Publicité

Histoires de femmes infidèles - Laure, 31 ans : "J’avais un homme qui avait envie de moi au point de faire des plans fous"

Il y a quelques années, Laure, en couple depuis 8 ans, se laisse convaincre par un homme qui souhaite devenir son amant. Plan à l'appui, il lui expose son projet. Une audace qui plait beaucoup à la jeune femme.

Histoires de femmes infidèles - Laure, 31 ans :
Histoires de femmes infidèles - Laure, 31 ans : "J’avais un homme qui avait envie de moi au point de faire des plans fous"

Crédit : Getty

Laure a 31 ans et est en couple avec son compagnon depuis leur 16 ans : "On fait partie de ceux qui se sont rencontré au lycée et qui sont restés ensemble. Je sais que c’est rare et ça ne marche pas toujours mais c’est notre cas. J’ai tout connu avec lui. Je ne sais pas draguer, je n’en ai jamais eu besoin. Quelque part, je crois que ça m’a donné une meilleure confiance en moi que mes amies célibataires qui passent leur temps à chercher un mec sur les applications de rencontre. Moi, je sais que je retrouve toujours à la maison quelqu’un qui m’aime et me traite comme une princesse. Même si il y a quelques années, je me suis un peu lassée de tout ça et que j’ai eu un amant pendant quelques mois."

Laure ne cherche pas un amant mais celui-ci s’impose à elle : "C’était un ami d’une collègue de travail qui est venu boire un verre à un apéro un peu informel après le bureau. On parlait tous de nos vies et j’ai fini par raconter que j’étais en couple depuis très longtemps avec un homme que j’avais rencontré au lycée. Je sais que ça peut étonner donc je m’attendais à faire mon petit effet et ça n’a pas manqué. Ce type s’est mis à me dire que j’étais passée à côté de quelque chose, que je ne me connaissais pas vraiment, que je ne savais pas si le sexe serait mieux avec quelqu’un d’autre. Je l’ai un peu snobée à la soirée mais j’y ai beaucoup repensé après. Je l’ai recontacté dans la semaine, j’avais récupéré son numéro sous un faux prétexte, pour en parler avec lui. C’est là qu’il m’a dit qu’il était d’accord pour devenir mon amant."

Vidéo. "L'infidélité féminine est plus courant qu'on ne l'imagine"

La jeune femme éclate de rire : "J’avais 24 ans, j’étais en couple depuis 8 ans, je m’imaginais un mariage et des enfants sans tarder. Je n’avais jamais regardé un autre homme que mon amoureux. C’était absurde pour moi. Mais je l’ai quand même revu. La seconde fois en me disant que c’était important de clarifier les choses. De lui dire que je n’étais pas intéressée. Mais le fait que j’y aille, que je ne puisse pas m’empêcher de le revoir, en disant en fait plus long. J’avais un peu envie. Au second rendez-vous, il m’a présenté son plan de bataille. Je me suis laissée faire. Du départ à la fin, c’est lui qui a tout choisi. J’ai aimé ça aussi pour ça."

L’amant a tout préparé : "Il savait où et quand. Il avait préparé une liste des excuses pour que je m’absente quelques heures. Il avait vraiment envie de moi. C’est ce qui m’a décidée. Je ne pouvais pas ne pas être fascinée. Je ne connaissais pas du tout ça. J’ai toujours été en couple donc personne, à part quelques mecs dans la rue, n’a exprimé le fait que je lui plaisais. Là, j’avais un homme qui avait envie de moi au point de faire des plans fous. C’était comme une aventure. Ça a duré le temps d’une aventure d’ailleurs. Au bout de trois mois, c’était devenu un peu habituel, on avait pris des habitudes, et comme je n’étais pas amoureuse, j’avais moins envie de lui. Il l’a senti et il a préféré qu’on arrête de se voir. Je lui suis reconnaissante de tout. D’avoir envie si fort que je me laisse tenter et d’avoir eu l’intelligence de tout arrêter quand on n’en avait plus vraiment envie. Ça m’a fait du bien. Je ne dirais pas que j’en avais besoin mais ça m’a rendue plus forte. Je sais que je plais."

Elle ne pense plus jamais à cet épisode : "Je n’en ai jamais parlé à mon amoureux parce que c’est sorti de ma tête dès que ça a été fini. Pour moi, ça n’a jamais voulu dire que je ne l’aimais plus. Au contraire, quand je rentrais à la maison, j’étais heureuse de le retrouver. Je ne lui en ai pas parlé aussi parce que ça lui ferait du mal. Alors je l’ai gardé pour moi et j’ai préféré oublier. Je ne veux pas me sentir coupable pour rien. Et sur le coup, je sais que je ne me sentais pas coupable. Ce serait ridicule, a posteriori. Je n’y pense pas, je n’en parle pas. C’est presque comme si ça n’était pas arrivé même si ça m’a fait du bien. Je n’en garde que le meilleur. Une sorte de confiance en plus que je n’avais pas avant. Je me sens plus séduisante. Je prends ça comme une chance."

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

À LIRE AUSSI

>> Histoires de femmes infidèles : "Arrivée à la chambre d’hôtel, c’est mon mari qui m’attendait"

>> Histoires de femmes infidèles : "Je suis tombée sur le boulanger dans mon club libertin"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?