Publicité

Élodie Gossuin victime de sexisme : "Je me suis entendu dire : 'Va remettre tes porte-jarretelles et démissionne'"

PARIS, FRANCE - 09/14/2017: Elodie Gossuin poses during a portrait session in Paris, France on 09/14/2017. (Photo by Eric Fougere/Corbis via Getty Images)
Élodie Gossuin victime de sexisme : "Je me suis entendu dire : 'Va remettre tes porte-jarretelles et démissionne'". (Photo by Eric Fougere/Corbis via Getty Images)

Invitée de l'émission de M6 "Qui peut nous battre ?", ce vendredi 24 mars, Élodie Gossuin a été élue Miss France en 2001. Un titre qui lui a apporté de nombreuses opportunités mais qui lui a aussi valu des remarques misogynes.

Ambassadrice de l'Unicef, Élodie Gossuin est une femme engagée, notamment pour les droits des filles, comme elle l'a expliqué à Gala en 2021. Elle a ainsi indiqué qu'elle "veille en particulier à sensibiliser sur la situation et la protection des filles à travers le monde." Car cette ancienne Miss France, sait ce que c'est, la misogynie, qui concerne énormément de femmes, y compris dans l'Hexagone. "Nous sommes encore victimes d'injustices, d'inégalités et de sexisme en multiples circonstances", a-t-elle déclaré.

Vidéo. La Minute d'Élodie Gossuin

"Va remettre tes porte-jarretelles et démissionne"

Celle qui a d'abord été mannequin, après son sacre, en 2001, a également côtoyé les milieux de la politique (elle a été, à partir de 2004, conseillère régionale de Picardie, sans étiquette) et du monde des médias (elle a animé diverses émissions de radio et de TV). Des domaines où il est difficile de se faire une place et de se bâtir une légitimité, d'autant plus pour les femmes.

Élodie Gossuin n'échappe pas à la règle : elle a ainsi été victime de propos sexistes tout au long de son parcours, visant à la discréditer, sans doute motivés par une certaine jalousie. "J'ai eu le droit, pour ma part, à mon lot de réflexions" a-t-elle d'abord affirmé, avant d'en citer plusieurs qui l'ont particulièrement blessée, dont elle se souvient encore. "Parfois, quand on m'a trouvée trop présente (...) on m'a lancé : 'Tu as tes règles ?' Pour me remettre à ma place", a-t-elle révélé. Ou bien "Je me suis entendu dire : 'Va remettre tes porte-jarretelles et démissionne' ou 'va défiler.'" 

"Je ne veux pas jouer à la plante verte"

Invitée dans "Culture Médias", sur Europe 1, en 2020, Élodie Gossuin a expliqué tenir à "incarner" les sujets qu'elle présente dans les différentes émissions qu'elle peut animer. La raison ? Elle ne souhaite pas "juste être un prête-nom". "C'est peut-être un complexe lié à Miss France, mais je ne veux pas jouer à la plante verte. (...) Je veux savoir ce dont je parle", a-t-elle ajouté.

La quadragénaire a confié à Gala essayer au maximum de préparer ses filles, Rose et Joséphine "à se faire respecter." Entre une vie de famille bien remplie et son activité professionnelle (elle a rejoint l'équipe des "Grosses Têtes" animée par Laurent Ruquier sur RTL, en 2022), Élodie Gossuin a avoué dans le magazine Télé 7 Jours : "Je craque souvent." Pour autant, elle préfère garder sa vulnérabilité pour elle, pour se protéger, et "n'apporter que du positif aux gens." Impossible pour l'ancienne reine de beauté "de montrer cette facette."

Mère de quatre enfants (elle a aussi deux garçons, Léonard et Jules), l'animatrice a également reconnu se montrer parfois hésitante dans ses choix : "Il y a des périodes où j'ai douté", s'est-elle souvenue. "C'est compliqué, parfois, de faire trois heures de route pour aller travailler, de ne jamais être disponible au dernier moment, de ne pas se montrer dans les endroits où tout le monde se retrouve. Mais je préfère nourrir mes poules et planter du basilic plutôt que d'aller boire une coupe de champagne dans un endroit branché", a-t-elle conclu.

À lire aussi :

>> Camille Lou victime de sexisme : "La jolie fille aux formes généreuses, ce n'est pas du tout qui j'ai envie d'être"

>> Isla Fisher victime de sexisme pendant une audition : "J'ai dû porter un bikini, il y avait quinze hommes dans la pièce"

>> Claudia Tagbo : "Femme, noire et ronde… On m'a déjà dit que j'étais ‘trop présente pour la caméra'"