Publicité

Elle Fanning sur les phrases sexistes entendues dans sa carrière : "Quand j'avais 16 ans, quelqu'un a dit 'Elle n'a pas été prise car elle n'est pas b*isable'"

CANNES, FRANCE - MAY 16: Elle Fanning attends the
Elle Fanning balance les pires phrases sexistes entendues dans sa carrière : "Quand j'avais 16 ans, quelqu'un a dit 'Elle n'a pas été prise car elle n'est pas b*isable'". (Photo by Marc Piasecki/FilmMagic)

Elle Fanning a grandi sur les plateaux de cinéma. D'abord dans l'ombre de sa soeur Dakota Fanning, la jeune actrice s'est vite émancipée. À 25 ans et avec quasiment autant d'années de carrière, la comédienne a grandi dans un environnement sexiste. Victime de remarques violentes et misogynes sur son physique, elle s'est souvenue de plusieurs réflexions blessantes.

"C'est tellement dégoûtant", tâcle Elle Fanning. Lors d'un entretien accordé au Hollywood Reporter, publié le 6 juin dernier, l'actrice a livré les pires phrases sexistes qu'elle avait pu entendre durant son enfance et son adolescence passées en tournage. Ces remarques, révélatrices de la misogynie décomplexée et exacerbée de l'industrie cinématographique, l'ont profondément touchée.

Vidéo. Elle Fanning a perdu un grand rôle pour manque de followers sur Instagram

"Est-ce une bonne chose de voir un tel reflet de soi-même à cet âge ?"

"Quand j'avais 16 ans, quelqu'un a dit : "Oh, elle n'a pas été prise dans cette comédie sur un père et sa fille... car elle n'est pas b*isable", rapporte Elle Fanning, qui ajoute : "Je peux en rire maintenant, genre : 'Quel porc !'" Mais si la comédienne a mûri et sait aujourd'hui ne pas se laisser atteindre par de telles critiques, elle insiste : ce genre de comportement ne devrait dans tous les cas pas exister. D'autant plus qu'à l'époque, une telle phrase a particulièrement marqué la femme en devenir qu'elle était. "Mes agents ne voulaient pas que j'entende des choses comme ça. Il était très important de 'filtrer' car il y a probablement eu beaucoup plus de commentaires dans le genre... mais celui-ci m'a touchée", a-t-elle renchéri.

Exposée très jeune, Elle Fanning est consciente d'avoir vécu une enfance différente, qui lui visiblement très vite appris à se soucier de son apparence : "Quand vous grandissez sous les yeux du public, c'est bizarre. J'ai retrouvé des photos de paparazzi quand j'avais 12 ans et je me suis dit : 'Est-ce une bonne chose de voir un tel reflet de soi-même à cet âge ? Je n'ai pas l'impression que cela m'a nui, mais cela m'a définitivement rendue très consciente de moi-même."

"Peux-tu manger cette banane lentement ?"

Avant Elle Fanning, plusieurs autres stars ont été soumises, comme la majorité des actrices, au male gaze, qui régit la manière de réaliser des films. La plupart des réalisateurs étant des hommes, la majorité des oeuvres cinématographiques montre la façon dont le monde perçoit les femmes à travers un regard masculin et le prisme du désir hétérosexuel. De nombreuses comédiennes sont donc sexualisées très jeunes à l'écran, réduites à leur physique, ce qui, pour beaucoup, biaise l'image qu'elles ont d'elles-mêmes et les propulse dans un monde d'adultes, un monde d'hommes, pas tous bien intentionnés. Ainsi, Natalie Portman, révélée dans "Léon" à 12 ans, avait déclaré avoir reçu, peu de temps après la sortie du film, une lettre d'un "fan" qui lui écrivait que son fantasme était de la violer. Jodie Foster a elle aussi été harcelée par un admirateur, et convoquée, adolescente, dans le bureau d'un producteur qui voulait "regarder son corps".

Vidéo. Iris Brey vulgarise le "male gaze" : "Dans Game of Thrones, les scènes de viol sont érotisées"

Elle aussi invitée à répondre aux questions d'Hollywood Reporter, l'actrice Natasha Lyonne a immédiatement réagi après la confidence de la star de "Super 8". "Je me souviens d'avoir auditionné pour "Lolita", le remake, quand j'avais 14 ou 15 ans, et on m'a dit : 'Peux-tu manger cette banane lentement ?'", s'est-elle souvenue.

L'expérience d'Elle Fanning, 25 ans, mais aussi celle d'autres comédiennes nouvelle génération, comme Millie Bobby Brown, 19 ans, tête d'affiche de la série Netflix "Stranger Things" (2016), qui a elle aussi affirmé avoir été sexualisée très tôt, établissent un triste constat : en une vingtaine d'années, le statut des actrices à Hollywood ne semble pas avoir bougé d'un iota. Le cinéma post #MeToo pourrait-il changer la donne ? Seuls les enfants-stars d'aujourd'hui on la réponse.

À lire aussi :

>> Isla Fisher victime de sexisme pendant une audition : "J'ai dû porter un bikini, il y avait quinze hommes dans la pièce"

>> Jennifer Love Hewitt : "Pendant une très longue période de ma carrière, les interviews portaient toujours sur mon corps"

>> Christina Aguilera dénonce les commentaires "d'hommes d'affaires plus âgés" sur son corps et sa sexualité au début de sa carrière