Les amours de l'été : "Larguée juste avant le confinement, je suis partie en vacances avec mon "plan à 3""

Lucile Bellan
·5 min de lecture
Les amours de l'été
Les amours de l'été

De nombreux.ses célibataires ont cherché l’amour ou ont tenté de trouver une épaule réconfortante pendant le confinement. Cette rencontre a marqué un tournant dans leur vie amoureuse. Tant et si bien qu’au déconfinement, ils ont décidé de passer un cap : passer leur premier été ensemble. Découvrez leurs histoires.

Melissa a 34 ans et son compagnon l’a quittée deux semaines à peine avant le début du confinement. "Quelque part, je lui en suis reconnaissante. J’ai pu me vautrer dans ma souffrance comme une héroïne de film romantique. Les premières semaines du confinement, je les ai passées la morve au nez avec ma boîte de Kleenex sous le bras, et à dormir quand je n’étais pas en train de pleurer."

Après avoir finalement séché ses larmes, elle décide de reprendre sa vie avec la volonté d’être, cette fois, totalement maîtresse de son destin : "Il n’était pas envisageable que je me tape une autre rupture douloureuse. J’ai décidé de ne plus me mettre en couple, du moins pour un petit moment." Elle n’exclut toutefois pas de faire des rencontres, et les recherche même en créant un compte sur une application dédiée.

Une relation à trois virtuelle pendant le confinement

"Au départ, il était juste question de retrouver un contact physique, de passer une poignée de bonnes soirées (en ayant conscience qu’il y en aurait certainement des moins bonnes) et de me permettre ce que je ne m’étais jamais trop permis, c’est-à-dire écouter mes envies." Elle commence à échanger des messages avec Renaud. Ils se trouvent des points communs et, l’un comme l’autre, partagent le désir de ne pas se mettre en couple. Renaud a lui aussi une bonne raison pour ça : il est déjà engagé avec Margot depuis une petite dizaine d’années.

Mélissa découvre avec surprise combien elle aime le jeu de séduction qui s’installe avec le couple : "Je n’avais jamais envisagé ce genre de choses, qui me semblait tout de suite relever de l’imaginaire pornographique. Et en fait, c’est juste comme une conversation avec deux amis très sympa qui parfois prend un tournant inattendu et toujours délicieux."

J’ai utilisé FaceTime pour autre chose que pour appeler mes parents...

Les dernières semaines du confinement, Margot et Renaud font même presque partie de son quotidien. "Ils m’écrivaient toujours pour me dire bonjour, m’aider à me motiver pour le travail ou discuter de façon légère en fin de journée. À ce moment-là, j’avais le sentiment très naturel de faire partie de leur vie comme ils faisaient partie de la mienne." Ils s’échangent tous des photos et font même quelques expériences en vidéo : "J’ai utilisé FaceTime pour autre chose que pour appeler mes parents et j’ai vraiment aimé ça !"

L’étape de la rencontre

Au déconfinement, la question ne se pose pas longtemps : le trio a envie d’une rencontre. Elle est organisée dans l’appartement de Margot et Renaud, un soir de semaine. "Ils ont tout fait pour que je me sente à l’aise et ça m’a beaucoup touchée. On avait discuté du menu du dîner ensemble et j’avais emmené le dessert. On a parlé toute la soirée et beaucoup ri. J’ai eu l’impression d’avoir retrouvé des amis de longue date", explique la jeune femme.

J’ai aimé être là quand ils ont fait l’amour et je crois qu’elle a aimé aussi accompagner mon moment avec lui.

"Quand le sexe est entré dans l’équation, tout s’est fait aussi naturellement que le reste. Je ne suis pas bisexuelle donc je n’ai pas eu de rapport sexuel à proprement parler avec Margot, mais j’ai aimé être là quand ils ont fait l’amour et je crois qu’elle a aimé aussi accompagner mon moment avec lui. C’était très doux", poursuit-elle. Après le sexe, le trio passe du champagne à la tisane et s’endort paisiblement.

Mélissa décide de vivre l’aventure jusqu’au bout. "Il n’est pas question que nous développions une autre sorte de relation que cette amitié particulière et très forte. Mais je veux leur consacrer du temps et les voir autant que possible." Heureusement, il n’y a que quelques dizaines de kilomètres entre l’appartement du couple et celui de Mélissa.

Un triangle amoureux en vacances

Au mois de juin, Margot et Renaud annoncent à Mélissa qu’ils ont prévu des vacances sur la côte d’Azur, comme ils le font toujours, et qu’elle est la bienvenue dans leur location estivale. Mélissa accepte. La première semaine de juillet, le trio prend la route en direction de la mer. "C’était exactement l’ambiance que j’attendais. Sur la route, on a chanté, on s’est raconté de longues anecdotes de nos vies respectives et puis parfois il y a eu entre nous des gestes de tendresse. Pendant les heures de conduite de nuit, j’ai dormi contre Margot à l’arrière. Encore une fois, je garde de ces moments des souvenirs d’une grande douceur."

Je me sens vivante à nouveau. Je ne regretterai jamais d'avoir sauté le pas.

Aujourd’hui, les vacances ne sont pas finies mais Mélissa m’envoie ce dernier message, comme une carte postale : "Je passe le plus bel été de ma vie avec deux personnes merveilleuses. Je me sens vivante à nouveau. Et même si tout ça n’est qu’une parenthèse, parce qu’elle l’est certainement, je pense que je ne regretterai jamais d’avoir sauté le pas et décidé d’écouter mes désirs. C’est une leçon de la vie. Aussi : merci à mon ex, le timing était vraiment parfait."

A LIRE AUSSI

>> Les amours de l'été : "J'ai recontacté mon ex pendant le confinement et on veut construire quelque chose ensemble"

>> Les amours de l'été : "Il a été un soutien virtuel pendant le confinement et au contact de nos peaux, j’ai tout de suite su que j’en voudrais plus"

>> Les amours de l'été : "On était sexfriends pendant le confinement et on a décidé de s'engager"