Le Grand Swipe : "J’espérais bien plus qu’un plan cul, ça l’a fait rire"

·5 min de lecture
Le Grand Swipe
Le Grand Swipe

Vous connaissez forcément des couples autour de vous qui se sont formés grâce à une application de rencontre. Peut-être même en avez-vous fait l’expérience. Le Grand Swipe raconte ces grandes histoires d’amour ou d’amitié 2.0 qui commencent avec un swipe, un like ou juste un message.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

En 2019, alors qu’il vient de finir ses études, Hugo cherche à faire des rencontres en utilisant l’application Tinder : "Je n’étais fermé à rien, j’ai vu des types pour des plans d’un soir, d’autres avec qui j’ai discuté un peu plus longtemps et avec qui il aurait pu se passer un truc plus long. Je n’avais pas spécialement envie de me poser mais mon côté fleur bleue me poussait à croire que je pourrais trouver l’amour. Je swipais presque tous les soirs. Et c’est un de ces soirs que je suis tombé sur le profil de Guillaume. Il y a un truc dans son regard qui m’a accroché tout de suite. Sa présentation était cool, sans en faire trop, et il semblait plus tenté par une vraie histoire. J’ai swipé en croisant les doigts pour que ce soit réciproque."

"Je souriais comme un con devant mon portable dès que j’avais un message de lui"

Guillaume répond positivement à Hugo mais, avant d’organiser une rencontre, il veut apprendre à connaître le jeune homme en échangeant des messages : "Il avait tout ce questionnaire, son portrait chinois comme il l’appelait, et il commentait mes réponses. Il me disait qu’il ne voulait plus se faire avoir et qu’il voulait que je sois le plus sincère possible. J’ai joué le jeu en me disant que de toute manière, s’il devait tomber amoureux de moi, autant que ce soit pour de bonnes raisons. Moi, plus je lui parlais plus j’étais mordu. Il m’a vite rendu dingue. Je souriais comme un con devant mon portable dès que j’avais un message de lui."

Vidéo. Andrew raconte sa première fois avec un homme.

Après plusieurs semaines de questions-réponses, Hugo propose un rendez-vous : "J’ai demandé si j’avais enfin passé le test. Et c’est là qu’il m’a dit qu’il n’était pas sûr mais que le doute le poussait quand même à me rencontrer pour voir. J’aurais dû être vexé mais j’étais trop heureux qu’il accepte sur le coup que je n’y ai pas pensé. C’est mes amis qui m’ont fait la réflexion plus tard que c’était quand même un peu insultant. Maintenant je le vanne un peu là dessus, mais si ça ne s’était pas concrétisé, je pense que je l’aurais eu mauvaise."

"J’étais en pleine opération séduction"

Le rendez-vous se passe dans un parc un dimanche après-midi, non loin de l’appartement d’Hugo : "C’était un pur calcul de ma part. Moi j’étais en pleine opération séduction et je gardais en tête que si mon charme faisait effet, on pourrait toujours finir l’après-midi chez moi. J’y croyais à fond alors même que Guillaume avait été clair sur le fait qu’il n’était sûr de rien. C’est sûr que j’ai tout de suite eu le coup de foudre pour lui, mais ça a mis du temps à être réciproque. C’est ce rendez-vous qui a tout changé, je crois. Il a compris que je ne me moquais pas de lui, qu’il me plaisait vraiment et que c’était pour une vraie histoire. Il m’a vu rougir et il a compris que j’espérais bien plus qu’un plan cul. Ça l’a fait rire et il a pris le temps de se laisser conquérir, enfin."

"Une fois qu’on a laissé grandir l’amour, ça n’a plus été possible de nous limiter"

L’assurance de façade d’Hugo lui a un moment fait du tort, mais sa vulnérabilité plait à Guillaume, qui n’hésite enfin plus à s’engager avec lui : "Une fois qu’il avait pris la décision de nous laisser une chance, il s’est engagé à fond. On ne s’est plus quitté. Après un très naturel marathon du sexe, on a rencontré nos amis respectifs puis nos familles. On a emménagé ensemble dans un appartement rien qu’à nous. On a commencé à faire des projets pour la suite, quelques mois après notre officialisation à parler de mariage et de bébé pour un futur pas trop lointain. Une fois qu’on a laissé grandir l’amour, ça n’a plus été possible de nous limiter."

Les deux hommes partagent encore une relation passionnée aujourd’hui : "La pandémie et les confinements n’ont rien changé à notre amour. Ça a même confirmé le fait qu’on voulait partager tout ça ensemble, pas juste les bons moments mais aussi les épreuves. On a mis un frein à nos projets de famille pour l’instant, mais ça reste dans un coin de nos têtes. Pour l’instant, on prend soin de nous et de nos proches. Je n’ai jamais regretté de m’être fait des films sur lui et d’avoir été aussi sûr de moi. C’était le bon et je le savais depuis le départ. Ce n’est pas grave du tout que Guillaume soit plus prudent que moi. Au quotidien, on se complète bien sur ce point là."

Ce contenu peut vous intéresser :

De la même autrice :

>>Largué.e, délivré.e : “Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, elle avait pris ses affaires et elle était partie”

>> Le couple à l'épreuve du confinement : "Ça a fait grandir la frustration et on a souvent passé notre colère sur l’autre"

>> Le Grand Swipe : "Elle est arrivée à notre premier date avec 30 min de retard, j’ai failli partir mais j’ai eu une intuition"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles