Publicité

Camille Lou victime de sexisme : "La jolie fille aux formes généreuses, ce n'est pas du tout qui j'ai envie d'être"

CANNES, FRANCE - NOVEMBER 07:  Camille Lou attends the17th NRJ Music Awards at Palais des Festivals on November 7, 2015 in Cannes, France.  (Photo by Toni Anne Barson/FilmMagic)
Camille Lou victime de sexisme : "La jolie fille aux formes généreuses, ce n'est pas du tout qui j'ai envie d'être". (Photo by Toni Anne Barson/FilmMagic)

Au casting de "Prométhée", une nouvelle série TF1, ce jeudi 16 mars 2023, Camille Lou campe le rôle d'une enquêtrice. Un personnage loin de la potiche ou de la "jolie fille", case dans laquelle la jeune femme n'a jamais voulu rentrer, mais qui lui a longtemps collé à la peau malgré elle.

"Les Bracelets rouges", "Le Bazar de la Charité, "Je te promets"... Camille Lou squatte le petit écran dans des séries à succès depuis quelques années. Invitée sur France Info en 2021 pour promouvoir la série de France 2 "J'ai menti", celle qui a été révélée au grand public en tant que chanteuse s'est confiée sur les points communs qu'elle partageait avec son personnage, son rapport à la comédie et sur son syndrome de l'imposteur.

Dans "J'ai menti", Camille Lou joue Audrey, une adolescente agressée par un tueur en série, rattrapée par son passé à l'âge de 35 ans. "Quand on est adolescent, par amour, on fait beaucoup de bêtises. En fait j'ai aimé cet amour fou, cette passion de la vie que peut avoir Audrey à son jeune âge, quand elle est entraînée dans son histoire complètement dingue. Elle va s'enfoncer dans un mensonge terrible. On fait des petits mensonges parfois et l'effet boule de neige est assez dramatique. (...) Ce qui était chouette, c’était de jouer une adolescente. Je me suis rappelé plein de choses, je ne me tenais pas droite, je me cachais. J’ai recherché ça pour le rôle", a expliqué l'actrice au micro de France Info.

Vidéo. Camille Lou ("Je te promets") : ses confidences émouvantes sur sa famille

"On est tellement nombreux à vouloir faire ce métier"

Si sa réussite professionnelle lui a permis de prendre confiance en elle au fil des années, Camille Lou a encore parfois du mal à réaliser son succès, et à imaginer qu'un réalisateur puisse écrire un rôle pour elle. Celle qui n'a pas fait d'école de comédie doit composer avec le syndrome de l'imposteur : "On l'a tous un peu, mais on est tellement nombreux à vouloir faire ce métier que c'est toujours difficile de s'octroyer le droit d'avoir un rôle", a-t-elle estimé.

Et de poursuivre : "Les projets qu'on me propose me plaisent beaucoup et c'est vrai qu'avoir la chance de pouvoir dire 'ça, je suis désolée, mais je ne me sens pas de le faire', c'est une chose que je ne m'étais jamais donné l'opportunité de faire."

Auparavant chanteuse, (elle s'est notamment illustrée dans les comédies musicales "1789, les amants de la Bastille" et "La légende du roi Arthur"), Camille Lou a regretté de ne pas avoir su refuser certains projets, mais assure ne pas vouloir reproduire les même erreurs dans sa carrière d'actrice : "Je me sentais tellement tout le temps redevable. J'ai même fait des choses, avant en musique, qui ne me ressemblaient pas, parce que je voulais faire plaisir. Et aujourd'hui, je me dis 'je ne ferai pas la même chose en comédie'. Depuis le début j'ai toujours refusé, quand on ne me proposait quasiment rien, en disant 'tant pis, je ne ferai rien encore pendant des mois mais ça ne me correspond pas, ce n'est pas ce que je veux faire'. Je me suis octroyé ce droit."

"Je me fous d'être belle"

Au-delà des projets qui ne lui convenaient pas, la comédienne a aussi mal vécu les cases dans lesquelles on a voulu la mettre au début de sa carrière de chanteuse. "Parfois, on me donnait une image qui n'était pas la mienne, mais je n'en avais pas vraiment conscience parce que je ne savais pas quelle image je voulais avoir, je ne savais pas vraiment qui j'étais. On en profitait beaucoup. Souvent, c'était la jolie fille qui chante bien, aux formes généreuses. Sauf qu'en fait, ce n'est pas du tout qui j'ai envie d'être, on s'en fout d'être jolie, de faire des grimaces... J'adore le ridicule, mais je me fous d'être belle en fait. Il y a eu plein de choses comme ça, très difficiles où j'ai eu du mal à m'affirmer dans ce que je voulais faire."

Vidéo. Iris Brey vulgarise le "male gaze" : "Dans Game of Thrones, les scènes de viol sont érotisées"

Pour l'actrice, sa participation à "Danse avec les stars", en 2016, a été un tournant dans sa carrière, qui lui a permis de s'affirmer. "J'ai fait une émission qu'on m'a toujours dit de ne pas faire si je voulais faire de la comédie, qui s'appelle "Danse avec les stars". Je l'ai fait malgré les gens du milieu qui me disaient de ne pas le faire. (...) Mais ça m'a permis de comprendre ce que je voulais faire et qui je voulais être. Je ne veux pas être belle, je ne veux pas être là pour être jolie, je veux donner des choses, que ce soit par le rire, par le drame... Je veux dire, je ne suis pas belle quand je pleure, et je m'en fous."

"Les femmes ne sont pas des objets"

La jeune femme s'est ainsi désolée d'être réduite à sa beauté et de se voir proposer des rôles uniquement grâce à cela, qui ne lui permettraient pas de montrer l'étendue de son talent : "Les gens n'associent pas forcément la beauté au talent. On est beaux et talentueux avec un peu de chance, mais on est surtout beau et c'est une case, c'est bien d'être beau, mais c'est triste."

Camille Lou tient vraiment à ce détacher de l'image de la jolie fille. C'est pourquoi, l'intervention de Jean-Michel Maire lors de sa venue, en 2018, sur le plateau de TPMP pour l'anniversaire de Cyril Hanouna, lui a fortement déplu. "J’ai un cadeau pour vous : une charmante demoiselle, qui chante merveilleusement bien", avait-il lancé le chroniqueur à l'animateur. L'actrice avait tenu à exprimer son mécontentement dans une interview de Télé Star : "C’est le spectacle qui était son cadeau. Je n’ai pas trop aimé quand Jean-Michel Maire a dit 'c’est ton cadeau'. Je n’aime pas trop. Les femmes ne sont pas non plus des objets, quoi ! C’est pas parce qu’on est sexy qu’on est un objet !"

À lire aussi :

>> "Je ne pesais plus que 50 kilos" : les confidences de Camille Lou sur sa dépression amoureuse

>> Isla Fisher victime de sexisme pendant une audition : "J'ai dû porter un bikini, il y avait quinze hommes dans la pièce"

>> Alice David : "Je me sens dégueulasse, j'ai honte", ce qu'elle a dû faire pour décrocher un rôle