Largué.e, délivré.e : "Elle a prévenu mes parents avant moi"

Largué.e, délivré.e :
Largué.e, délivré.e :

Vous vous rappelez de ce sentiment de vide quand il ou elle prononce l’irrévocabilité ? Pourtant, les ruptures, si elles peuvent apparaître insurmontables, nous apprennent toujours. Largué.e, délivré.e raconte ces moments de la vie où il a été question de se réinventer pour vivre une vie plus belle encore.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Marius a 34 ans et était en couple depuis 7 ans quand sa compagne a décidé de le quitter : "Ce serait mentir que de dire qu’on était sur notre meilleure période. J’étais stressé par le travail, elle était stressée par le fait qu’elle ne savait pas si elle voulait des enfants ou non. On était constamment tendus et on se le faisait pas mal payer. Mais pour moi c’était une phase qui allait passer et on était plus forts que ça. Elle a décidé que ce n’était plus possible pour elle et elle est partie. J’ai essayé comme un fou de la convaincre de nous laisser une chance mais elle n’a pas accepté mes arguments. Elle n’y croyait juste plus."

Quelques heures après leur grande conversation, Marius reçoit un appel de ses parents : "Ils m’appelaient pour savoir comment j’allais. Elle les avait prévenus par téléphone le matin même et ils ont attendu que ce soit fait pour m’appeler. Je n’en revenais pas : elle a prévenu mes parents avant moi. Des gens ont su avant moi qu’elle ne m’aimait plus. J’adore mes parents mais j’ai été super blessé. J’ai mis longtemps à comprendre son geste mais je sais maintenant que c’était pour avoir le temps de discuter avec eux aussi et pour s’assurer que je n’allais pas être seul une fois qu’elle serait partie. Mais au départ, ça m’a mis en colère et j’ai ruminé ça pendant des jours."

Vidéo. "Non, le célibat n'est pas une anomalie"

Une rupture c'est avec toute une famille

Marius se rappelle ensuite que son ex-compagne a toujours été proche de ses parents : "Je boudais dans mon coin et puis j’ai réalisé que c’était aussi parce qu’elle quittait mes parents en même temps que moi qu’elle avait tant voulu leur parler. Ils l’ont intégrée à la famille tout de suite quand on s’est mis ensemble. On partait en vacances ensemble. Il arrivait que mes parents l’appellent pour lui raconter un truc et elle faisait de même. Elle les aimait vraiment beaucoup je crois. J’ai trouvé ça classe après, son geste de leur parler. Même si elle aurait pu le faire après moi. Je pense qu’elle ne voulait pas qu’ils soient fâchés contre elle et refusent la discussion. Mais après coup, même s'ils ont compris aussi et été touchés, ils ont avoué que ça les avait étonnés."

Il se réconcilie donc avec ses parents : "Ils ont été super présents pour moi pendant le dur de la rupture. Ils étaient là quand on s’est partagé les affaires, ils m’ont aidé à acheter ce qui manquait dans l’appartement. Ils m’ont appelé chaque soir pour me demander des nouvelles et vérifier que je n’étais pas trop triste. J’étais triste évidemment mais je me sentais soutenu. Mes amis ont été là aussi. J’ai eu de la chance qu’elle fasse comme elle a fait parce que personne n’était trop en colère et que l’ambiance quand on parlait de ça avec ma famille ou mes amis était plutôt apaisée. Il n’y a jamais eu d’insultes ou de méchancetés. Elle a fait les choses bien et tout le monde lui a été reconnaissant."

Marius est reconnaissant

Marius a revu son ex-compagne il y a peu de temps : "Je voulais la remercier pour la façon dont elle avait géré la rupture. Elle s’est occupée de tout ce qui était chiant comme enlever son nom du bail et des factures, faire son changement d’adresse, parce qu’elle a estimé que c’était de sa faute si c’était à faire. Elle a parlé à tout le monde pour expliquer son geste et dire que je n’étais fautif de rien. Elle m’a quitté mais elle m’a aussi beaucoup protégé. J’ai eu de la place pour me reconstruire après elle sans passer par une détestation que je n’aurais jamais assumée. Je l’ai contactée il y a quelques semaines parce que j’ai appris par une amie commune qu’elle avait perdu un oncle qu’elle aimait bien. Elle a été touchée que je lui écrive et a proposé qu’on boive un verre ensemble pour se donner des nouvelles. On n’était plus heureux ensemble à la fin de notre histoire mais c’est une ex en or. Elle s’est réjouie pour les trucs bien qui me sont arrivés et m’a dit qu’elle espérait que je trouve vite une nouvelle copine. On a passé un bon moment mais je n’ai jamais pensé à retenter un truc. C’était un moment d’équilibre, apaisé. Je ne lui en veux plus pour m’avoir laissé. En faisant les choses comme elle les a faites, elle m’a permis de me remettre plus vite et probablement mieux."

À LIRE AUSSI

>> Largué.e, délivré.e : "J'ai tout quitté : mon travail, mon logement, ma ville. J’avais besoin d’un nouveau départ"

>> Le Grand Swipe : "On a eu un premier échange vif, amusant où il a été rapidement question de fessée, de corsets et dentelles"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles