sa carrière. Une audition l'a particulièrement marquée.

À 9 ans, elle tournait déjà dans des publicités australiennes. Actrice, Isla Fisher a été exposée très jeune, et, à 47 ans, elle a été malheureusement confrontée au sexisme de nombreuses fois dans sa carrière. Pour You Magazine, elle s'est souvenue d'un des déclics qu'elle a eus, encore adolescente, après avoir lu l'essai féministe "Quand la beauté fait mal" de Naomi Wolf ("The Beauty Myth" en anglais).

"J'ai d'abord pensé à la quantité de travail nécessaire pour être une femme : l'exfoliation, le blanchiment, l'épilation, le fait de s'affamer, le shopping. Tout cela est tellement injuste parce que les hommes n'ont absolument rien à faire", a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : "Je me souviens que ce livre a été ma première véritable prise de conscience du rôle que les femmes jouent et se sentent obligées de jouer."

Un sexisme "omniprésent"

Pour Isla Fisher, le sexisme à Hollywood est "omniprésent". L'actrice s'est souvenue d'un casting passé alors qu'elle était encore adolescente : "J'ai passé une audition pour une publicité et j'ai dû porter un bikini. Il y avait 15 hommes dans la pièce, ce qui était tout simplement absurde. On m'a également posé des questions déplacées lors d'autres castings."

Face à ces mauvaises expériences, Isla Fisher salue le mouvement #MeToo, popularisé dans un premier temps par les actrices américaines, notamment Alyssa Milano, qui a permis de libérer la parole sur les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. Mais l'actrice estime que des changements doivent venir aussi des hommes et passent par l'éducation et la pédagogie.

Vidéo. Ovidie : "Pour les hommes de ma génération, il y a eu un choc au moment de #MeToo"

"Je pense que c'est une période formidable pour les femmes en ce moment. Nous avons besoin des hommes pour soutenir le mouvement. (...) Il faut que les deux parents donnent le bon exemple. (...) Les garçons observent leurs pères ; les enfants regardent ce que vous faites, pas ce que vous dites."

"Un tiers des rôles sont tenus par des femmes, c'est ridicule"

Lassée d'être sans cesse renvoyée à sa féminité, la comédienne a avoué qu'elle rêvait de jouer un personnage qui n'était pas défini par son genre. Elle a donné comme exemple celui d'Angelina Jolie dans le film "Salt" (l'actrice y interprète un agent de la CIA), qui devait être joué par un homme initialement mais dont le genre a été inversé.

Isla Fisher s'est désolée néanmoins que les choses n'avancent pas assez vite sur ce point, malgré la déflagration qu'a été #MeToo : "Un tiers des rôles au cinéma sont tenus par des femmes, ce qui est ridicule si l'on considère que nous représentons la moitié de la population."

À lire aussi :

>> Alice David : "Je me sens dégueulasse, j'ai honte", ce qu'elle a dû faire pour décrocher un rôle

>> Annelise Hesme dénonce les comportements sexistes de certains producteurs à ses débuts

>> Pomme dénonce le milieu de la musique : "De mes 15 à mes 17 ans, j’ai été manipulée, harcelée moralement et sexuellement"